Le Programme VOD de mars-avril sur CanalPlay

canalplay

C’est le dernier double programme Canaplay. Après plusieurs mois d’utilisation, passés les débuts difficiles (en partie dus à des soucis techniques dans mon installation réseau) j’ai été plutôt agréablement surpris par le service : beaucoup de choix dans les films récents, service rapide et assez bon marché. Voici donc mes deux dernières recommandations :

Tout d’abord : Démineurs, la surprise de Oscar 2010. Je ne pense pas que le film méritait la plus haute récompense, ni sa réalisatrice d’ailleurs, mais au moins celle du meilleur montage. Car c’est le point fort du film : un montage ultra-efficace, qui maintient la tension d’un bout à l’autre du film et pas seulement pendant les très bonnes séquences de déminage.

Mon second choix se portera aussi sur un film de guerre, non pas un récent mais sur un grand classique : Deer Hunter – Voyage au bout de l’enfer.
Parce que c’est un de mes films préférés, qu’il a tout pour lui : un scénario bouleversant, un réalisateur surdoué, des acteurs au sommet et qu’il me retourne à chaque vision.

Bonnes séances de salon à vous et merci à Canalplay de nous avoir permis de tester leur service de VOD et d’avoir été si patient 😉

Test de White Knight Chronicles sur PS3

Une fois encore, nous avons pu metrte la main sur une exclu PS3, un des trois ou quatre gros RPG du moment: White Knight Chronicle, du studio Level-5, qui a une certaine assise dans le monde du jeu de rôle electronique: les deux Dark Cloud, Dragon Quest VIII et Rogue Galaxy (tout ça sur PS2), c’était eux ! Ainsi que les Professeurs Layton, dans un autre genre.
Bref, revenons aux chroniques de notre chevalier blanc, débarqué chez nous un an après la sortie japonaise, dans une certaine indifférence, pourrions-nous dire. Vrai ? Non, pas tant que ça: façe à la concurrence du moment, White Knight Chronicle n’a pas eu le droit à la même dose de médiatisation.
Peut être que ce ne sera pas le cas pour le(s) prochain(s) épisode(s), la série étant initialement prévue comme une trilogie.
L’idée générale
Dans un monde heroic fantasy de bonne facture, vous, Leonard, êtes amené à contrôler une armure gigantesque « à la Evangelion » pour poutrer du méchant. Déjà fini ? Oh bah non, car, vous l’aurez deviné, la princesse du coin se fait bêtement enlever par les méchants. On a du mal à y croire, mais c’est pourtant bien le pitch de l’intrigue.
Chose étonnante: avant le début de l’aventure, on vous propose de customiser l’apaprence d’un personnage de A à Z pour, par la suite, le voir à côté du personnage principal Leonard, mais totalement asbent du scénario. Ce personnage est en fait celui que l’on incarne dans les parties en coopération. Mais à quoi bon nous faire faire ça avant d’accéder au mode multi ?
Heureusement d’autres personnages vous rejoindrons en cours de route,
Le bon
Avant tout, et malgré l’année de retard, j’ai adoré les ambiances qui se dégagent des décors et des animaux/monstres rencontrés, même si ce sont des canons du genre: c’est beau, c’est rebeau et ça bling bling dans les yeux… Et on a le temps d’admirer, vu la grandeur des espaces de jeu (ça change de FF XIII, donc) !
La réalisation va de pair, les cinématiques sont plutôt de bonne facture également, même si elles ne racontent pas grand chose de bien intéressant.
Les thèmes musicaux sont agréables sans grand plus, et ont le bon goût de ne pas trop rester en tête (indispensable vu le temps qu’on passe dans les combats par exemple)
Ensuite, les possibilités offertes par les menus, en terme de customisation des sorts, des armes etc sont très grandes et raviront ceux qui aiment perd… passer du temps dans les menus.
Enfin, le mode multi: chacun peut y construire son monde, y inviter des amis pour partager quelques aventures en coopération. La durée de vie y est gigantesque (compter une centaine d’heures pour en faire le tour),
Soit dans le bon, soit dans le moins bon
Parmi les évènement qui se passent dans le jeu, certains, pris au 2nd degré, sont franchement marrant, comme la première rencontre avec les piafs télépathes (une repompe assumée de la découverte du message de Leia planqué dans R2D2), ou bien la scène de valse sur l’étang avec un hologramme.
Mais je ne suis pas certain qu’il faille le prendre au 2nd degré, c’est là le problème…
Le moins bon
Un bon RPG, c’est avant tout pour moi une bonne histoire et des persos charismatiques. Ici, avec un scénar plateformesque de sauvetage de princesse, et un avatar-huitre, ça part plutôt mal. Car oui, notre Leonard n’a rien de follement attirant, il faut bien le dire.
A cela s’ajoute un élément évoqué plus haut: les menus, complexes, lourds, peu intuitifs et dans lesquels la fastidieuse préparation des combats (assignation des coups et sorts, préparation des combos) est nécessaire. Tout cela part certainement de la bonne intention d’alléger les combats et de les dynamiser, c’est tout à l’honneur du jeu. Mais alors pourquoi faire des combats si mou ? Un coup (épée, sort,…) toutes les 5 ou 6 secondes ? A côté, ceux de WoW paraissent très chorégraphiés…
Le dernier point que je soulèverai est la durée de vie: 30h, c’est plutôt dans la moyenne basse des jeux du genre. J’avoue, je ne l’ai pas fait en entier, et je vais avoir du mal à le finir.
Le bilan
Ayant suivi avec attention et intérêt à peu près tout ce qui s’est dit sur le jeu depuis les premières infos, je ne cache pas que j’ai été assez déçu, surtout pour une productionLevel-5. On vantait ce fameux système de jeu novateur, avec des bastosn dynamiques; c’est plutôt le contraire: gentillet, sans trop de risque. Heureusement que quelques éléments du gameplay viennent rattraper cela (personnalisation des combos,…)
Néanmoins, même si ce n’est pas pour son scénar White Knight Chronicle est un titre accrocheur, si l’on prend le temps de s’y plonger un minimum: les décors sont tout aussi fantastiques que le bestiaire, et l’on prend un certain palisir à parcourir les immenses étendues, très variées.
Ce dont souffre le plus le jeu, c’est certainement de la concurrence rude en ce moment: avec un apparemment sympahique Resonnance of Fate et un déjà best-seller Final Fantasy XIII, le choix de la date de sortie de White Knight Chronicle n’était peut être pas la plus adaptée.
Bon hop, on va se relancer un petit Rogue Galaxy pour la peine !

titre

Une fois encore grâce à Connect, nous avons pu mettre la main sur une exclu PS3, un des trois ou quatre gros RPG du moment: White Knight Chronicles, du studio Level-5, qui a une certaine assise dans le monde du jeu de rôle électronique : les deux Dark Cloud, Dragon Quest VIII et Rogue Galaxy (tout ça sur PS2), c’était eux ! Ainsi que la série des Professeur Layton sur DS, dans un autre genre.

Bref, revenons aux chroniques de notre chevalier blanc, débarqué chez nous un an après la sortie japonaise, dans une certaine indifférence, pourrions-nous dire. Vrai ? Non, pas tant que ça : façe à la concurrence du moment, White Knight Chronicles n’a pas eu le droit à la même dose de médiatisation. Peut être que ce ne sera pas le cas pour le(s) prochain(s) épisode(s), la série étant initialement prévue comme une trilogie.

1

L’idée générale

Dans un monde heroic fantasy de bonne facture, vous, Leonard, êtes amené à contrôler une armure gigantesque « à la Evangelion » pour poutrer du méchant. Déjà fini ? Oh bah non, car, vous l’aurez deviné, la princesse du coin se fait bêtement enlever par les méchants. On a du mal à y croire, mais c’est pourtant bien le pitch de l’intrigue.

Chose étonnante : avant le début de l’aventure, on vous propose de customiser l’apaprence d’un personnage de A à Z pour, par la suite, le voir à côté du personnage principal Leonard, mais totalement absent du scénario. Ce personnage est en fait celui que l’on incarne dans les parties en coopération. Mais à quoi bon nous faire faire ça avant d’accéder au mode multi ?

Heureusement d’autres personnages vous rejoindrons en cours de route,

2

Le bon

Avant tout, et malgré l’année de retard, j’ai adoré les ambiances qui se dégagent des décors et des animaux/monstres rencontrés, même si ce sont des canons du genre : c’est beau, c’est rebeau et ça bling bling dans les yeux… Et on a le temps d’admirer, vu la grandeur des espaces de jeu (ça change de FF XIII, donc) !

La réalisation va de pair, les cinématiques sont plutôt de bonne facture également, même si elles ne racontent pas grand chose de bien intéressant.

Les thèmes musicaux sont agréables sans grand plus, et ont le bon goût de ne pas trop rester en tête (indispensable vu le temps qu’on passe dans les combats par exemple)

Ensuite, les possibilités offertes par les menus, en terme de customisation des sorts, des armes etc. sont très grandes et raviront ceux qui aiment perd… passer du temps dans les menus.

Enfin, le mode multi : chacun peut y construire son monde, y inviter des amis pour partager quelques aventures en coopération. La durée de vie y est gigantesque (compter une centaine d’heures pour en faire le tour),

3

Soit dans le bon, soit dans le moins bon

Parmi les évènement qui se passent dans le jeu, certains, pris au 2nd degré, sont franchement marrant, comme la première rencontre avec les piafs télépathes (une repompe assumée de la découverte du message de Leia planqué dans R2D2), ou bien la scène de valse sur l’étang avec un hologramme.

Mais je ne suis pas certain qu’il faille le prendre au 2nd degré, c’est là le problème…

4

Le moins bon

Un bon RPG, c’est avant tout pour moi une bonne histoire et des persos charismatiques. Ici, avec un scénar plateformesque de sauvetage de princesse, et un avatar-huitre, ça part plutôt mal. Car oui, notre Leonard n’a rien de follement attirant, il faut bien le dire.

A cela s’ajoute un élément évoqué plus haut : les menus, complexes, lourds, peu intuitifs et dans lesquels la fastidieuse préparation des combats (assignation des coups et sorts, préparation des combos) est nécessaire. Tout cela part certainement de la bonne intention d’alléger les combats et de les dynamiser, c’est tout à l’honneur du jeu. Mais alors pourquoi faire des combats si mou ? Un coup (épée, sort,…) toutes les 5 ou 6 secondes ? A côté, ceux de WoW paraissent très chorégraphiés…

Le dernier point que je soulèverai est la durée de vie: 30h, c’est plutôt dans la moyenne basse des jeux du genre. J’avoue, je ne l’ai pas fait en entier, et je vais avoir du mal à le finir.

5

Le bilan

Ayant suivi avec attention et intérêt à peu près tout ce qui s’est dit sur le jeu depuis les premières infos, je ne cache pas que j’ai été assez déçu, surtout pour une production Level-5. On vantait ce fameux système de jeu novateur, avec des bastons dynamiques; c’est plutôt le contraire : gentillet, sans trop de risque. Heureusement que quelques éléments du gameplay viennent rattraper cela (personnalisation des combos,…)

Néanmoins, même si ce n’est pas pour son scénar, White Knight Chronicles est un titre accrocheur, si l’on prend le temps de s’y plonger un minimum : les décors sont tout aussi fantastiques que le bestiaire, et l’on prend un certain plaisir à parcourir les immenses étendues, surtout en coopération.

Ce dont souffre le plus le jeu, c’est certainement de la concurrence rude en ce moment : avec un apparemment sympathique Resonnance of Fate et un déjà best-seller Final Fantasy XIII, le choix de la date de sortie de White Knight Chronicles n’était peut être pas le plus adapté.

Bon hop, on va se relancer un petit Rogue Galaxy pour la peine !

6

Blogs Cinéma : le Best Of de la semaine S03E29

best of blog cinema

Ce WE  nous avons un vagabond, une compil’, un jeu concours et un petit bilan sur la sortie de L’Arnacoeur !

Le joli succès de L’Arnacoeur

affiche arnacoeur facebook


Avec près de 1 167 000 spectateurs pour la première semaine d’exploitation sur 379 copies, L’Arnacoeur, réalisé par Pascal Chaumeil avec Romain Duris et Vanessa Paradis, est un carton, le plus gros succès pour un film films français depuis le début de l’année. Le film a une moyenne de 3000 spectateurs par copie, ce qui est énorme et Universal a d’ailleurs ajouté 50 copies pour la seconde semaine.

arnacoeur critique presse

C’est un plébiscite aussi bien critique que publique , le film est en effet classé second meilleur film au cinéma selon les spectateurs d’allociné (juste après Avatar).  Ce classement est établi selon les notes spectateurs (1600) qui sont très hautes : 43 % ****,  41 % ***,  12 % **,  3 % *,  2 % °, confirmant les retours très positifs de la séance de Club 300 Allociné : « Excellent » : 63 % / « Bien » : 36% / « Pas si mal » : 4% / « Super Naze » : 0% (oui je sais ça fait plus de 100%, mais c’est sans doute AlAmine Eric (?) qui a fait les calculs ;)).

C’est un succès aussi sur le web : la bande-annonce a été vue 985 545 fois rien que sur Allociné.

Les opérations menées par Cinéfriends ont aussi très bien marchées, la page facebook compte par exemple plus de 11 000 fans. Cette communauté ayant été animée par différents jeux et applications développés pour le film.

arnacoeur facebook

Twitter aussi n’est pas en reste, le compte officiel tourne bien et l’indicateur Twittomètre est excellent avec plus de 90% d’avis positifs.

arnacoeur twittometre

Les tweets et les messages sur facebook étant relayés dans un onglet sur la page facebook et affichés directement dans un bandeau sur le site officiel.

arnacoeur site

Bref, c’est un joli succès et je ne suis pas peu fier d’y avoir participé à ma modeste mesure avec Cinéfriends 🙂

et SortiesCinema

Chris Evans sera Captain America

Je ne sais pas si vous avez suivi l’actualité récente de Marvel, mais il y avait une certaine effervescence en Californie pour le rôle convoité de Captain America.

Continuer la lecture de « Chris Evans sera Captain America »

Blogs Cinéma : le Best Of de la semaine S03E28

best of blog cinema

Mon WE en Bretagne pour un mariage entre deux amis bourguignon et breton c’est bien passé : je ne me souviens de rien de ce qui c’est passé cette semaine. Heureusement, le best-of est là pour ne retenir que le meilleur (ou le pire) :

Les Losers (The Losers): infos, video, la totale.

The Losers, à la base, c’est un comics de chez DC. Comme c’est à la mode en ce moment, ledit comics passe sur grand écran, chez Warner comme les autres productions DC et chez Joel Silver (Dark Castle) du côté du financement. Et y’a Zoe. Mais si ! Zoe Saldana! L’alien la plus sexy de l’Univers (Star Trek, Avatar). Ci-dessus, la vieille affiche des Losers, version 1970.

Continuer la lecture de « Les Losers (The Losers): infos, video, la totale. »

Galerie de photos et Featurette d’Adèle Blanc-Sec+la bande-annonce

Mon petit doigt m’a dit que Les Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec avaient un petit peu de retard et ne devraient être terminées que ce WE soit moins d’un mois avant sa sortie en salle le 14 avril.

En attendant, voici une featurette intitulée « Le film rencontre la BD » mettant en parallèle les images du film et les planches de la BD de Tardi, suivie d’une grosse galerie de photos du film [MAJ] et de la bande-annonce en exclu ce WE sur Yahoo et Filmgeek-TV 😉.


Adele Blanc-Sec, le film rencontre la BD
envoyé par FilmGeek-TV.

Blogs Cinéma : le Best Of de la semaine S03E27

best of blog cinema

Un petit best-of un peu tard pour cause de dimanche civique en province 🙂

Cinefeed : à la rencontre de Grégoire Vigneron
Rob Gordon a Toujours Raison : Les Chèvres du Pentagone (critique)
Cineblogywood : Glee, ça ne se sniffe pas mais c’est bon !
Filmgeek : Critique du film La Rafle, de Rose Bosch

Affiches Espagnoles

Je suis off à Madrid pour quelques jours, ce qui me donne l’occasion de chopper quelques clichés d’affiches à la sauce hispanique. Je ne dirai pas que j’ai raté la rencontre avec un producteur (enfin un mec du bizz) qui disait à deux demoiselles qu’il avait fait venir Woody Allen 2 fois pour je-ne-sais-quoi… C’était dans un bar, et j’ai pas osé m’incruster avec mes deux mojitos… Lose j’vous dit.

Bref, voilà les affiches

Continuer la lecture de « Affiches Espagnoles »