Paranormal Activity : le phénomène expliqué

paranormal-activity-header

Outre-Atlantique un phénomène filmique est en train de faire fantasmer tous les producteurs et distributeurs : Paranormal Activity.

L’exemple de The Blair Witch Project vient forcèment à l’esprit : budget similaire se comptant en dizaines de milliers de dollars (soit disant 15 000$ pour PA contre environ 35000$ pour TBWP), buzz internet conséquent et carton au box-office (avec quand-même 180 millions de recettes aux US et 249 dans le monde pour la sorcière de Blair).

En 10 ans, internet et les usages ont beaucoup changé mais pas les bonnes recettes, voici donc une petite étude d’un cas pas si particulier :

Le film est écrit et réalisé par un nouveau venu, Oren Peli, pour peanuts, dans une maison avec deux acteurs et un fantôme dans un style documentaire : vous remplacez donc le réal par deux types, la maison par une forêt et le couple par trois étudiants, le ventilo par une sorcière et ça devrait vous rappeler quelque chose…

paranormal-activity-movie-poster

Le film est projeté pour la première fois lors du Screamfest Horror Film Festival puis des DVD sont envoyés pour trouver un distributeur. Flairant le bon coup en partie grâce à Spielberg (d’après la légende), Dreamworks achète le film (qui tombera plus tard dans l’escarcelle de Paramount après leur divorce). Ces derniers envisagent au départ d’en faire un remake avec de plus gros moyens en accord avec le réalisateur qui le filmerait mais il négocie quand-même une sortie réduite afin de tester sa première version en public, nous sommes en 2007.

Coup de maître : le film fonctionne et le bouche à oreille est enclenché, soutenu par les blogueurs. Ils retouchent un peu le film, liftent l’affiche et choisissent de le sortir dès le 25 septembre sur seulement 13 copies (sortie très très limitée pour un premier WE) tout d’abord dans 13 villes universitaires. Ces salles sont annoncées dans la bande-annonce qui reprend d’ailleurs la même recette que celle de [REC] (REC qui applique d’ailleurs aussi la même équation scénaristique que TBWP) en filmant les réactions des spéctateurs effrayés puis invite les spéctateurs frustrés de ne pas pouvoir voir le film près de chez eux à reclamer une séance dans leur ville sur un site dédié.  Le film rapporte déjà 77 873$.

paranormal-activity-poster

Le second WE, le film passe sur 33 écrans et engrange 532 242$. Toutes les séances sont complètes, l’attente est à son comble pour la prochaine étape.

Troisième WE, la sortie est toujours réduite mais s’étend maintenant sur 159 salles, le film rapporte 7,9 millions soit plus de 49 000 dollars par salle (4 fois le budget initial du film) et grimpe à la 5ième place du box-office du WE. Le site de requêtes, quant à lui, recense plus d’un million de demandes.

On parle aussi maintenant du squattage des trendings topics de Twitter et des 70 000 fans de la page Facebook, on est donc prêt pour la quatrième étape : la sortie nationale demain sur 760 copies et peut-être bientôt plus large encore avec l’arrivée d’Halloween, en sachant qu’on en est aujourd’hui à 11 502 157$, j’ai hâte de voir les prochains chiffres.

Pendant ce temps-là le film est vendu dans 52 pays et Wild Bunch avance la sortie française du 6 janvier 2010 au 2 décembre 2009, histoire de profiter de la vague.

Alors que retenir de tout ça ? Tout d’abord que le film en lui-même n’a quand-même pas l’air génial avec son histoire de maison hantée et je sens déjà revenir le sentiment d’arnaque que j’avais ressenti lors de Blair Witch qui m’avait alors bien gonflé.

Ensuite, comme on a pu le voir entre la structure du film et le marketing ça sent le réchauffé et la méthode de distribution est, elle aussi, loin d’être nouvelle et surtout elle est bien rôdée, elle était déjà appliquée auparavant pour toutes les petites productions indépendantes qui sortaient dans un premier dans les grandes villes comme NY ou LA avant de s’étendre, selon les chiffres, étape par étape à tout le territoire jusqu’aux centres commerciaux. Miramax avait ensuite mis à mal ce système en faisant des sorties massives mais c’est une autre histoire.

Bref, entre le film lui-même, le paquet dans lequel on nous le vend et sa distribution, ça sent, à mon avis, donc plus le recyclage que le phénomène inexpliqué.

0 réflexion sur « Paranormal Activity : le phénomène expliqué »

  1. Enfin voilà un article qui retrace un peu son parcours. Son parcours est très bien décris, merci !

    En revanche, la fin me surprend un peu. Je dois avouer que j’ai hâte de voir ce film mais ton avis me refroidit un peu. A voir !

    Enfin, je suis d’accord avec Armand-Aurélien, ce n’est pas un divorce mais un rachat qui s’est passé sans soucis !

    Bon dimanche à toi !

  2. Je suis actuellement a San Jose pres de San Francisco. Vu l’enorme buzz autour du film et etant friand de films d’angoisse, je suis alle voir Paranormal Activity avec ma cousine (on a 25 et 30 ans) hier. Et bien, ce film est ridicule, une grosse blague. J’ai vu et adore « Rec », « Blair Witch », « La Colline a des yeux », je faisais pas le fier dans mon siege devant ces films mais la, on atteint le summum du foutage de gueule. La campagne marketing orchestree autour du film est faite d’une main de maitre mais elle vient cacher le vide sideral de ce film. J’ai hate d’observer la sortie francaise et ecouter les avis des spectateurs.. dans tous les cas, ne vous attendez pas du tout a un film angoissant, j’ai l’impression que les reviews positives laisses sur divers sites internets ne sont que le fruit de la prod et du distributeur..

  3. Roger Roger ! 🙂

    C’est exactement ce que je soupçonne et encore je suis moins indulgent avec [REC] et encore moins avec Blair Witch ^^

    Après, je suis totalement pour les films sous cette forme hyper-réaliste, du pseudo documentaire/reportage, le montage d’archives, le film de potes/famille ou bien les hybrides comme l’excellent Redacted, mais je pense que l’écriture doit suivre même si l’impro est primordiale : si le scénario est vide, les bons effets ne combleront pas le manque d’idées.

  4. Une merde sans nom(désolé pour la vulgarité).

    Après avoir vu les réactions en salle au États-Unis via « Le Petit Journal People » de Yan Barthes sur canal+ à l’époque de la sortie du film, j’avais impatience de voir ce film.

    J’ai juste perdu 1h30 de ma vie =)
    Scénario inexistant, jeu des acteurs nul, « effets » en plus d’être léger ne sont pas mis en valeur.

    Le film se résume en ne regardant que les scènes de nuit (soit 15-20min de film en fait) parce que bon les scènes des journées ne servent à rien… Pour exemple le type qui leur rend visite qui s’y connait en paranormal, lors de sa deuxieme visite il se barre soit disant parce que l’esprit ne veut pas de lui ici….. OOOookkkk… inutile au possible, enfin bon.
    Je n’ai vraiment pas compris l’intérêt de ce film ce qu’a voulu montrer le réalisateur, voulait-il nous faire peur? voulait-il faire un pseudo documentaire sur le paranormal? Juste raconter une histoire?…
    Je le place au niveau de Black Sheep dans ma liste noir =) (Si vous ne l’avez pas vue, vous n’avez rien perdu)

    Au final un gros buzz autour de ce film pour rien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *