Critique du pilote de la série The Following

FilmGeek a eu l’occasion de voir le pilote de The Following en avant première dans les locaux de TF1. La série qui débarquera sur les écrans américains le lundi 21 janvier sera disponible dès le lendemain sur la plateforme VOD MyTF1VOD en France.

The Following suit Joe Carroll (James Purefoy) et Ryan Hardy (Kevin Bacon). Le premier, grand fan de l’écrivain Edgar Allan Poe est également tueur en série. Il a poignardé et retiré les yeux de 14 jeunes femmes suivant ses cours de littératures à la fac. Le second est l’agent du FBI qui l’a arrêté après ses effroyables faits. Maintenant à la retraite, il est dans l’obligation de reprendre du service lorsque Carroll s’échappe de prison. Cette fois-ci la donne change. Si Hardy réussi à retrouver rapidement la trace de son ancien némésis,  le dessein du serial killer semble prendre de l’ampleur à la découverte d’un véritable culte qu’il a mis en place via internet. Des fidèles qui suivront à la lettre les directives de Carroll afin de mettre en place sa vengeance sur Hardy et de continuer sa série de meurtres.

Doté d’un casting solide, Kevin Bacon (X-Men : Le Commencement), James Purefoy (Episodes, Rome), Natalie Zea (Justified), Nico Tortorella (Scream 4) The Following est l’une des séries les plus attendues de l’année. Elle sort de la tête de Kevin Williamson, déjà créateur de Dawson, The Vampire Diaries et scénariste de Scream.

Dans une atmosphère proche des années 90, le pilote plante rapidement le décors et tout s’enchaîne vite. L’épisode est structuré par des flashbacks, nous permettant de replacer l’histoire dans son contexte et le rythme ne cesse de s’accélérer. Peut être un peu trop ? C’est là qu’arrive le premier défaut. Ce fut déjà le cas avec le pilote de Last Resort, beaucoup trop dense et qui aurait mérité un double épisode de lancement. Pourtant pour The Following c’est différent et ce défaut n’en est finalement pas vraiment un. L’enquête pour appréhender Carroll est, certes, beaucoup trop rapide mais ce rythme élevé sert la narration. Le but de ce premier épisode n’est pas une introduction à l’enquête sur l’évasion de Carroll, mais la découverte de sa secte par Hardy et le FBI. Carroll ne veut pas retrouver sa liberté, il ne cherche pas à se cacher, il tient seulement à finir ce qu’il avait commencé et à lancer sa toute nouvelle «entreprise». Reste à espérer que le rythme des enquêtes ne sera pas aussi rapide pour les épisodes suivants.

Le pilote réussit son pari en utilisant parfaitement les codes du thriller tout en n’omettant pas l’installation d’une trame que l’on suivra tout au long de cette saison. C’est là qu’arrive la difficulté. Si la tension est maitrisé dans cet épisode avec notamment un magnifique face à face final au montage alterné, la suite devra être à la hauteur. Et pour cela elle devra d’une part trouver son rythme de croisière, d’autre part éviter de tomber dans «Le tueur en série de la semaine» en laissant de côté l’intrigue principale. L’un des points forts de ce pilote reste son ambiance et la volonté de Williamson d’aller au bout des choses. Dans ce sens il parvient à nous surprendre et nous donner l’envie de continuer cette prometteuse série.

Romain

L’Hebdo des Blogs Ciné – Numéro 2

A la Une de notre numéro numéro de L’Hebdo des Blogs Ciné : Luigi Comencini, les Oscar et les Golden Globes ainsi que The Master.

Golden Globes 2013 Drinking Game

Tina Fey et Amy Poehler ont dévoilé les règles du Drinking Game des Golden Globes 2013, qu’elles présenteront dans la nuit de dimanche à lundi (retransmis en direct  à partir d’1h sur le site de MyCine+) :

  • Any time an actress cries in a speech, drink
  • Any time you see a person actively not listening to someone onstage, drink
  • Any time someone says, “I didn’t prepare anything!” drink
  • Any time anyone thanks Harvey Weinstein, eat a meatball sub
  • Any time they show Judi Dench, take off an article of clothing
  • Any time Maggie Smith wins, take off an article of clothing

Comment bien suivre le Maraval Gate ?


Après la bombe lachée par Vincent Maraval le 28 décembre (surnommée le #MaravalGate), entre deux réveillons, les langues se sont déliées et les réactions publiques se sont multipliées.

Difficile de tout suivre tant cela part dans tous les sens entre les professionnels de la profession, les journalistes, les fonctionnaires et les amateurs plus ou moins éclairés.

Loin de moi l’envie de prendre position, mais j’ai tenté de rassembler tout ce qui a été écrit sur le sujet et je me suis dit que ça intéresserait peut-être quelques personnes si je partageais ces liens.

Voici donc une petite arborescence de liens (qui seront mis à jour progressivement) pour ne rien rater du débat qui enflamme le cinéma français en cette nouvelle année.

N’hésitez pas aussi à lire les commentaires des articles sur lesquels les intéressés se répondent et à partager ici-même les liens qui viendraient à manquer !

Maraval Gate dans Filmgeek

 

Premières Réactions

Articles Bilans


Dans la presse

Premiers Signes