Test du jeu vidéo X-Men Origins: Wolverine

Grâce à l’agence Heaven, une fois encore, nous avons pu jouer en long et en large à Wolverine, le jeu vidéo, sur PS3. Votre serviteur l’a terminé et revient vous donner ses impressions sur ce jeu à license (et pas n’importe laquelle), classement SELL -18, beat’em all ultra péchu et qui n’a pas peur de montrer des tripes en quantité. On y revient juste en dessous.

Comment ne pas faire le lien avec le film dont est issu le jeu… Comme ça, à la Lex : je l’ai pas vu, ne m’en porte pas plus mal, et ça ne m’a pas empêché d’apprécier le jeu. C’est parti pour un petit test.

Ouais, tu peux avoir les choquottes !
Ouais, tu peux avoir les choquottes !

Scénario / Durée de vie Wolvie et la chasse aux méchants

Je ne vous referai pas l’histoire du film éponyme, sachez simplement que la trame est à mi chemin entre celle des comics et celle du film.  Sachez simplement qu’un gentil, Wolvie, part à la chasse aux méchants, les autres, avec beaucoup d’hémoglobine et en redécouvrant petit à petit son passé, grâce à un système de flashbacks omniprésents. Et là, c’est pas le point fort du jeu: un chapitre sur deux (à une vache près, hein) est un de ces flashbacks, dans un décor qui est toujours le même (celle qui « danse tous les soirs »), c’est un brin lassant. Et la narration en prend quand même un bon petit coup dans les dents. Mais après tout, c’est pas ce qu’on demande au jeu !

La frontière en jeu vidéo est film est de plus en plus mince, et ce ne sont pas les cinématiques de ce jeu qui vont nous convaincre du contraire: à tout point de vue sublimes, elles servent non pas la narration, mais principalement la mise en scène, en particulier l’introduction de certains combats, sur lesquels je ne vous en dit pas plus 🙂

Niveau durée de vie Comptez environ 6 à 7h de jeu pour le finir une première fois à toute berzingue, et plutôt dans les 10/12h en prenant le soin de fouiller un peu partout. C’est dans la moyenne haute des beats du moment, oserai-je dire.

Wolvie dans la neige
Wolvie dans la neige

Technique (image/son/jouabilité)Du piquage d’yeux à coups de griffes

Le développement du jeu s’est faite par une équipe de fous dingues de la licence Wolverine, Raven Software, et c’est tant mieux ! Hormis quelques bugs graphiques (j’me suis retrouvé coincé une fois ou deux derrière un grillage, dans une zone visiblement hors jeu avec obligation de recommencer toute une séquence) et ralentissements (une zone enfumée mettant à genoux la PS3, tout de même), la technique est un gros point fort du jeu. Tout au long, l’image est léchée, les décors au minimum beaux et parfois magnifiques (la jungle luxuriante, damn!). Les thèmes musicaux respectés et l’ambiance sonore se laissent agréablement écouter, et pour une fois les doublages sont plutôt réussis.
z

Du boudin
Des tripes !

GameplayVous reprendrez bien un peu de boudin ?

Ca, c’est le gros morceau. Du spectacle, du grand spectacle, même ! Chaque coup porté est ressenti jusqu’aux tréfonds de vos mimines martelant frénétiquement votre DualShock 3, ah, vous aimez ça, sentir les tripes des méchants suinter de partout, hein ! Et les idées de gameplay introduites sont là pour vous faciliter la tâche (huhuhu) et la rendre plus intuitive, plus immersive et sans temps mort. Logan est en effet capable d’une pléthore de coups à base de griffe, dont un en particulier permet de se déplacer rapidement, j’ai nommé la fente: un méchant au loin est à portée de vue. Paf ! on lui saute sur la tronche avant qu’il ai pu demander un autographe à Wolvie et il se retrouve les 6 griffes au travers du torse. Pour se voir déchiqueté ou projeté la seconde d’après, naturellement, le tout dans un ballet de gerbes sanguines du plus bel effet. D’autres coups, extrêmement puissants, nommés les furies, se déclenchent avec des combinaisons de touches et bouffent un peu de « rage » (il fallait bien ça !). Ces furies se débloquent au cours du jeu, tout comme les mutagènes, capacités pour la plupart passives améliorant résistane, expérience, force,… Un système d’upgrade (à base de points d’XP récoltés) permet également améliorer ces furies. Au final, il y a pas mal de choses à gérer pour l’évolution de son personnage.

Logan a aussi le choix pour finir ses ennemis: empalement sur les divers objets du décors (ne servant presque qu’à ça, d’ailleurs), les divers coups de griffes à travers toute partie du corps, ou simplement un joli lancé par dessus la falaise. De l’autre côté, les méchants vont avoir du mal à vous faire la peau: le principe de base, ça reste que Wolvie se régénère tout le temps. Ca se traduit dans le jeu par la barre de vie remontant dès qu’on ne se fait pas toucher pendant quelques instants, comme dans tout FPS actuel (et c’est un bel exemple de gamedesign au service de l’univers mis en scène, pour le coup). Ces régénérations, ça suit forcément une prise de bastos dans le buffet: à chaque coup pris, Wolverine voit son corps se déchiqueter, jusqu’à avoir un gros trou au milieu du ventre après des salves de fusil à pompe. Et sa chair repousse comme si de rien était, paf !

Chatouilles
Chatouilles

Plus & MinusLe tour en quelques clins d’oeil

En cours de jeu, calepin à la main, j’ai noté tout ce qui me passa par la tête. En voilà une petite sélection, avec des + et des – là où il faut.

  • + L’intro qui tue, pas de temps mort pour le début
  • + Ca défouraille, les griffes 🙂
  • Phases de plateforme à la Tomb Raider: pousser caisse, tirer corde,…
  • + Cinématiques n’ayant rien à envier à James B.
  • + La fente, ça  troue !
  • + Le T-shirt de Logan qui se déchire petit à petit
  • Trop peu d’éléments destructibles ou mobiles (c’est surtout de la caisse qu’on pousse pour pouvoir sauter là haut)
  • + Ca défouraille et ça répond si bien que ça en est jouissif
  • De la réplique profonde, à base de « J’ai gagné, t’as perdu », « Il est temps de se mettre au travail », etc (réalisé sans trucage)
  • La palette de coups, bien que large, reste concentrée sur l’utilisation des griffes (en dehors de quelques empalements et projections). J’aurais aimé ramasser une arme et flinguer un mec ou deux, comme ça, juste pour le phun.
  • Quelques bugs de clipping/de collision, et ralentissements
  • + Animations des persos au poil
  • Les flashback à foison, wtf ?
  • Décors peu variés quand même, et bien vide si on retire les méchants (je parle jamais d’ennemis, j’aime être très manichéen: les « gentils »,  les « méchants », point barre), surtout vers la fin du jeu
  • + Quelques scènes originales, en particulier une de snipe
  • Les boss, tous identiques
  • Manque de challenge
  • + Les notes sur le mythe Wolverine lors des loadings
  • « Trois ans plus tôt », ou le comique de répétition…
  • Après quelques heures de jeu, le rythme soutenu du début s’essouffle un brin
  • +/ Le retour des cassettes ! Ca fait un (bio)shock !
  • + La sentinelle !
  • + Damn, ça redéfouraille jusqu’au bout !
  • + Des bonus à débloquer, dont des costumes
Un bon bain...
Un bon bain...

Impression générale « Blockbuster » vidéoludique

Sous cette appellation, le côté très cinématesque hollywoodien ressort, avec strass, paillette, paluchage de Tarantino et autres fioritures dans l’air du temps, mais également le « creux » qu’on ressent après avoir passé quelques heures de suite dessus: manque de variété dans les décors (c’est ce qui m’a le plus gêné, peut être), coups pas encore assez variées (mais tout de même assez pour un beat’em all. C’est qu’on devient exigeant !), énigmes pour QI d’huitres dont on se serait fort bien passé, … Néanmoins, ya du charme, et pas qu’un peu: donner quelques claques avec un perso aussi brutal, rapide et maniable, donnant à voir des enchainements aussi dévastateurs que jolis à regarder est forcément un morceau de pain béni. On aimera s’en faire une partie de temps en temps pour ne pas s’en lasser, et pourquoi pas y revenir une fois ou deux.

Plus prenant qu’un Devil May Cry 4, moins technique qu’un God Of War II, c’est pour le moment un des meilleurs jeux du genre sur PS3. En attendant God of War III, bien sûr…

Et c’est un mec qui vous déteste les films de super-héros qui vous raconte tout ça. True story.

Le mot de la fin: Un très bon défouloir 🙂 Et un sacré bon jeu à licence !

Compétences

Arrachage de tête

Des p'tits trous

0 réflexion sur « Test du jeu vidéo X-Men Origins: Wolverine  »

  1. Un bon petit test, qui reflète également mon avis sur le jeu : un très honnête beat’em all, avec ce côté sympa de la licence Wolverine. A noter que le jeu est à prori plus fluide sur 360, comme souvent pour un jeu basé sur Unreal Engine 3.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *