The Expendabros

ExpendabrosCastBanner

De temps en temps, les campagnes marketing pour la sortie d’un film accouchent de bonnes idées, mais elles sont encore plus rarement concrétisées : nous avons ici une exception et elle s’appelle Expendabros.

Sous ce nom bizarre se cache l’union tout à fait logique et naturelle du troisième opus de la saga Expendables et de Broforce, un jeu indé édité par les fameux Devolver Digital (Hotline Miami, OlliOlli, etc.) actuellement en bêta.

Cette rencontre a fait naître un jeu à part entière, gratuit (jusqu’au 31/12/14), où l’on peut incarner Broney Ross, Bro Caesar, Bro Christmas, Trent Broser, Bronar Jenson, Broctor Death et Toll Broad qui ont tous une arme différente  sur 10 niveaux et goupille sur la grenade : le jeu est jouable à 4 en multi local pour pouvoir défourailler entre bros.

Que demande le peuple ?

Ah oui, un lien : http://www.expendabros.com/

Les nouveaux blockbusters sont sur console.

Alors que la saison des blockbusters ciné US s’achèvent avec Tintin, celle des cartons français continuent entre The Artist, Polisse et Intouchables (qui démarre en trombe avec 1 732 190 entrees en 5 jours et seulement 508 copies.), les nouveaux blockbusters arrivent aux rayons jeux-vidéo non pas seulement du point de vue de la mise en scène des jeux elle-même ou bien des bénéfices engrangés mais au niveau des teasers où ils reprennent les armes du cinéma et la concurrence est rude !

Tout d’abord avec la guerre des FPS : Battlefield 3 Versus Modern Warfare 3 qui sortent à quelques jours d’intervalle (merci le cassage d’embargo des magasins de JV) et s’affrontent à grands coups d’affichages et de vidéos spectaculaires, remisant les films de genre les plus bourrins au rang de films d’auteur intimistes. Le dernier spot de promo en date pour MW3 en est l’exemple parfait avec son casting de luxe : Sam Worthington, Jonah Hill et Dwight Howard sobrement intitulé « The Vet and the N00b« .

Les jeux de voitures ne sont pas en reste avec Need for Speed : The Run. Et qui est le spécialiste des poursuite des caisses épileptique et élu client de l’année à vie des carrosseries de Californie ?

Eh oui, c’est bien-sûr Michael Bay himself qui se colle à la mise en scène de ce trailer/machinima :

Vous êtes plutôt film d’aventure ? Les critiques de Tintin font beaucoup trop référence à Indiana Jones alors que le vrai chaînon manquant se situe sur PS3 et se nomme Nathan Drake, et il revient d’ailleurs pour un troisième épisode d’Uncharted.

Enfin, Batman Arkham City vous fera patienter entre TDK et TDKR.

La liste du Père Noël va être longue cette année !

Bonus : La « bande-annonce » de GTA 5

[JV OST] BO de Portal 2 en téléchargement gratuit.

Le jeu de Valve (Half Life, Team Fortress, Portal, Left 4 Dead, Steam) est dans les bacs depuis un mois et se porte plutôt pas mal. Si vous aimez le jeu et sa BO, vous serez heureux d’apprendre qu’elle est disponible en téléchargement gratuit et légal ICI.
Merci qui ? Merci Valve !

Bonne écoute, en attendant le prochain volume.

Armand

The Prodigies Test sur iPhone et Android

the prodigies test iphone app

The Prodigies Test, la suite de l’ARG The Prodigies arrive enfin, d’ici deux jours normalement, (donc mercredi 13 avril sur l’Appstore et l’Android Market), et sera sous forme de jeux en ligne et d’appli iPhone et Androïd, développée par l’excellent studio Bulkypix !

[Le jeu est en ligne http://www.theprodigies-lefilm.com/test/]

La partie est divisée en 4 parties : Jeux, Mobile, Missions et Fusion.

– Jeux : Là il n’y pas vraiment de solutions, les gameplays des jeux en ligne sont basiques et approximatifs mais il est déjà assez ardu d’atteindre les meilleurs scores.

  • Déduction : Retaper à l’endroit des mots qui apparaissent écrit à l’envers…
  • Concentration : il faut faire les bonnes combinaisons de couleurs mais le contrôle à la souris est affreux
  • Intelligence : Deviner le caractère suivant de chaque suite
  • Mémoire : un memory classique
  • Télékinésie : marteler son clavier avec les touches gauche-droite.

– Mobile : Les fameuses applications mobiles, non disponibles à l’heure actuelle.

On sait qu’il y aura 1 jeu d’action, 3 tests (Télékynésie, Contrôle mental et Force physique) et de quoi scanner les QR-Codes et faire ses check-in.

– Missions : Permet d’augment son score en signalant sa position chez des partenaires, en déconvrant les codes secrets sur différents sites et en scannant des QRCodes.

Voici la liste des sites et je vous laisse cherche les codes qui sont très faciles à trouver :

– Fusion : en ligne le 6 mai, soit un mois avant la sortie du film au cinéma.

Enfin, mon pseudo dans le jeu est Florian et je vous souhaite bonne chance à tous !

Continuer la lecture de « The Prodigies Test sur iPhone et Android »

Guide pour l’ARG The Prodigies

Nous tournons en rond dans le noir et nous sommes dévorés par le feu

On vous a déjà parlé de The Prodigies il y a quelques semaines avec le premier teaser du film. Cette dernière m’avait laissé un sentiment mitigé mais l’univers du film avait titillé ma curiosité.
Je me suis donc un peu renseigné sur le film, le roman d’origine, la genèse de sa production et peu de temps après, à la suite de la diffusion de la bande-annonce, on m’a contacté pour vous parler d’un jeu, mais pas n’importe lequel.

Je vais donc vous parler maintenant d’une forme d’ARG, mis en place dans l’univers du film, pour sa promo bien-sûr car le transmédia est la grande mode du moment, mais comme c’est plutôt bien foutu et que cela concerne une production française, cela mérite de s’y pencher un peu non ?

Le jeu propose de dévoiler, toutes les semaines, le mercredi, une nouvelles énigmes à résoudre pour accéder à du contenu exclusif (artworks, images, teasers, etc.).

En grande partie basé sur des sites créés spécifiquement pour le film, le jeu de piste en ligne explore aussi des sites existants et nécessite l’utilisation de Google ou Twitter par exemple. On y accède ainsi par un site miroir du site officiel : www.whereareyou.fr et www.uoyeraerehw.fr

Les mécanismes fondamentaux de ce type de jeux sont ici appliqués à la lettre, sans trop d’originalité comparé à ce qui a déjà été fait outre-Atlantique par exemple, mais c’est assez ludique pour que l’on prenne plaisir à creuser et chercher la solution puis toucher sa récompense.

Les habitués trouveront donc tout cela un peu simple mais les novices risquent peut-être de rester bloqués et ça serait bien dommage car la mise en scène et le travail sont de qualité et permettent d’explorer l’univers du film de manière décalée.

Je vous recommande donc chaudement de vous lancer dans ce jeu de piste virtuel et si vous êtes un peu perdu, vous trouverez dans la suite, les clés des différents niveaux.

Les solutions sont cachées afin de ne pas vous spoiler et les récompenses sont à télécharger directement sur le site suivant :

Accès au jeu :  www.uoyeraerehw.fr

Code d’accès : LNDER FILMG

Continuer la lecture de « Guide pour l’ARG The Prodigies »

[Soirée Fan Day XBox360] Présentation de Bulletstorm

Pour diverses présentations de jeux, Microsoft organise dans son lounge d‘Issy les Moulineaux des soirées à base de jeux jouable, de démonstration par des développeurs. Tenez, rien que la semaine dernière se tenait une soirée XBox Live Arcade House à laquelle nous n’avons pu participer.
Pour se rattraper, hier soir, c’était présentation du prochain jeu des polonais de People Can Fly (les Painkiller) et co-édité par Epic Games (les Gears Of War) et Electronic Arts. Autant dire des mecs qui ont des balls, des vraies. Je passe rapidement sur la toujours très sympathique soirée dans le lounge car d’une part j’ai totalement oublié l’appareil photo pour vous en faire profiter, et d’autre part, je n’ai pas pu voir l’attraction principale (Edward Kay, lead game designer sur le jeu) pour cause de trop d’attente. Bon, en deux mots tout de même: des pizzas, des minis-burgers, des boissons à foison, des TV+Xbox au large, des minis concours sur la partie multi (je vais y revenir) pour gagner quelques Microsoft points,… Un joyeux accueil 🙂

Le jeu, maintenant. Vu les antécédents d’Epic et des Gens qui peuvent voler, on s’attend forcément à du gros qui tache, et on a bien raison. Ça fait un bail qu’on s’en tape à la chaîne (du call of machin, du bad compatruc et autre mauvais scénario semi-interactif au gameplay plan-plan -oui j’assume, ça me gave-), j’attendais donc impatiemment cette nouvelle licence avec toutes ses promesses. Tenues ? En prenant uniquement pour base les 2 premières heures du jeu, je vais dire oui, en large partie. On commence par ce qui fâche.

Un reste du dernier bon scénariste de FPS. C'était ya longtemps.

Le pas trop bon :

Bon là, on case de suite le scénario, « sorte de » prétexte à voir des environnements différents, et mettant en scène des persos qui ont contracté, comme dans tout FPS standard du moment, un syndrome de la Tourette. A cela, j’ajoute la linéarité de la campagne solo, les ennemis qui se ressemblent quand même un peu beaucoup (malgré le bon effort pour essayer d’en générer une plâtrée à partir d’une même base) et la surenchère graphique (oui c’est beau, très beau, mais on ne peut pas profiter de tout, c’est frustrant). Rien de plus que le FPS standard sus-cité, certes, mais c’est devenu depuis longtemps lourdingue. J’ajouterai une inconstante inertie une fois la manette en main (sur XBox du moins).

Bon ok c'est quand même joli

Le bon voire bien plus

Le principal apport de Bulletstorm, ce sont ses skillshots, ou l’art d’éradiquer la bidoche ennemie de moultes façons. Oui, le scénario le dit, pour progresser il faut montrer qu’on sait tuer avec style, qu’on sait être créatif dans la façon d’envoyer ad patres les hordes de vilains vous tombant sur la tronche. Un flingue pour du headshot, c’est un skillshot. Un coup de pied qui envoit voler, suivi d’un coup de fusil pour achever, c’est un autre skillshot. Une balle dans les parties suivi du panard dans la figure du type se roulant par terre, c’en est un troisième (qui aurait pu s’appeler Tribute to the Duke). Embrocher plusieurs mecs avec une seule balle d’un fusil de snipe, empaler des gens sur des cactus géant, les envoyer dans un petit trou noir, faire descendre un ascenseur sur un mec, monter les ennemis les uns contre les autres, les jeter dans les machines qui traînent,… En tout, 135 skillshot à trouver, rapportant un certain nombre de points suivant la difficulté, la « rareté », l’utilisation de l’environnement et la diversité des coups portés, cela devrait largement occuper tout au long du jeu. Les points collectés servent à débloquer de nouvelles armes et aptitudes, c’est un retour au score-gaming, si on veut, mais dans un FPS. Et ça, c’est nouveau et frais.

Du skillshot !

L’autre point qu’on a pu aborder dans cette soirée, c’est le multijoueur. Du moins un des modes multi, Anarchie, dont le but est de…tuer, certes, mais tuer en coop ! Encore plus de skillshots \o/ « Tiens v’là un keum, tu me le choppes et me le fais, ça te va ? » On peut donc se mettre à plusieurs sur la peau d’un même ennemi, pour d’encore plus belles gerbes de sang et surtout plus de skillpoints ! Ce mode est organisé en rounds, dans lesquels un score d’équipe minimum est à atteindre pour passer au round suivant, avec d’autres défis à atteindre entre temps.

En multi, ça peut donner ça

Un autre poids dans la balance, du moins pour mon jugement perso, c’est la campagne de pub qui a été faite autour du jeu, à gros coup de parodie bien débiles comme on les aime, qu’on peut voir ici et surtout là. Pour la seconde vidéo, Duty Calls, sachez que c’est un jeu que l’équipe a diffusé (voir ici même). Sacré boulot de promo tout de même, surtout uniquement pour railler la concurrence.

Encore du skillshot !

Conclusion

« Tuer bourrin, oui, mais tuer bourrin intelligent », je trouve que ça résume plutôt bien le tout 🙂 Hier soir, j’ai vu pas mal de gens avancer en n’utilisant que le flingue de base, alors qu’ils avaient au moins 10 autres façons de progresser, quel dommage ! Ils ont dû se faire ch… comme des rats morts, alors que de mon côté j’avançais tranquillement aux commandes d’un robodinosaure des plus efficaces… A noter que des DLC sont déjà en préparation, eux aussi vont envoyer du pâté !

Encore merci à la communauté XBox qui nous a accueilli dans les superbes locaux Microsoft !

Une Pure Affaire – Le Jeu

Vous ne le savez peut-être pas, car je ne parle pas souvent de mon boulot en ces lieux, mais je travaille avec Jérôme à promouvoir des films sur le net pour différents distributeurs et aussi pour Quad Films, où sont situés nos bureaux.

Quad, ça ne dit souvent rien comme ça, donc généralement, on ajoute « -la boîte de prod de L’Arnacoeur » et là tout de suite ça percute.

Le prochain film de Quad sort le 2 mars 2011 et s’intitule Une Pure Affaire, réalisé par Alexandre Coffre avec François Damiens, Pascale Arbillot, Laurent Lafitte, Didier Flamand, Gilles Cohen et j’en passe des tout aussi bons !

Nous avons bien-sûr fait les trucs classiques pour la sortie mais nous avions envie de faire quelque chose de plus décalé et rare pour ce genre de films (« petit film français » dans le bon sens du terme) : un jeu vidéo.

Alors bien-sûr ce n’est pas GTA4, mais plus pour les amateurs de jeux rétros, à la Game&Watch, voici donc Une Pure Affaire – Le Jeu, dans lequel vous incarnerez David Pelame, le personnage principal du film interprété par François Damiens.
Je ne vous fais par l’affront de vous expliquer le concept, sachez juste que c’est en 2 tableau et que votre serviteur y fait quelques apparitions.

Trailer de Kooky’s Return, par les créateurs de Machinarium

C’est grâce à un twitt de Netsabes (@Netsabes) que ce trailer est arrivé devant nos yeux.

Si le nom de Machinarium vous dit quelque chose c’est que vous avez bon goût en termes de jeux vidéos indépendants. Machinarium est un excellent jeu d’aventure point and click dans un univers visuellement riche et à l’ambiance unique en son genre (bien aidé par une bande son intimiste mais parfaitement adaptée).

Pour vous faire une idée, cette vidéo de gameplay donne bien l’ambiance du soft.

Vous pouvez l’essayer et l’acheter ici.

Les créateurs Tchèques de Machinarium ont réalisé leur premier long métrage mélangeant live et animation, gardant leur goût pour les univers décalés. Je vous laisse apprécier cette version doublée en anglais pour l’occasion:

Le film a été créé par l’artiste à l’origine de Machinarium et Samorost (Jakub ‘Amanita’ Dvorský), il est mis en boîte par Jan Sverák.

J’espère que le film (déjà sorti en République Tchèque) trouvera son chemin vers les écrans Français…

Armand

Sortie de Gran Turismo 5 sur PS3 et Event GT5

Intro : De temps en temps nous aimons parler jeux-vidéo sur Filmgeek et forcement on ne pouvait pas passer à côté de la sortie de GT5, le jeu de la fin d’année sur PS3. Grâce à Sony, nous avons été convié à la soirée de sortie et c’est Nikro, un petit nouveau et vrai fan de la saga Gran Turismo qui s’y est rendu pour FG. Voici son compte-rendu.

Arrivé vers 19h45, une petite trentaine de personnes attendent devant l’entrée. Après un gros 1/4h d’attente, tout ce petit monde rentre enfin au chaud, accueilli par 2 babes qui agitent des drapeaux GT sans grande conviction.

Ne reste plus qu’à signer une autorisation de droit à l’image pour Sony – pour une durée de 15 ans tout de même ! – , engloutir 1 ou 2 petits-fours et coupes de champagnes, et direction l’étage du bas pour aller tâter le jeu PS3 le plus attendu de ces 2 dernières années.

Début de soirée : les consoles sont prises d’assaut, on se contente pour le moment de regarder. Après tout cette attente, ce qu’on se dit en premier : OK c’est beau, mais bon ça n’a pas vraiment évoluer depuis le prologue. On note en plus quelques chutes de framerate – heureusement anecdotiques – pas mal d’aliasing – surtout au niveau des ombres où il atteint des sommets ! – de la pixellisation au niveau des projections d’eau digne d’un vieux jeu VGA 320×240, un peu de clipping, heureusement très léger et auquel on ne fera plus attention une fois concentré sur sa conduite.

Bref ce n’est pas exactement une excellente surprise au niveau technique même si ce ne sont que des détails.

Un des orgas annonce qu’un concours va avoir lieu. 2 consoles sont spécialement réquisitionnées dans la fond de la salle pour lui.

La soirée se poursuit, la salle se vide, et on peut enfin jouer tranquillement.
Première constatation, on est en terrain connu, c’est du pur GT niveau gameplay. Personnellement j’apprécie, c’est pour ce mélange de simulation et de « j’ai quand même un peu droit à la faute » que j’apprécie GT depuis ses débuts. Mais bien sur, certains rétorqueront qu’il n’y a eu aucune évolution ou presque de ce côté, ce qui n’est pas faux.
On retrouve les classiques mode Arcade et GT, avec sa pléthore de permis, championnats, épreuves spéciales – avec comme nouveautés du karting (très sympa !) ou du Nascar (moins sympa).
La nuit et la pluie sont de la partie, et plutôt bien rendus.

Pour ceux qui aiment GT, il y a largement de quoi se faire plaisir.

Au chapitre des doléances, on notera des déformations ridicules – il faut foncer dans un mur à 300 à l’heure pour espérer écorcher le pare-choc de sa Ferrari – , un éditeur de circuit inutile (fallait regarder du coté de Trackmania les gars), un mode drift qui n’a rien à faire dans un GT, un mode B-Spec qui sert toujours autant à rien.

Fin de soirée : le petit concours se termine. Celui qui a réalisé le meilleur temps sur le circuit de Madrid au volant de la Nissan CALSONIC SKYLINE (JGTC) se voit remettre l’édition signature. En 2.49.00, il est 4 secondes plus rapide que le second qui repart avec l’édition collector. Et les 2 ont droit à une magnifique photo entourée de 2 babes.

Au final, comme le disent à peu près tous les tests, une déception après tous ces retards. On en attendait plus.

Mais en même temps, pour 55€, y-a-t-il un jeu de caisses PS3 qui soit si addictif et qui propose un tel contenu ? Non. Voilà pourquoi ce Gran Turismo 5 mérite au bout du compte vos deniers ! Surtout que les courses en ligne avec les potes s’annoncent sympas.

Nikro

Test de Medal of Honor par Chaka

Hop, un peu de pub pour l’ami Chaka, qui se fait un plaisir de tester les FPS du moment, avec une préférence pour les « jeux de merde ». D’où le nom de son site: jeuxdemerde.com/

Si certaines petites productions Russes ou faites par des amateurs sont de manière évidente bien pourries, d’autres jeux dits « AAA » (gros budget) n’en sont pas moins mauvias. Le dernier test assassin en date concerne Medal of Honor, le reboot de la série culte dont l’opus Allied Assaut (2001) posait les bases du FPS blockbuster moderne. Pour ce nouveau volet, qui comptait marcher sur les platebandes de Call of Duty, EA et Dice (pour le multi) semblent avoir échoué lamentablement. EA a d’ailleurs avoué la déception engendrée par cet opus qui a cependant déjà dépassé les 2 millions de boîtes vendues. Pas de quoi menacer Battlefield Bad Company 2 (6 millions en quelques mois) ou encore Call of Duty Modern Warfare 2 (plus de 20 millions de boîtes).

Je vous laisse regarder le test, bien plus appréciable que le jeu.


Je ne sais pas pour vous, mais vu comme ça, j’ai pas trop envie d’y investir mes euros.

Armand