Jeux Vidéo 3014-bulletstorm

Published on February 24th, 2011 | by Lex

[Soirée Fan Day XBox360] Présentation de Bulletstorm

Pour diverses présentations de jeux, Microsoft organise dans son lounge d‘Issy les Moulineaux des soirées à base de jeux jouable, de démonstration par des développeurs. Tenez, rien que la semaine dernière se tenait une soirée XBox Live Arcade House à laquelle nous n’avons pu participer.
Pour se rattraper, hier soir, c’était présentation du prochain jeu des polonais de People Can Fly (les Painkiller) et co-édité par Epic Games (les Gears Of War) et Electronic Arts. Autant dire des mecs qui ont des balls, des vraies. Je passe rapidement sur la toujours très sympathique soirée dans le lounge car d’une part j’ai totalement oublié l’appareil photo pour vous en faire profiter, et d’autre part, je n’ai pas pu voir l’attraction principale (Edward Kay, lead game designer sur le jeu) pour cause de trop d’attente. Bon, en deux mots tout de même: des pizzas, des minis-burgers, des boissons à foison, des TV+Xbox au large, des minis concours sur la partie multi (je vais y revenir) pour gagner quelques Microsoft points,… Un joyeux accueil :)

Le jeu, maintenant. Vu les antécédents d’Epic et des Gens qui peuvent voler, on s’attend forcément à du gros qui tache, et on a bien raison. Ça fait un bail qu’on s’en tape à la chaîne (du call of machin, du bad compatruc et autre mauvais scénario semi-interactif au gameplay plan-plan -oui j’assume, ça me gave-), j’attendais donc impatiemment cette nouvelle licence avec toutes ses promesses. Tenues ? En prenant uniquement pour base les 2 premières heures du jeu, je vais dire oui, en large partie. On commence par ce qui fâche.

Un reste du dernier bon scénariste de FPS. C'était ya longtemps.

Le pas trop bon :

Bon là, on case de suite le scénario, “sorte de” prétexte à voir des environnements différents, et mettant en scène des persos qui ont contracté, comme dans tout FPS standard du moment, un syndrome de la Tourette. A cela, j’ajoute la linéarité de la campagne solo, les ennemis qui se ressemblent quand même un peu beaucoup (malgré le bon effort pour essayer d’en générer une plâtrée à partir d’une même base) et la surenchère graphique (oui c’est beau, très beau, mais on ne peut pas profiter de tout, c’est frustrant). Rien de plus que le FPS standard sus-cité, certes, mais c’est devenu depuis longtemps lourdingue. J’ajouterai une inconstante inertie une fois la manette en main (sur XBox du moins).

Bon ok c'est quand même joli

Le bon voire bien plus

Le principal apport de Bulletstorm, ce sont ses skillshots, ou l’art d’éradiquer la bidoche ennemie de moultes façons. Oui, le scénario le dit, pour progresser il faut montrer qu’on sait tuer avec style, qu’on sait être créatif dans la façon d’envoyer ad patres les hordes de vilains vous tombant sur la tronche. Un flingue pour du headshot, c’est un skillshot. Un coup de pied qui envoit voler, suivi d’un coup de fusil pour achever, c’est un autre skillshot. Une balle dans les parties suivi du panard dans la figure du type se roulant par terre, c’en est un troisième (qui aurait pu s’appeler Tribute to the Duke). Embrocher plusieurs mecs avec une seule balle d’un fusil de snipe, empaler des gens sur des cactus géant, les envoyer dans un petit trou noir, faire descendre un ascenseur sur un mec, monter les ennemis les uns contre les autres, les jeter dans les machines qui traînent,… En tout, 135 skillshot à trouver, rapportant un certain nombre de points suivant la difficulté, la “rareté”, l’utilisation de l’environnement et la diversité des coups portés, cela devrait largement occuper tout au long du jeu. Les points collectés servent à débloquer de nouvelles armes et aptitudes, c’est un retour au score-gaming, si on veut, mais dans un FPS. Et ça, c’est nouveau et frais.

Du skillshot !

L’autre point qu’on a pu aborder dans cette soirée, c’est le multijoueur. Du moins un des modes multi, Anarchie, dont le but est de…tuer, certes, mais tuer en coop ! Encore plus de skillshots \o/ “Tiens v’là un keum, tu me le choppes et me le fais, ça te va ?” On peut donc se mettre à plusieurs sur la peau d’un même ennemi, pour d’encore plus belles gerbes de sang et surtout plus de skillpoints ! Ce mode est organisé en rounds, dans lesquels un score d’équipe minimum est à atteindre pour passer au round suivant, avec d’autres défis à atteindre entre temps.

En multi, ça peut donner ça

Un autre poids dans la balance, du moins pour mon jugement perso, c’est la campagne de pub qui a été faite autour du jeu, à gros coup de parodie bien débiles comme on les aime, qu’on peut voir ici et surtout là. Pour la seconde vidéo, Duty Calls, sachez que c’est un jeu que l’équipe a diffusé (voir ici même). Sacré boulot de promo tout de même, surtout uniquement pour railler la concurrence.

Encore du skillshot !

Conclusion

“Tuer bourrin, oui, mais tuer bourrin intelligent”, je trouve que ça résume plutôt bien le tout :) Hier soir, j’ai vu pas mal de gens avancer en n’utilisant que le flingue de base, alors qu’ils avaient au moins 10 autres façons de progresser, quel dommage ! Ils ont dû se faire ch… comme des rats morts, alors que de mon côté j’avançais tranquillement aux commandes d’un robodinosaure des plus efficaces… A noter que des DLC sont déjà en préparation, eux aussi vont envoyer du pâté !

Encore merci à la communauté XBox qui nous a accueilli dans les superbes locaux Microsoft !

Tags: , , ,


About the Author



One Response to [Soirée Fan Day XBox360] Présentation de Bulletstorm

  1. Armand says:

    En fait ils ont développé le Painkiller originel et l’add-on, les deux autre volets ayant été développés complètement indépendamment (d’ailleurs un mod passé commercial vient de sortir: Painkiller Resurrection).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑