Le Nouveau Michael Mann : Public Enemies

Lors de la saison des blockbusters, le buzz peut faire basculer un studio dans l’horreur. Lorsqu’un film à 100 millions de dollars doit en ramener 200 pour être considéré comme rentable, le flop est vite arrivé. Universal en paie actuellement les frais avec Land of the Lost, qui se plante complètement aux USA. Bien que le devant de la scène soit occupé par Transformers 2 (seul potentiel réel succès de l’été avec Anges et démons, Up-Là Haut et, dans une moindre mesure Star Trek), Universal craint à juste titre le flop du prochain film de Michael Mann (Public Enemies), surtout aux vues des scores américains de The Taking of Pelham 123 de Tony Scott. Si le succès de Collatéral en 2004 avait rempli les caisses de DreamWorks et Paramount, Miami Vice avait été une déception. Les avis diffèrent, mais perso, le film m’avait complètement emballé au point d’investir dans le HD-DVD.
Cette année, Mann revient avec Public Enemies, film criminel. Porté par un duel opposant Johnny Depp et Christian Bale, le film compte aussi sur une Marion Cotillard auréolée de son oscar et sur des seconds rôles solides portés par Giovanni Risibi, Emilie de Ravin (Lost, La Colline a des Yeux 2006) ou encore Stephen Dorff (Blade).
Le film se déroule dans les années 30 et devrait mélanger à la fois scènes d’action et moments plus intimistes. Lors de l’annonce du film et la vision des images, la buzz-machine en avait parlé comme du Heat version début 1930. Pour ma part, je m’attends plus à un mélange Collatéral-Miami Vice pour le traitement visuel et la part du scénario.

Une petite bande annonce

Fidèle à son esthétique numérique apparue avec Collatéral, le film de Mann devra convraincre dès ses débuts pour espérer un succès en salles. Je sais pas vous, mais moi j’ai vraiment hâte d’en savoir plus.
Le film sort le 3 juillet aux States, le 8 juillet en France. Buzz it !

Armand

0 réflexion sur « Le Nouveau Michael Mann : Public Enemies »

  1. Je vais le voir en projection de presse vendredi matin, sauf contre-ordre d’Universal, la critique sera sur Filmgeek dans la foulée 🙂

  2. J’avais pour ma part adoré « Miami Vice » pour son aspect ensorcelant et poétique. Et je comprends évidemment pourquoi il n’a pas vraiment fonctionné; il ne s’agit pas d’un film grand public comme l’était « Heat » et, dans une moindre mesure, « Collateral ».

    J’attends avec une grande impatience « Ennemis Publics » (ou « Public Ennemis », pour faire in) même si je suis – pour l’instant – assez déçu par son esthétique, attendant vraiment une transposition du style de « Collatéral » qu’il avait su faire murir avec succès dans « Miami Vice »; une image numérique avec tous les sublimes défauts qu’elle laisse apparaître dans les deux films pré-cités, transposée dans les années 30, aurait pu donner un résultat assez saisissant.

    Ici, la patte semble plus classique, un peu plus monotone; en somme, fait plus « ceci est un film dont l’histoire se déroule avant-guerre ».

    Et oui Pascale, Johnny commence à redevenir un peu plus intéressant ces derniers temps 😉

  3. Dans Miami Vice, la scène de vol du jet privé dans les cumulo-nimbus (les nuages) des Caraïbes était d’une rare beauté. Je me suis senti planer dans mon fauteuil de ciné. Si quelqu’un d’autre avait été préféré à Colin Farell ça aurait sans doute gagné en crédibilité de jeu. Ben Affleck a maintenant une gueule de trentenaire et aurait pu convenir au rôle.

  4. J’avais DETESTE Miami… Il faut dire que c’est difficile de voir du vice dans le regard d’un acteur qui a des yeux de poisson mort !!!

    Ralph : il était temps qu’il se ressaisisse le Johnny !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *