Carte UGC Illimité + MK2

Carte UGC illimité

C’est donc à partir d’aujourd’hui, 5 septembre 2007, que les heureux possesseurs de la Carte Illimité UGC pourront squatter les cinémas MK2, réputés pour leur programmation de qualité et leur confort.

Le prix à payer passe à 19,80€ par mois, ce qui reste honnête en sachant que l’on accède maintenant à plus de 540 salles en France et 700 en Europe pour plus de 600 films par an.

Et c’est sans parler de la carte UGC Illimité 2 (l’abonné plus un invité, à volonté pour 35€/mois), de l’ouverture de la carte illi à l’Europe (Belgique,Espagne et Italie pour 216 salles au total) et surtout des conséquences chez Gaumont et sa carte Le Pass qui, elle, se nationalise et permet d’invité un non-abonné pour 5,50€ jusqu’à fin 2007 en attendant une meilleure offre car maintenant, faut reconnaître, ça fait un peu léger.

Bref, ça va être l’orgie de ciné pendant la guerre des tranchées UGC-Gaumont, la concurrence profitant à tous, surtout aux spectateurs parisiens qui bénéficieront d’un réseau UGC-MK2 exceptionnellement dense.

C’est Marie Duval et Laura Devigne qui vont être contentes !

0 réflexion sur « Carte UGC Illimité + MK2 »

  1. Je ne sais pas si Marie Duval et Laura Lavigne vont être contentes, 😉 , mais une chose est quasi-sure : les indépendants qui voudront le rester sur Paris vont souffrir avant de disparaitre. Car, même si le circuit MK2 est un circuit A&E reconnu permettant l’accès à des films plus « difficiles » que ce que l’on peut voir dans les grands circuits, il risque de vampiriser la clientèle de salles parisiennes non affiliées et qui avait déjà du mal à survivre.
    Marin Karmitz peut ironiquement faire remarquer qu’à Paris, il n’y a que des salles Europalaces (Gaumont + Pathé) qui ont fermé depuis l’instauration des cartes illimités et que les cartes ont permis de maintenir une programmation diversifiée, il n’en reste pas moins que la part de marché de Gaumont+Pathé+UGC+MK2 a tellement augmenté sur Paris que les « petits » cinémas ne représentent quasiment plus aucun poids. Alors, maintenant, à Paris, ce sera l’affiliation ou … la mort ! Dommage…

  2. Après la lecture de ton article, je voulais laisser mon impression et mon point de vu sur ce sujet. Mais il se trouve que je n’ai pas grand chose à ajouter à ce qu’a dit Niala01. Je suis assez d’accord avec lui.
    Je rajouterais juste, que même si les salles indépendantes parisiennes s’associent aux cartes, leur arrêt de mort est signé aussi…

  3. Très égoïstement, je suis plutôt contente de ce rapprochement UGC/MK2 : cela fait plusieurs années que j’ai la carte illimité UGC, car vu le nombre de films que je vais voir, en comparaison avec mon très maigre budget d’étudiante, c’est ce qui a de plus rentable pour moi. Et grâce à cela je peux voir pratiquement tous les films qui me font envie. Donc le fait que je puisse en plus accéder au réseau MK2 me plait d’autant plus, pour la vision un peu plus ouverte qu’ils ont du cinéma (quoique…), et aussi parce que le MK2 Bibliothèque est vraiment très sympa…

    MAIS, je sais que ce n’est pas la solution pour les petites salles de ciné indépendante, je fréquente aussi (rarement, pour les raisons citées plus haut) un ciné indépendant qui galère pas mal et qui lutte à garder ses spectateurs et sa programmation art et essai. Le pire c’est que la ville juste à côté a décidé (dans un élan de grande stupidite), de créer un autre ciné d’art et d’essai, alors qu’un UGC ciné-cité est implanté déjà à quelques minutes. J’ai du mal à comprendre toutes ses décisions…

    Mais ce qui me rassure, c’est que depuis les années 70, on crie la mort du cinéma, aussi bien des salles que des films, et d’années en années je vois de plus en plus de bons films, et les salles de désemplissent pas, au moins celles des multiplex.
    Comme quoi, il reste encore un peu d’espoir…
    Et puis peut-être que les petites salles affiliées se retrouveront avec un nouveau dynamisme, car les spectateurs iront peut-être plus facilement dans des salles avec un véritable accueil et une atmosphère plus cinématographique que les usines que sont les CinéCité.

    Mais, malgré les projections que je me fais chez « l’ennemi », parce que c’est vrai que je ne me vois pas faire autrement pour le moment, je rêve depuis mon adolescence d’acheter un jour un ciné, avec un bar/brasserie intégré, et de faire un concept (bon) film et (bon) repas (et bonne boisson) dans la même (bonne) soirée.
    Je continue de garder espoir qu’un jour ce rêve se réalisera, malgré cette menace de l’impérialisme des pass illimités.

    Voilà, c’était ma (petite) réaction à ce post très intéressant. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *