Festival international du film d’animation d’Annecy 2011, suite.

Voici le second épisode du compte-rendu illustré du Festival international du film d’animation d’Annecy 2011 par Emilie et comme pour la première partie il faut simplement cliquer sur les images pour en profiter en grand format.

  • 3# Festival d’Annecy – mardi 13 juin
    mots clés : séance pourrie – Café des Arts – The Prodigies

Il est 9h00, les portes s’ouvrent, chacun s’empresse de trouver une place pour assister à l’interview des réalisateurs de courts-métrages passés la veille.

14H Court métrage en compétition 2

Les courts métrages en compétition 2, une des pires séances que j’ai faite.

Difficile d’écrire, de manière générale, mais encore plus sur cette séance navrante.

Ça commençait pourtant assez bien avec un film de Maw Porter et Ru Kawata Something Left, Something taken

Les personnages (qui ne sont autres que les réalisateurs eux-même)  sont attachants et expressifs.  L’animation est chouette et les dialogues aussi.  L’univers est réalisé  à l’aide d’un mélange de techniques stop motion, flash, after effect qui nous plonge dans un univers riche et inventif.

L’idée plutôt sympa, nous renvoie aux moments de panique où nous nous imaginons le pire, avec en tête des scénarios aussi effrayants les uns que les autres.

Le seul souci c’est la fin du film, qui est terriblement décevante.

Domashnij Romans de Irina LITMANOVICH

Je ne sais pas pourquoi, mais pour moi les films de l’Est dépassant les 10mn riment avec sieste. …

The Waterwalk de Johannes RIDDER

Je me suis réveillée pour « ça ». Pire encore j’ai été hypnotisée, tant le court métrage est mauvais et sans intérêt. Un homme vert et nu marche près de la mer, d’autres hommes verts et nus avancent aussi mais avec des démarches différentes. Le tout en chanson. Consternant.

Pourquoi un film pareil se retrouve à Annecy et qui plus est en compétition? Je soupçonne le jury d’avoir jouer à «  cap ou pas cap’ de le sélectionner ?»

Je ne vais pas parler du reste tant je suis déçue par ce que j’ai vu.

Je m’arrête là.

Je vais boire 2 litres de café pour survivre à cette journée.

20H30 The Prodigies – La nuit des enfants Rois –Antoine CHARREYRON

Long Métrage Hors compétition 1 –

La grande salle de Bonlieu est pleine et le public trépigne. Le film semble très attendu.

Je sors de la salle secouée, les tympans explosés malgré mes index encastrés dans mes oreilles pendant tout le film. Je remercie l’organisation d’Annecy d’avoir réduit mon audition de 50%. 😉

Le film est très physique et violent : il est interdit au moins de 12 ans seulement, ce qui m’étonne beaucoup.

J’ai l’impression de m’être pris des coups de poing pendant plus d’une heure.

Il faut l’avouer, le résultat est impressionnant. Mais la profondeur des personnages laisse à désirer. Le seul personnage possédant un peu de relief est Jimbo. Les autres sont à l’image de leur design, bien lisses et même ratés pour ce qui concerne le garçon roux. Rappelons que le réalisateur vient du jeu vidéo et a opté pour une 3D sobre, sans texture. Ce choix assumé rend l’émotion artificielle. D’autant plus que durant tout le film les personnages sont extrêmement brutalisés mais ne prennent pas de bleu, ils ont toujours le teint frais et impeccable. Par contre quand quelqu’un leur tire dessus… ils saignent.

Les faux raccords inondent le film, le scénario un peu creux n’aide pas à rattraper cela. Moi qui ai pu voir l’exposition du film, avec des croquis d’ambiance et des décors magnifiques en 2D, je suis très déçue du final.

En somme une journée pas terrible, mercredi sera mieux. Annecy c’est aussi ça, nous ne pouvons pas voir que des films qui nous plaisent.

Pour finir la journée comme il se doit je vais au Café des Arts, lieu incontournable des festivaliers.

Emilie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *