[Deuxième Séance] World Invasion: Battle Los Angeles

Le film est toujours à l’affiche et je viens seulement de le voir, mais dans une des plus grandes salles THX du monde: Le Colosseum d’Oslo.

Continuer la lecture de « [Deuxième Séance] World Invasion: Battle Los Angeles »

Jean Dujardin et Gilles Lellouche tournent Les Infidèles


Jean Dujardin et Gilles Lellouche viennent d’officialiser le tournage du film Les Infidèles qu’ils présentent comme un vrai film « d’aventures » !

Il s’agit d’une comédie traitant de l’infidélité du point de vue masculin et de ses nombreuses variations avec derrière la caméra, Jean Dujardin et Gilles Lellouche bien-sûr mais aussi une belle équipe : Emmanuelle Bercot, Fred Cavayé, Michel Hazanavicius, Jan Kounen, Eric Lartigau et Riad Sattouf.

Le script est aussi signé Jean Dujardin et Gilles Lellouche, en compagnie de Stéphane Joly, Philippe Caverivière et Nicolas Bedos.

Oh surprise ! Jean et Gilles interprèteront les rôles principaux des différentes histoires, aux côtés de nombreux acteurs qui viendront leur donner la réplique : Mélanie Doutey, Alexandra Lamy, Géraldine Nakache

Le tournage débutera le 16 mai 2011 entre Paris et Las Vegas et durera 10 semaines pour une sortie prévue le 29 février 2012.

Voilà, une belle brochettes, beaucoup de « potes », espérons juste que le scénario sera à la hauteur des talents réunis, mais moi j’ai envie d’y croire !

Critique du film Scream 4 de Wes Craven

Synopsis : Pour la sortie de son livre, Sydney (Neve Campbell) revient à Woodsboro 10 ans après les derniers faits du tueur au masque. Elle y retrouve sa cousine Jill (Emma Roberts) et ses amis Gale (Courtney Cox) qui n’a rien perdu de son mordant et Dewey (David Arquette). Ainsi que Ghostface inévitablement, qui est de retour pour semer la terreur dans l’entourage de notre héroïne.

New decade, news rules… Tel est le pitch de départ de ce 4ème opus de la saga Scream. Il y a 10 ans le réalisateur nous décevait avec un Scream 3 qui bafouait quelque peu la franchise après un 2 intéressant mais brouillon dans son final et un 1 qui relançait en grande pompe le genre slasher dans les années 90.
Wes Craven nous a prévenu, ce 4ème film allait être un retour aux sources de la série, plus proche dans l’ambiance du premier film que des deux suivants. Autant arrêter le suspense, c’est une réussite. On retrouve bien l’atmosphère de ce qui a fait le succès de Scream 1.

Si le premier film peut être considéré comme un metafilm Scream 4 serait un «meta» metafilm si je puis me permettre cette expression. Le film louche clairement sur sa propre histoire (celle de la saga) et réussit une belle auto-dérision comme avait su le faire Scream 1. La scène d’ouverture en est l’exemple parfait, une belle mise en abîme égratignant, entre autres, le Torture Porn (films à la mode des années 2000) à la saw et le public des films d’horreur aujourd’hui. Parce que soyons honnêtes de nos jours lorsque un film d’horreur est diffusé au cinéma il y a toujours un groupe, plus ou moins grand, de personnes qui rigolent à chaque meurtre.

Mais le film ne s’arrête pas là, comme l’annonce la catchline du début de l’article (et répétée plusieurs fois dans le film) il y a du changement. A commencer par une violence surpassant les autres films et une multiplication des fausses pistes et des faux semblants. Le film va plus loin que les autres en étant l’ultime whodunit de la saga.
Il s’amuse dans un cynisme jubilatoire de la mode des remakes du moment. Scream a toujours été contemporain dans sa façon de voir les choses et ça ne change pas aujourd’hui avec l’utilisation des nouvelles technologies que sont les smart-phones et internet. Ce que je reprocherais juste au film c’est qu’il ne pousse pas assez toutes les perspectives données lors du trailer par rapport à leur l’utilisation.

Coté casting Craven toujours fidèle à lui même reste dans sa politique de jeunes stars de la série TV. Un peu de True Blood, de The OC, Veronica Mars, Pretty Little Liars, Heroes, Friday Night Lights (Agréablement surpris par la présence de Aimee Teegarden) et un peu de Community. Si le casting d’origine est toujours présent le film fait place à une nouvelle génération tout en ne reléguant pas nos vieux héros en tant que simple faire valoir.

Pour conclure, ce 4ème opus résonne comme une bouffée d’air frais dans cette utilisation aujourd’hui exagérée des remakes à Hollywood. Le film frappe là où il faut avec des dialogues cinglants et puant la vérité.

Romain

Blogs Cinéma : le Best Of de la semaine S04E28

best of blog cinema

Cette semaine a été très orientée Sucker Punch sur FG avec la projo presse du film, la critique et la rencontre avec Zack Snyder sur le tapis rouge de l’avant-première officielle dont vous aurez la vidéo très bientôt.

En attendant, voici ce qui s’est passé chez nos confrères u best-of :

Cinefeed : Box-office US, Sucker Punch boit la tasse

Hollywood&Co : [poisson d’avril] Justin Bieber dans un remake de Singin’ in the Rain

Cineblogywood : Gilles Legardinier, de Highlander aux dossiers de presse

Filmosphere : Philibert, pas vraiment un OSS 117 de cape et d’épée

Filmgeek : Compte-rendu de l’avant-première de Sucker Punch

 

 

Rendez-vous med Fransk Film (Oslo)

Pour la septième année consécutive, le fraîchement rebaptisé Institut Français organise ce rendez-vous avec le cinéma Français à Oslo. Comme chaque année, 7 films pas encore distribués sur le sol Norvégien sont sélectionnés et montrés dans 2 salles d’Oslo, en sus de la programmation normale qui peut, elle aussi, comprendre des films Français (Des Hommes et des Dieux en ce moment). Ce rendez-vous a démarré hier et se termine le 14 avril prochain.

Au menu cette année:

Elle d’appelait Sarah, de Gilles Paquet-Brenner
Tournée, de Mathieu Amalric
Le documentaire La danse: The Paris Opera Ballet, de Frederik Wiseman (ça tombe bien, Black Swan est toujours à l’affiche)
Potiche, de Ozon
La Vie au Ranch, de Sophie Letourneur
Le Refuge, Ozon
Adèle Blanc-Sec de Besson (qui est soi-dit en passant un beau navet, dommage que ça arrive ici)
Les Emotifs Anonymes, de JP Améris.

Du docu, du drame, de la comédie et de l’aventure, la programmation est assez éclectique. On regrettera qu’ Adèle Blanc Sec ait été choisie à la place d’un bon petit polar tel que A Bout Portant de Fred Cavayé. On reste tout de même majoritairement dans le stéréotype de la production Française classique (drames, comédies) sans chercher le film de genre qui revient en force. Une bonne initiative tout de même, et l’occasion rêvée pour les expatriés et francophones/-philes d’avoir accès à des films qu’ils ne pourraient pas voir autrement.

Armand.

[Billet Sponsorisé] Lobud Jet : partir avec Lobud Jet c’est partir avec le plaisir !

[Billet Sponsorisé] En toute transparence avec vous chers lecteurs de Filmgeek, j’avoue que ceci est un billet sponsorisé contre lequel nous avons reçu deux billets d’avion en aller-simple pour partir en amoureux avec Caroline à Tripoli.

Bonjour,

Nous sommes très heureux de vous annoncer la création d’une nouvelle compagnie aérienne LOW COST Lobud Jet !

Vous trouverez ci-dessous notre offre exceptionnelle pour les congés de Pâques.

Pour plus d’information, Rendez-vous sur www.lobudjet.com
Partir avec Lobud Jet, c’est partir avec le plaisir !

Bien cordialement,

La compagnie Lobud Jet

contact.lobudjet@gmail.com
http://www.lobudjet.com/
http://www.facebook.com/lobudjet

PS : Un conseil, lisez bien les petites lignes !