A Single Man, un film de Tom Ford

affiche a single man

Aujourd’hui sort en salle la première œuvre cinématographique de Tom Ford (qui en est à la fois scénariste, réalisateur et producteur). Tom Ford, c’est le couturier texan qui remit sur pied Gucci dans les années 90, donna un souffle nouveau à la maison Yves Saint Laurent dont il fut le directeur artistique au début des années 2000 et qui décida, au sommet de sa gloire de styliste, de se mettre au cinéma.

tom ford
Tom Ford
propose régulièrement pour ses produits des campagnes de pub « porno-chic » parfois censurées car pas toujours du meilleur goût (je vous laisse faire un tour sur google images pour apprécier par vous-même).

A Single Man est l’adaptation d’une nouvelle de Christopher Isherwood, Un Homme au Singulier (en français), publié en 1964, qui traite d’un professeur homosexuel qui ne parvient pas à faire le deuil de son compagnon. Christopher Isherwood est aussi connu pour avoir écrit la nouvelle « Adieu à Berlin » en 1939, que Bob Fosse adapta en 1972 avec son flamboyant Cabaret.
Le film est aussi produit par Chris Weitz (connu entre autres pour American Pie, The Golden Compass, Twilight 2).

On aurait pu s’attendre à ce que tous ces éléments nous offrent un film trivial, frivole, outrancier.
A Single Man
est un film sensible, maitrisé, élégant.

a single man 1

Synopsis : Los Angeles, 1962. Depuis qu’il a perdu son compagnon Jim dans un accident, George Falconer, professeur d’université britannique, se sent incapable d’envisager l’avenir. Solitaire malgré le soutien de son amie la belle Charley, elle-même confrontée à ses propres interrogations sur son futur, George essaie sans trop y réussir de vivre «comme avant». Une série d’événements et de rencontres vont l’amener à décider s’il peut y avoir une vie après Jim.

a single man 6

A Single Man est concis dans la durée (à peine 1h30) et pourtant son réalisateur prend le temps de développer tout son univers visuel. Car finalement, dans ce film, tout se joue sur le magnétisme d’attraction et de répulsion des regards. Magnétisme de celui qui ne voit plus qu’à travers ses souvenirs, magnétisme de celle qui ne voit qu’à travers ses rêves d’avenir, magnétisme de celui qui s’ouvre à la vie, magnétisme de celui dont la vie s’est arrêtée si brusquement.

a single man 7

La mise en scène, lente mais sans jamais être lourde, fait la part belle au choix de compositions des plans et des couleurs qui révèlent à chaque instant l’état d’esprit de Georges, de son dégoût pour la vie sans Jim, de ses moments de joie et d’acceptation, de ces petits plaisirs de l’existence qui nous font (re)connaître les bonheurs simples.

a single man 5

Ce premier film à la maitrise formelle sophistiquée aurait pu sombrer dans une superficialité du propos, mais c’était sans compter un récit convaincant qui emporte le spectateur au ressenti des émotions de Georges et de Charley. L’enjeu dramatique est simple, mais c’est dans cette simplicité que nait tout la justesse du discours de Ford et Isherwood.

a single man 8

D’ailleurs, ce film est un écrin pour des acteurs au sommet de leur art : Colin Firth trouve enfin un rôle à sa mesure, lui permettant de déployer une palette d’émotions qui n’avait jamais été réellement révélée chez le britannique et Julianne Moore offre un personnage féminin d’une modernité détonante, dans cette Amérique anxieuse et manichéenne du début des 60’s.

a single man 4

Vous l’aurez compris, ce film est d’une puissance rare et évite toute forme de pathos malgré les thèmes de l’amour et du deuil constamment présent. Tom Ford prouve qu’il est déjà un grand maître du cinéma qui a su déjouer, par sa sincérité et sa passion, les pièges d’écriture et de réalisation que connaissent habituellement les cinéastes en herbe.

a single man 2

Lors de leur séjour promo à Paris, Filmgeek et quelques autres bloggeurs ont pu rencontrer Tom Ford, Colin Firth et Julianne Moore grâce à CinéFriends et Mars Distribution. La rencontre fut charmante et pleine d’enthousiasme. Malheureusement, les photos et les vidéos étaient interdites (sauf un cliché que j’ai pu faire trop rapidement à la fin).

Conf de Presse A Single Man

Tom Ford a évoqué son parcours dans la mode, et du fait qu’il ne pouvait pas exprimer véritablement son art à travers le stylisme. Se considérant comme un designer commercial, il a rapidement eu envie de trouver une nouvelle forme de création, plus sincère, au cinéma. Ce qu’il y a de plus important pour lui, c’est d’avoir finalement quelque chose à dire, de défendre un point de vue, ce que le cinéma peut offrir. Mais le cinéma et la mode ont le point commun de fabriquer des oeuvres de collaboration. C’est ce que Tom Ford voulait retrouver, le travail en équipe, en atelier.

A propos du récit de Christopher Isherwood, il a expliqué qu’il avait lu la nouvelle quand il avait 20 ans, et qu’il avait toujours su que ce serait son premier film. Il a pu rencontrer Isherwood, connaitre mieux son univers. A 40 ans, il a relu Un Homme au Singulier et a enfin compris toute la dimension spirituelle du roman, notamment dans la notion de vie au présent, du « vivre maintenant ». Il se lança alors dans l’aventure cinématographique.

Colin Firth a confié que A Single Man était l’expérience la plus intense qu’il avait connue comme acteur, notamment sur cette façon que le film avait d’expérimenter le présent. Personnellement, il n’est pas un homme à vivre dans le présent, mais plutôt dans l’anticipation, et se mettre dans la peau de George lui a fait prendre conscience sur que ce qu’est « être dans le présent. » Mais cela uniquement en jouant le personnage de George, car dans sa vie personnelle, rien n’a vraiment changé, il ne réussi toujours pas à vivre dans le présent (il ajoute même plus tard qu’il est probablement à 200km d’ici à ce moment précis, peut-être à Calais ou déjà en Californie : il a une relation très limitée au présent. Et quand on voit à quelle vitesse il a filé à la fin de l’interview, on le comprend davantage!)

Julianne Moore a donné quelques détails sur la façon dont le tournage s’est déroulé, notamment sur le fait que Tom Ford lui ai laissé beaucoup de liberté pour créer son personnage tout en lui donnant certaines règles dont elle avait besoin. Le point de vue de Tom Ford était important pour elle pour comprendre toute la complexité de Charley. Le plan où elle se maquille est son préféré, car tout est dit sur son personnage.  Ils n’avaient jamais tourné ensemble avec Colin Firth, ni ne s’étaient avant le film vraiment rencontrés (sauf une fois, dans un ascenseur à Toronto), elle a énormément apprécié travailler avec lui, surtout pour la joie de vivre et l’humour qu’il dégageait entre les prises. D’ailleurs Tom Ford avait parfois du mal à gérer la bonne humeur de ses deux acteurs : « Julianne était fantastique sur le tournage. elle pouvait bavarder avec Colin jusqu’au «action !» et immédiatement se retrouver dans son personnage avec son accent britannique. »

a single man 3

Il faut savoir aussi que Tom Ford allait sur le tournage en costume, parce que cela fait parti de sa personnalité d’être toujours bien habillé, au grand étonnement de Colin Firth qui en 25 ans de tournage n’avait jamais vu un réalisateur aussi classe lors des tournages. C’est pour Colin Firth probablement une des raisons pour laquelle le monde du cinéma a accueilli Tom Ford avec beaucoup de scepticisme, parce que ce milieu n’est pas habitué à ça. Ce à quoi Tom Ford conclu : « Je suis au fond un peu comme Georges. Si l’extérieur est parfait alors le reste est parfait ».

Finalement, dans la mode comme au cinéma, Tom Ford bouleverse les conventions et ça lui va bien… à nous aussi d’ailleurs.

Caro

0 réflexion sur « A Single Man, un film de Tom Ford »

  1. Bonjour,

    Je viens de voir ce soir ce film en DVD avec mon ami.

    Ce film est une pure merveille.

    Il est aussi prenant que « My Own Private Idaho » ou encore « Brokeback Mountain » ou de grands films traitant la condition homosexuelle avec une grande finesse d’esprit.

    La beauté des images, les gros plans sensuels sur les regards baignés de désir, la musique envoûtante font de ce film un moment inoubliable à partager avec l’être aimé.

    Cordialement.
    Richard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *