Conférence de presse de Real Steel : Hugh Jackman et Shawn Levy

 

Après l’avant première du film Real Steel qui a eu lieu hier soir au Grand Rex, Hugh Jackman et le réalisateur Shawn Levy était présents ce matin dans un hôtel parisien pour la conférence de presse. Compte rendu.

Real Steel est un film qui devrait être un film qui plaît à tout le monde au vu des noms qui y sont associés : Shawn Levy, Hugh Jackman et Steven Spielberg qui produit le film.

Le réalisateur répond – Presque en français ! Mais ce sera pour plus tard – qu’il a reçu un appel du studio et de Steven Spielberg alors qu’il était encore sur la post-production de la comédie Date Night (Crazy Night). Spielberg lui a dit qu’il voulait faire un film de robot, mais qu’il soit différent du reste, c’est à dire donner un coté humain. Faire un film avec de l’action mais pas seulement où les machines se mettent sur la gueule et se détruisent. Faire aussi un film pleins d’émotions qui peuvent toucher tout le public. C’est pour cela que Steven Spielberg a fait appel à Shawn Levy pour la réalisation du film.

Une fois la traduction de la réponse faite, Shawn Levy prend la parole de prononce un plaisant «Je vais essayer de répondre en français comme ça, ça ira plus vite, on pourra faire plus de questions» devant une salle riante.

La deuxième question est adressée à Hugh Jackman, en anglais. Ce dernier le fait remarquer à la traductrice en lui demandant si elle a besoin de traduire la question, ce qui ne manque pas de faire rire Shawn Levy et toute la salle.

La question est donc, comment les enfants de Hugh Jackman ont réagi à la scène de baiser entre Charlie (Hugh Jackman) et Bailey (Evangeline Lilly).

Il répond que c’est la première fois qu’il peut emmener ses enfants à un de ses films parce qu’il n’y a pas de violence pure, de sang, etc. Et il s’est dit qu’il peut le faire pour Real Steel parce qu’en plus il n’y a pas de scène d’amour ou de baiser… Mais en fait si et devant la scène du toit Hugh s’est dit «Ok… Peut être qu’il y en a une finalement». Puis il a regardé sa femme qui regardait leurs enfants. Son fils avait dit sur le moment «wow you’re in trouble», sa fille elle bien qu’étant bouche bée devant, ça ne l’a dérangeait pas vraiment. Il nous dit ensuite que ses enfants ont vraiment adoré le film, sont tombé amoureux du robot, voulaient des robots après ça.

Après une question, Shawn Levy nous explique ensuite, en français (!) que certains combats on été raccourcis durant le film. Et des scènes vraiment émotionnelles ont été coupées où on voit, par exemple, Max avec des papillons reçu de sa mère décédée. Il nous dit qu’il ne faut pas rendre le film trop émotionnel, comme il ne faut pas rendre le film trop violent. Trouver la bonne balance entre les deux.

Ce qui est drôle c’est que pendant ses réponses le réalisateur switch entre l’anglais et le français, toujours dans le sourire. Ca fait toujours plaisir à voir des artistes qui prennent du plaisir à être là et répondre aux questions, en s’amusant presque.

Par la suite Hugh Jackman parle de la relation qu’il avait avec son père par rapport à la boxe. Ce dernier, boxeur, ne laissait pas Hugh et ses frères regarder des matchs de boxe étant plus jeunes. Il explique ensuite que son père va adorer le film parce que pour le film il s’est fait entraîné par Sugar Ray, un grand boxeur.

Ensuite le réalisateur nous dit qu’il y a de la violence dans Real Steel, mais la réaction des personnes ayant vu le film lui ont fait plaisir. Il savait que les hommes allaient aimer le film, mais il s’est aperçu que les femmes ont été très enthousiaste aussi par rapport au film. Elles ont pris du plaisir dans les combats parce que justement il n’y avait pas de sang. Le sang est remplacé par l’huile, le corps par la ferraille des robots.

Le film est véritablement chargé en émotion parce que ce n’est pas simplement une histoire de robot mais il faut aussi croire aux humains qui sont sur le coté aussi.

Hugh Jackman a vraiment été impressionné par le jeune Dakota Goyo qui joue Max, le fils de Charlie. Pour lui il était nécessaire que la relation père/fils fonctionne puisque c’est le colonne vertébrale du film. Et pour lui ce garçon est très différents des autre enfants acteurs et le feeling est passé immédiatement entre les deux.

Pour Shawn Levy Dakota dans la vie de tout les jours est un enfant normal, comme les autres, mais une fois à l’écran il se transcende, il y a de la magie. Ou plutôt «il y a du magique là».

Le réalisateur nous explique ensuite que le film est autant réussi qu’il le voulait et qu’il veut que le film ait l’âme de Rocky et l’immense succès de Transformers. L’idée était de faire un film sportif, un peu dans la lignée de Rocky, Raging Bull, etc… Sans lesquels Real Steel n’aurait peut être pas vu le jour.

Pour Hugh Jackman qui est un grand fan de la franchise Rocky c’était une grosse opportunité pour lui de jouer dans ce film. Le fait que l’histoire parle d’un outsider qui va petit à petit monter les échelons lui a beaucoup plus et la difficulté qu’une histoire comme ça peut avoir.

La dernière question a beaucoup fait rire Hugh Jackman à cause de l’accent du journaliste «I love hear my name in french : Hugues».

Finalement la conférence de presse s’est vraiment bien passée et c’était un véritable plaisir d’y assister quand on voit la bonne humeur des deux invités.

 

Romain

5 réflexions sur « Conférence de presse de Real Steel : Hugh Jackman et Shawn Levy »

  1. « Plaire à tout public »… Rien n’est moins sûr. L’impression que m’a laissé ce film, c’est qu’il n’arrivait au contraire jamais à se choisir un public cible ; les scènes de Spielberg visent à la fois les adultes qui ont grandi dans les années 80 et les enfants d’aujourd’hui, Shawn Levy réalise quelque chose de plus consensuel dans la relation qu’il dépeint entre Jackman et son fils, par contre les combats sont accomapgnés d’une esthétique ultra-anxiogène et d’une très grande violence, plus destinés à des adolescents. Est-ce qu’un public arrivera à se dégager de cette bouillie, je me le demande…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *