Raoul au Festival de Cannes 2008 – Jour 3

Raoul a cannes

Dimanche 18 Mai 2008 – Troisième jour pour Raoul notre journaliste total au Festival de 2008 :

  • 8h30 – Gomorra de Matteone Garrone – Compétition officielle

Tiré d’un bouquin sur la Camorra (mafia sicilienne), le film reste assez classique mais maîtrisé. Le réalisateur filme les hommes et les situations avec beaucoup de justesse. Un peu long tout de même…

  • 11h – La Sangre Brota de Pablo Fendrik- Semaine de la critique

Film mexicain sur une famille où les rapports sont très tendus, voit même violents. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. C’est très noir… trop noir et ça manque cruellement d’intérêt.

  • 14h – Afterschool de Antonio Campos – Un certain regard

Le quotidien d’étudiants américains dans leur établissement, joué par de jeunes acteurs impeccables. Une vision juste qui s’appuie efficacement sur les nouvelles technologies (portable, internet) et s’inscrit donc dans l’air du temps. Tout ça fait penser à du Gus Van Sant, même vision de la jeunesse mais avec une photo beaucoup moins léchée. Un film coup de poing qui laisse K.O. à la fin de la projection mais encore une fois un tantinet longuet à mon avis.

  • 16h30 – Serbis de Brillante Mendoza – Compétition officielle

Après la découverte de ce réalisateur l’an dernier avec le très beau John John, nous repartons pour un voyage dépaysant au coeur des Philippines. Une famille tient un cinéma porno, un lieu étonnement plein de vie et de surprises. Une caméra sans cesse en mouvement dans ce grand édifice qui suit ce microcosme. C’est plein d’humour, plein de vie avec aussi un soupçon de sexe assez cru. Évasion assurée !

Après cette série de projection, je file au cocktail proposé par TFM, histoire de se remplir un peu le ventre et de se réhydrater…

  • 20h – Eldorado de Bouli Lanners – Quinzaine des réalisateurs

Une comédie belge dans la plus pure tradition wallonne. Un très bon road-movie en compagnie de deux bras cassés, un humour décalé et des personnages atypiques font de ce film une magnifique fable caustique.

  • 22h30 – Dernier Maquis de Rabah Ameur-Zaïmeche – Quinzaine des réalisateurs

Le quotidien d’une entreprise, entre coups de gueule et déconne. Comme d’habitude, le réalisateur français sonde la société actuelle avec beaucoup de justesse et propose des pistes de réflexion intéressantes, sans toutefois trop les développer. Un bon film même s’il on a une sensation d’inachevée.

Allez, on arrête les frais pour aujourd’hui, mais avant d’aller se coucher je passe quand même à la fête Serbis pour boire des coupes et grignoter quelques petits fours. En chemin, je croise une masse impressionnante de gens qui encercle Steven Spielberg, c’est assez hallucinant !

Raoul journaliste gonzo au taquet

Partenaires : Pixiel, Giiks et Bouygues Telecom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *