Raoul au Festival de Cannes 2012 – Day 5

Raoul est une nouvelle fois notre super envoyé spécial pour le Festival de Cannes, vous pouvez suivre ses aventures en direct ici : http://www.twitter.com/Filmgeek_fr et ses comptes-rendus sur Filmgeek.

Je garde mon rythme de croisière à 4 films, même si la journée n’a pas été très réjouissante. Le mauvais temps refroidi un peu les ardeurs mais l’indéboulonnable Petit Maj’ reste le bar off du festival, où les festivaliers envahissent la rue joyeusement en buvant des bières.


Amour – Sélection officielle (compétition)
Dernier film de Michael Haneke. Un vieux couple joué par le formidable duo Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva, est confronté à la maladie et à l’approche de la mort. Mise en scène très sobre et tenue de bout en bout. Une leçon de cinéma.


Elefante blanco – Un certain regard
Nouveau film de l’argentin Pablo Trapero (Carancho, Leonera). Le combat de prêtres et d’une femme pour construire des logements dans un bidonville de la banlieue de Buenos Aires. Un projet très dur à monter dans un quartier en pleine guerre contre la drogue. La mise en scène est solide et efficace. La distribution impeccable est composé de l’inévitable Ricardo Darin, de Martina Guzman (la compagne du réalisateur) et de Jérémy Renier. Bien foutu même s’il manque sans doute un petit quelque chose. (NDLR : Un coucou au meilleur blog sur le cinéma argentin de la terre).


Peddlers – Semaine de la critique
Film indien de Vasan Bala dont l’action se déroule â Mumbai. Trois destins se croisent et s’entrechoquent. Le scénario est beaucoup trop compliqué et on décroche par moment. La réalisation est intéressante et les  indiens nous prouvent qu’ils peuvent faire autre chose que du Bollywood, mais au final nous ne sommes pas convaincus.


Rengaine – Quinzaine des réalisateurs
Premier film français de Rachid Djaïdani. L’histoire d’amour entre un black chrétien, Dorcy, et une maghrébine, Sabrina. Le film est tourné « à l’arache » avec tous les tics qui vont avec (décadrages , flous, lumière…). Une suite de scènes met en évidence les problèmes qu’entraînent l’union de ces deux personnes de confessions et de couleurs différentes. On a alors droit à un catalogue de tout les clichés, et plus le film avance et plus cela devient fatigant. Même s’il y a quelques bons moments, ça se prend beaucoup trop au sérieux. À oublier.

Raoul

Raoul au Festival de Cannes 2012 – Day 4

Raoul est une nouvelle fois notre super envoyé spécial pour le Festival de Cannes, vous pouvez suivre ses aventures en direct ici : http://www.twitter.com/Filmgeek_fr et ses comptes-rendus sur Filmgeek.

La croisette est prise par les bourrasques de vent et une pluie incessante, forcement ça calme les ardeurs. Et au passage les organisateurs ont annulés une séance dans la salle du soixantième pour raison de sécurité.


La chasse – Sélection officielle (compétition)
Nouveau film de Thomas Vinterberg (Festen). Mads Mikkelsen (excellent comme d’habitude) joue un homme qui est victime de rumeur de pédophile dans un village. La psychologie des personnages est très réussi, comme toujours chez les danois. La tension est permanente et on est happé jusqu’à l’ultime minute par le film. Une réussite !


The Dictator – Marché du film
Nouveau film de Sacha Baron Cohen (Borat). Le général Aladeen est dictateur du Wadiya. Au travers de ce personnage, il critique bien sûr les dictatures mais aussi les « démocraties » comme les États-Unis. Tous le monde en prend pour son grade, et c’est assez jouissif. Les gags fonctionnent très bien même si c’est parfois un peu lourd. Sans doute le meilleur film du comique !


Une famille respectable – Quinzaine des réalisateurs
Un premier film iranien de Massoud Bakhshi vraiment intéressant. Un homme exilé depuis 22 ans, revient en Iran pour régler des affaires familiales. Il va se retrouver pris dans une histoire et va se replonger dans son passé. Scénario assez bien écrit et suspens qui monte crescendo

Raoul au Festival de Cannes 2012 – Day 3

Raoul est une nouvelle fois notre super envoyé spécial pour le Festival de Cannes, vous pouvez suivre ses aventures en direct ici : http://www.twitter.com/Filmgeek_fr et ses comptes-rendus sur Filmgeek.

Journée très prolifique  avec  cinq films et trois fêtes. Demain je ralentis la cadence ( des films) et je vous souhaite un bon dimanche !


Lawless – Sélection officielle (compétition)
Après l’excellent « The proposition », le duo John Hillcoat-Nick Cave est toujours aussi efficace. Pendant la prohibition, le destin de trois frères qui défendent leur traffic d’alcool  face à un procureur joué par un Guy Pearce impeccable. Du côté des acteurs également, mention spéciale à Tom Hardy et Jessica Chastain. Le scénario de Cave , qui signe également une très bonne bande originale, servi par la mise en scène percutante de Hillcoat dépoussière un peu le genre. Un très bon moment de cinéma.


No – Quinzaine des réalisateurs
Nouveau film de Pablo Larrain (Tony Manero, Post mortem) beaucoup moins sombre et glauque que ces précédents. Nous sommes toujours au Chili sous Pinochet mais cette fois-ci en 88, au moment du référendum qui va décider si oui ou non, le dictateur va rester au pouvoir. On suit deux publicitaires en charge des spots télévisés pour ce référendum. L’image très eighties donne un style étrange. Beaucoup plus positif et drôle que d’habitude, un bon moment.


Antiviral – Un certain regard
Premier film de Brandon, le fiston Cronenberg qui suit les traces du père. On ne sait pas trop à quelle époque l’histoire se déroule… La passion pour les stars à monté d’un cran et les simples autographes et photos ne suffisent plus. Maintenant, les fans peuvent manger des steaks de cellules de vedettes, ou peuvent se faire inoculer les maladies qu’ont choppés leurs idoles. La fascination organique pour le corps est omniprésente comme chez  David. Par contre l’ambiance clinique tranche et apporte une ambiance oppressante tout au long du film. Un premier essai transformé de belle manière !


Les chevaux de dieu – Un certain regard
Dans la banlieue déshérité de Casablanca, les jeunes essayent de s’en sortir en vain. Les années passent et ils finissent par se tourner vers la religion. Le film de Nabil Ayouch tente d’expliquer les attentats de 2003 qui ont eu lieu au Maroc. Même si la mise en scène est réussi, un sentiment de déjà vu, déjà traité,  ne convainc pas vraiment.


Augustine – Semaine de la critique
Premier film d’Alice Winocour, formée à la FEMIS section scénario. L’histoire vraie de la relation entre le professeur Charcot, spécialiste des troubles du comportement féminin, et d’une de ces patientes Augustine. Le duo joué par Vincent Lindon et Soko fait le boulot, et la réalisation est très classique. Un film maîtrisé mais sans plus.

Raoul au Festival de Cannes 2012 – Day 2

Raoul est une nouvelle fois notre super envoyé spécial pour le Festival de Cannes, vous pouvez suivre ses aventures en direct ici : http://www.twitter.com/Filmgeek_fr et ses comptes-rendus sur Filmgeek.

Deuxième jour bouclé avec succès. Une belle moisson  journalière suivie d’un apéro en compagnie de  Mars distribution puis d’une fête pour  « Les bêtes du Sud sauvage ». Ça y est, je suis chaud !

 


Reality
– Sélection officielle (compétition)

Nouveau film de Matteo Garrone (Gomorra) sur la télé-réalité et la société actuelle qui l’a vu naître. Un père de famille fait un casting pour « Il gran fratello », une émission de télé-réalité. Les répercussions sur lui et son entourage ne tardent pas  à se faire sentir. Le film est uniquement composé de plans séquences où la caméra toujours en mouvement ajoute un côté « voyeur ». Au travers de ce sujet, Garrone démonte cette société basé sur le paraître et l’argent. Un grand film avec une maîtrise impressionnante de la mise en scène !

 


Les bêtes du Sud sauvage
– Un certain regard

Premier film de l’américain Benh Zeitlin déjà Grand Prix du jury à Sundance. On voit le film à travers le regard d’une gamine de six ans. Celle-ci nous guide,  par une voix off enfantine, dans les bayous de Louisiane où vivent des laissés pour compte. Les éléments naturels se déchaînent et font évidemment référence aux boulversements climatiques. La petite est formidable et le ton du film entre fantastique et chronique social tape juste. Un film étonnant et touchant !

 


Polluting paradise
– Sélection officielle (Séance spéciale)

Retour au doc pour Fatih Akin (« Head-on » ) après le génial « Crossing the bridge : The sound of Istanbul », sur la diversité de la musique turque. Akin revient dans le village de ses grands parents et constate la construction d’une énorme décharge à ciel ouvert qui va polluer toute la région. Le film mêle scènes de vie quotidienne et interventions des différentes personnes concernés. Pas inintéressant mais finalement assez confidentiel.

 


Paradis : Amour
– Sélection officielle (compétition)

Nouveau film d’Ulrich Seidl (Dog days) qui dénonce ici le tourisme sexuel. Une autrichienne d’un certain âge décide de partir en vacances au Kenya. Le sujet rappelle forcément « Vers le sud » de Laurent Cantet, mais ici la démonstration est beaucoup plus radicale. Comme à son habitude, Seidl film de manière quasi documentaire ces personnages et dresse un portait sombre de notre monde entre prostitution et rapports Nord-Sud. Peut être un peu trop insistant mais quand même bien percutant.

Raoul au Festival de Cannes 2012 – Day 1

Raoul est une nouvelle fois notre super envoyé spécial pour le Festival de Cannes, vous pouvez suivre ses aventures en direct ici : http://www.twitter.com/Filmgeek_fr et ses comptes-rendus sur Filmgeek.

Première journée bouclée avec des bons films et une excellente soirée d’ouverture à la villa Inrocks avec des concerts de Beth Ditto (Gossip) et le Dj crew C2C. Je pense que je vais revenir quelques fois dans ce super lieu…


The We and the I – Michel Gondry – Quinzaine des réalisateurs
Nouveau film de Michel Gondry avant de s’attaquer à « L’écume des jours ». Des jeunes lycéens du Bronx prennent le bus pour rentrer chez eux. Les relations de drague, de bizutage, d’amitié ponctuent le trajet et Gondry pose un regard tendre et amusé sur ces jeunes. Par moment, on retrouve l’inventivité du réalisateur et le film dresse un portrait sociologique de la jeunesse avec beaucoup de justesse. Un petit film bien sympa !


De rouille et d’os – Sélection officielle (compétition)
Le dernier Audiard ne déçoit pas même si ce n’est pas non plus une grosse claque. Il maîtrise la mise en scène comme personne mais prend parfois des raccourcis un peu faciles. Le film narre la rencontre entre une brute un peu paumé et une femme qui vient de se faire amputer des jambes, avec en toile de fond la crise sociale. D’ailleurs le duo Matthias Schoenaerts – Marion Cotillard fonctionne super bien.
Le film ne tombe jamais dans le pathos ou le mélo et c’est ça qui fait sa force.


Le jour des corneilles – Marché du film
Film d’animation français destiné au jeune public. Un père et son fils vivent reclus dans une forêt, mais in accident va les onliger à rejoindre la civilisation. C’est plutôt joli, l’animation traditionnelle est assez réussie mais les personnages sont trop caricaturaux. Bien mais sans plus.


Les mouvements du bassin – Marché du film
Nouveau film de l’ex-hardeur HPG, reconverti en réalisateur. Une distribution étonnante avec Éric Cantona, Rachida Brakni, Joana Preis et Jérôme Le Banner. Quelques bonnes idées marrantes mais beaucoup d’autres qui tombent à plat. Le film ne tient pas la longueur et on se fait chier !

Raoul