Salon du Cinéma 2008

salon-du-cinema-2-ban

Du 18 au 20 janvier 2008 se tiendra la seconde édition du Salon du Cinéma à Paris, Porte de Versailles Hall 6.

D’après les organisateurs Moïse Kissous, Gad Abitbol et Jonathan Bryant, le premier opus fut un succès critique et public : 50 000 visiteurs en 2007, 60 exposants, 80% de taux de satisfaction. A priori notre envoyé spécial était dans les 20 autres %.

Alors pour répondre aux attentes, pas mal de nouveautés seront au programme cette année, autour des thèmes du rire et de la musique au cinéma :

  • un nouvel espace (12 500 m2, contre 8 000 m2 en 2007)
  • de nouveaux événements dont des rencontres et des master class avec Francis Huster, Alain Corneau, Robert Guédiguian, Bertrand Tavernier, Gabriel Yared, l’équipe du film Tu peux garder un secret d’Alexandre Arcady;
  • de nouvelles animations et ateliers : cascades, maquillages, bruitages, etc.;
  • des projections et extraits exclusifs : Iron Man, L’incroyable Hulk, Le monde de Narnia chapitre 2 : Prince Caspian, Benjamin Gates et le livre des secrets, Wall-e, Max & Co, John Rambo et Le Voyage au Centre de la Terre;
  • un Espace Pro avec un forum pro, du consulting, un coin connexion, des ateliers pro et surtout un Lounge-bar !

Le tout parrainé par Vladimir Cosma et Jean-Jacques Annaud, qui je l’espère reviendra sur sa dernière expérience filmique.

Et comme l’année dernière donc, nous y serons afin de vous rapporter l’essence de l’événement.

Voulez-vous en savoir plus ?
http://www.salonducinema.com/

La théorie du complot : Microsoft contre le HD-DVD et le Blu-Ray

blu-ray-hd-dvd

La sortie de Transformers 2 en HD-DVD et son succès record aux USA n’a visiblement pas satisfait totalement Michael Bay qui, entre ces critiques sur le format HD-DVD et ses louanges pour le Blu-ray, préferant ce dernier officiellement pour des raisons techniques et officieusement financières, il en profite pour alimenter une nouvelle théorie du complot des formats HD : Microsoft veut tuer dans l’oeuf les deux formats !

Continuer la lecture de « La théorie du complot : Microsoft contre le HD-DVD et le Blu-Ray »

UGC / MK2 contre l’extension du Meliès : la suite

Once Upon a Time in the West

Dans le numéro de novembre de son mensuel TROISCOULEURS, MK2 s’explique sur les raisons de son recours et publie un communiqué du réseau de salles ISF : Indépendants Solidaires et Fédérés.

Depuis le 13 juillet et le recours d’MK2 contre le projet d’extension du Méliès, cinéma municipal de Montreuil, la tension monte entre les différents acteurs du marché et nous, spectateurs, nous interrogeons sur les intérêts de chacun dans cette affaire : Qui sont les vraies victimes ? Les grands méchants ? Qui en profitera et surtout qui paiera la facture à la fin ?

Afin de répondre aux différentes attaques et erreurs publiées à leur encontre, MK2 détaille son action en choisissant donc de s’adresser directement à ses spectateurs.

Mais la demie-surprise vient bien de la lettre qui accompagne cet article : ce n’est pas une missive du nouvel allié UGC, mais bien de l’ISF qui donne son point du vue sur cette situation délicate.

Voilà, en attendant les décisions officielles, je vais vous donner les liens vers ces deux textes ainsi que vers les autres protagonistes afin que vous vous fassiez votre propre opinion car pour ma part j’avoue être un peu perdu dans ce qui ressemble de plus en plus à un mauvais western (contrairement à l’affiche illustrant ce billet ^^).

Voulez-vous en savoir plus ?
L’article d’MK2
Le communiqué de l’ISF
Le amis du Méliès
Je n’ai pas trouvé de communiqué d’UGC, qui devrait aussi jouer la transparence d’ailleurs.
Précédent article : Après UGC MK2 attaque le projet d’extension du cinéma Le Méliès de Montreuil

Cinéma et Environnement

Cinéma et écologie

J’emprunte le blog de Flo ce soir pour vous parler d’un sujet important pour moi : l’écologie.
Il y a encore peu, beaucoup d’esprits étroits pensaient que c’était une lubie des bobos mais heureusement, les mentalités changent. Enfin, certains commencent à se creuser les méninges pour éviter que les générations futures travaillent plus pour gagner moins, en arrivant surtout à respirer encore un peu entre le CO2 et la montée des eaux. Et comme on ne sait pas trop encore si on aura des canicules à rallonge ou un froid polaire, le meilleur endroit pour survivre restera encore les salles de ciné.

Oui mais le ciné dans tout ça, ça doit bien polluer aussi un peu quand même (ça serait trop beau sinon) ? Pour me faire ma petite idée (et me donner bonne conscience), je me suis plongée dans un dossier consacré à la chose dans Profession Film (anciennement Le Technicien du Film), du mois dernier.

Continuer la lecture de « Cinéma et Environnement »

La grève des scénaristes d’Hollywood

Grève des scénaristes à Hollywood

A moins d’un accord de dernière minute avec les studios, la grève des scénaristes américains paraît inévitable et commencera lundi matin à 00h01.
Une des principales revendications de la Writers Guild of America envers l’Alliance of Motion Picture and Television Producers, est la renégociation des droits d’auteur, les fameuses royalties versées aux scénaristes, pour les programmes diffusés sur les différents supports vidéo, mobile et internet, qui pour le moment se montent à 3 cents pour un prix final de 20 dollars par DVD par exemple.

Si les négociations ne reprennent pas, la grève des 12?500 scénaristes de la WGA paralysera Hollywood et toute la production audiovisuelle nord-américaine à courts et moyens termes selon la nature des programmes. La télévision et les programmes écrits au jour le jour, liés à l’actualité seront bien-sûr touchés les premiers, ensuite viendront les séries qui ont quelques scénarios d’avance au moins jusqu’à 2008, puis les films en pré-production dont les projets se sont bouclés en masse cette semaine en prévision.

On aurait, par exemple, pu éviter ou décaler la suite du Da Vinvi Code, Anges et Démons, malheureusement Ron Howard et la production ont réussi a passé un accord avec le scénariste Akiva Goldsman avant le début de la grève. Par contre la production du spin-off d’Heroes, Origins, a été suspendue alors que Kevin Smith et Eli Roth étaient déjà attachés au projet (c’est peut-être pas un mal à la vue de la médiocre seconde saison).

C’est la première grève depuis 20 ans, puisque la dernière remonte à 1988 et avait duré 22 semaines, elle touchera donc à la fois le cinéma et la télévison (malgré le statut différent des scénaristes TV) aux USA comme au Canada et aura des répercussions sur toute l’industrie : ainsi la WGA a déjà reçu le soutien de la Screen Actors Guild (on parle là de 150 000 acteurs) et, plus modestement, des Teamsters (syndicat des chauffeurs).

Quand on sait que la dernière grève avait coutée 500 millions de dollars, que l’industrie hollywoodienne en brasse maintenant 30 milliards par an et que le maire de Los Angeles table sur des pertes deux fois plus importantes qu’en 1988, on peut se demander combien ces quelques cents de la discorde couteront vraiment à Hollywood ?

Mais aussi quand prendra-t-elle fin ? Est-ce qu’un divorce présidentiel viendra faire de l’ombre aux revendications des scénaristes et aux conséquences de leur action ? Mais surtout, est-ce que cet horrible scénario décalera la septième très longue journée de Jack Bauer ?

Après UGC MK2 attaque le projet d’extension du cinéma Le Méliès de Montreuil

Je ne vais pas reformuler cette news car l’original résume bien la situation, par contre je tenterai de donner mon point de vue dans la suite.

PARIS, 8 oct 2007 (AFP) – 08/10/2007 15h17 – Le groupe de cinéma MK2 (production, distribution de films, exploitation, édition) a lancé un recours juridique contre le projet d’extension du cinéma municipal Le Méliès à Montreuil (Seine-Saint-Denis), déjà contesté auprès du tribunal administratif par UGC, a-t-il annoncé lundi.

« Nous avons déposé un recours séparé de celui d’UGC, auprès du même tribunal, le 13 juillet », a affirmé à l’AFP Marin Karmitz, Pdg de MK2, qui n’a pas souhaité détailler les arguments juridiques déployés.

« En passant de trois à six salles et de 495 à 1.200 fauteuils, Le Méliès, une salle subventionnée par les contribuables, sans aucune contrainte de rentabilité, va se retrouver en concurrence directe avec le MK2 Nation et le Gambetta, des établissements privés aux frais de fonctionnement élevés, aux nombreux salariés », a-t-il expliqué.

En juin le groupe UGC avait déjà attaqué devant le tribunal administratif, l’avis délivré en mars par la Commission départementale d’équipement cinématographique (CDEC) en faveur du projet d’extension du Méliès.

Selon UGC, « l’utilisation de fonds publics pour pratiquer » dans cette salle agrandie, « des tarifs subventionnés » constitue « un abus de position dominante et une violation des règles de la concurrence », selon la requête adressée au tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise).

De son côté la municipalité de Montreuil s’est insurgée lundi dans un communiqué, contre ce nouveau recours juridique contre son projet.

« MK2 s’était déjà rallié à UGC cet été pour faire carte illimitée commune », dit-elle, ajoutant: « A eux deux, les mastodontes du cinéma trustent à présent 44% des écrans parisiens et plus de 55% des entrées ».

« Cela ne semble pas combler leur appétit de domination puisqu’ils se retournent à présent contre les cinémas municipaux et salles art et essai », conclut la municipalité, selon laquelle cette « alliance UGC-MK2 » a pour but de « faire pression sur le législateur pour qu’il libéralise entièrement le secteur de l’exploitation ».

Cet affrontement entre grands circuits et salles art et essai, a pimenté les débats du 62e congrès de la Fédération nationale des cinémas français la semaine dernière à Deauville (Calvados).

La directrice du Centre national de la cinématographie (CNC) Véronique Cayla a tenté d’apaiser les tensions en affirmant pendant le congrès que les « salles publiques ou para-publiques ont toute leur place et toute leur légitimité ».

Celle-ci repose sur la « différence que proposent les salles publiques par rapport à une exploitation purement commerciale » a-t-elle dit, minimisant le problème: « si près de 20% des exploitants relèvent du droit public, ils captent moins de 2% des recettes de l’ensemble de l’exploitation ».

Du côté de la FNCF, la prudence est de mise sur un sujet épineux qui divise les quelque 1.500 adhérents de l’organisation.

« Ce n’est pas parce qu’un établissement fait beaucoup d’entrées qu’il a une grosse rentabilité », dit à l’AFP Jean-Marc Ageorges, secrétaire général de la FNCF, soulignant que depuis leur apparition en 1993, les multiplexes ont réalisé de coûteux investissements pour améliorer le confort du spectateur et accroître la fréquentation des films français.

« Nous sommes dans un secteur où les marges d’entreprise sont extrêmement réduites et un recul de la fréquentation de 10% peut faire basculer l’exploitant dans le déficit », dit-il.

Source AFP

Continuer la lecture de « Après UGC MK2 attaque le projet d’extension du cinéma Le Méliès de Montreuil »

Harry Potter écrase James Bond et Darth Vader

harry-potter-james-bond-darth-vader

Il y a 15 jours, Warner Bros a révélé ses recettes cumulées pour la saga Harry Potter qui atteignent les 3,22 milliards d’euros (série en cours !) battant de ce fait le précédent détenteur du record : James Bond.

Avec 22 films à son actif, James a rapporté quant à lui 3,20 milliards d’euros, tandis que Darth Vader est aussi arrivé à dépasser la barre des 3 milliards mais reste à la troisième position avec 3,02 milliards d’euros de recettes en 6 épisodes.

Ces chiffres ne tiennent pas compte ni du merchandising, ni des ventes de DVD ou autres, seulement des entrées en salles.

Si on pousse un peu plus loin, on remarquera que c’est le premier opus des aventures du sorcier qui a le plus rapporté avec 703 millions d’euros pour Harry Potter et l’école des sorciers, mais qu’il reste loin derrière les 1,33 milliards d’euros du plus gros succès de tous les temps : Titanic.

Par contre, on peut s’attendre à ce que les 2 prochains numéros de la série cartonnent aussi au Box-Office. Avec en moyenne 640 millions d’euros par films, Harry peut prétendre rapporter un total de 4,48 milliards en fin de course après la sortie du septième et dernier film : Harry Potter et les reliques de la mort.

Il faudrait donc encore quelques films au Commander et à l’Empereur pour reprendre la première place, mais combien exactement ? Bien-sûr on ne peut plus trop se fier à la moyenne par film car les temps ont changé depuis Goldfinger en 1964 ou même Star Wars Episode 4 : Un Nouvel Espoir qui était sorti sur 43 écrans en 1977 contre 4300 écrans pour le dernier Harry en date ! Prenons donc la moyenne des 3 derniers épisodes de chaque saga : 305,6 millions de $ pour Q et M contre 807,9 million de $ pour Yoda. Soit selon la bourse du jour (1$ pour 0.707€), respectivement 216 et 571,2 millions d’euros.

Il faudrait donc encore 6 James Bond et 2,5 Jedis pour égaler le total du sorcier : la baguette l’emporte donc largement sur le Walter PPK et le sabre laser. CQFD

Les sites internet de la presse cinéma

Première - Studio Magazine - Ciné-Live

En cette rentrée 2007, penchons-nous un peu sur le cas des sites internet de la presse ciné française, en particulier Première, Studio et Ciné Live pour parler des 3 mags majeurs grand public.

A tout seigneur, tout honneur, nous allons nous concentrer sur Premiere.fr , le plus ancien sur le net et le plus visité.

Depuis le début d’année 2007, le magazine Première a relancé son site internet à grands coups (coûts ?) de relifting Web2.0 et de campagnes de vidéos virales.

Continuer la lecture de « Les sites internet de la presse cinéma »