Critique du film Dead Snow

Comme la scène hispanique depuis dix ans, la scène scandinave du film fantastique commence à s’agiter et fait parler d’elle. Si l’on pense d’abord à la Suède avec l’excellent Morse qui a cartonné au dernier Fantastic’Arts de Gerardmer, il ne faut pas oublier la Norvège qui provoque quelques remous avec Dead Snow de Tommy Wirkola. Wirkola est un trublion dans le paysage norvégien : en 2007 il s’éclate avec des potes à réaliser une parodie de Kill Bill, version norvégienne du Nord. Le film, qui avait coûté que dalle remporte un succès suffisant pour que l’édition DVD inclue des sous-titres en Anglais. Avec cette réussite, Wirkola dispose de plus de moyens pour réaliser le premier film d’horreur/gore de Norvège avec Dead Snow. Le garçon est gavé de références du genre notamment des vieux films de Peter Jackson (Bad Taste et Braindead) et Sam Raimi (Evil Dead). Le film est sorti en début d’année au pays des Vikings et son nombre d’entrée est comparable à un score supérieur 1 millions d’entrées en France. Depuis, Dead Snow tourne en festivals et devrait faire parler de lui pour la prochaine édition de Gerardmer.

Comme dans tous les bons films de ce genre, la cible des méchantes bêtes est un groupe de jeunes hédonistes et stupides. Leurs attaquants sont des Nazis zombies, à la recherche d’un trésor de guerre.

Sans plus attendre, la Bande Annonce en Norvégien, pour se mettre dans l’ambiance :

Le film est sorti en DVD il y a quelques semaines en Norvège.

Sans se livrer à une critique approfondie, on peut citer les points positifs et négatifs du film de Tommy Wirkola (vu en norvégien du finnmark, sous-titré norvégien dans une salle norvégienne) :

+ des références assumées et détournées : le film ne se prend pas au sérieux
+ un thème un poil plus original que d’habitude avec des nazis zombifiés bien bad-ass
+ du gore original et sans complexes
+ des acteurs assez convaincants : Dead Snow est norvégien et la situation (pré-zombies) est vraiment typique de sports « d’hiver »
+ du bon humour bien gras digne de ses pairs

– un peu de mal à se lancer
– son originalité n’empêche pas un certain sentiment de déjà vu.

Qu’on ne se leurre pas, Dead Snow est à mettre dans la partie haute des comédies gores de ces dernières années, notamment grâce à une image très belle et des paysages nord-scandinaves de toute beauté. Avec une réelle ambition visuelle, Wirkola livre une pelloche nettement moins amateur que les productions océaniennes qui arrivent chez nous (Black Sheep ou undead).

Dead Snow (dont la date de sortie en France ne semble pas encore annoncée) est donc une bonne comédie gore à ne pas rater pour qui aime voir des jeunes cons se faire charcuter la tronche, avec moultes références que les plus cinéphiles s’amuseront à détecter.

Ach !

0 réflexion sur « Critique du film Dead Snow  »

  1. ça a l’ air sympa , sans plus, faudrai peut etre arreter de se tirer sur la nouille avec ce genre de truc totalement anecdotique, c’ est à cause de truc comme ça que j’ achète plus mad movies

  2. Moi j’ai arrêté Mad y a 2-3 ans déjà. Ce qui m’a séduit dans DøD Snø, c’est d’une part l’ambition visuelle de livrer un vrai film, pas un truc fauché avec des effets carton pâte.
    D’autre part, l’ambiance scandinave change de 99% des films de zombies/monstres qui se passent la nuit ou en forêt. Enfin, le film de Tommy Wirkola est gavé de références qui vont toujours plaisir à voir, genre le mec qui se coupe un membre parce qu’il a trop vu de films de zombies ou des références à Evil Dead.
    Comme je l’écris, Dead Snow s’adresse aux fans de Braindead/Bad Taste ou Evil Dead 2. Alors que Black Sheep ou Undead m’ont filé quelques sourires et une mention « mouais », Dead Snow est enthousiasmant, malgré une Bande Annonce qui est, au regard du film, assez moisied.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *