Critique du film Mother de Bong Joon-Ho

affiche mother

Mother, un film de Joon-ho Bong

L’histoire : Une mère, veuve, élève seule son fils, Do-joon, devenu adulte mais qui n’a jamais vraiment grandi mentalement. Se sentant coupable de la naïveté et de la conduite immature de son fils, elle le surprotège, agissant avec lui comme s’il était encore un enfant. Un jour, une jeune fille est retrouvée morte. La police accuse Do-joon et l’arrête. La mère est persuadée que son fils est innocent et mène sa propre enquête pour le prouver.

L’idée générale : Mother est le dernier film de Bong Joon-ho, réalisateur sud coréen qui a à son actif Memories of Murder et The Host. Il signe avec Mother un drame intimiste et intense, où le rôle de la mère est sublimement interprété par l’actrice sud-coréenne Kim Hye-Ja, véritable star dans son pays. Beaucoup de ses compatriotes la redoutaient dans ce rôle, qui pouvait « salir » son immense carrière. Pourtant, ce personnage intriguant porte le film sur ses frêles épaules avec une force rare, transcendé par la mise en scène de Bong Joon-ho, faite d’une alternance de plans très rapprochés et très larges, renforçant la détermination de cette mère mais aussi son isolement dans ce combat pour sauver son fils. Plusieurs fois j’ai ressenti dans ce film l’ombre d’Almodovar, autant dans la mise en scène que dans le récit, qui se déroule doucement mais avec une destinée implacable. La place de l’humour, comme dans tous les films de Bong Joon-ho, est importante, humour aigre doux, où le spectateur est amené à sourire malgré un contexte dramatique.

Le bon : Le personnage de la mère donc, sublime, proche de la folie dans cette relation fusionnelle qu’elle entretient avec son fils. La mise en scène mature, simple et puissante à la fois, avec des travellings qui restent en tête longtemps après la vision du film.

Le moins bon : le personnages du fils, qui, comme le héros de The Host, peut avoir tendance à énerver tant leur bêtise est grande et souvent, surjouée. Le rythme un peu trop lent, mais c’est ce qui caractérise aussi le cinéma sud-coréen.

Bilan : un film bouleversant et poétique, qui confirme le jeune Bong Joon-ho comme l’un des meilleurs réalisateurs de sa génération.

Caro

0 pensée sur “Critique du film Mother de Bong Joon-Ho”

  1. @Luk Bizarrement, le fils m’a beaucoup moins dérangé à la seconde vision du film et je pense que c’est dommage de passer à côté du film surtout avec la performance de l’actrice principale 🙂

  2. film lent un peu terne malgré le jeu de la mère . je me suis endormi ( on me l’a dit car j’ai ronflé un instant.) ça ne tient pas en haleine . Donc mefiance tjrs , même si la critique se veut favorable a cet auteur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *