La grève des scénaristes : la suite

Grève des scénaristes à Hollywood

La seule grève qui me touche directement en ce moment est celle qui se passe de l’autre côté de l’Atlantique chez les scénaristes américains, en cela ce n’est plus vraiment un mouvement social local mais une véritable grève mondialiste.

Ainsi, alors que les séries s’arrêtent une à une, le temps du rationnement est venu et on commence à faire des réserves pour passer l’hiver.

Heureusement, cela bouge un peu et après presque 2 semaines d’action, un communiqué a annoncé la reprise des négociations entre les scénaristes de la Writers Guild of America (WGA) et les producteurs de l’Alliance of Motion Picture and Television Producer (AMPTP) à partir du 26 novembre.

Une des dernières conséquences du bousin est le décalage du début de tournage d’Anges et Démons de février à une date indéterminée (\o/) et ce, malgré le bouclage précipité du scénario avant le début du conflit.

Heureusement, si y en a un qui bosse dans tout ça c’est bien J.J. Abrams qui nous lache coup sur coup deux teasers, celui de la saison 4 de Lost (qui risque toujours malheureusement de ne durer que 8 épisodes) et celui de Cloverfield, le film catastrophe buzzesque qu’il produit et qui sortira le 18 janvier 2008 aux USA :

Continuer la lecture de « La grève des scénaristes : la suite »

Premières conséquences de la grève des scénaristes

Grève des scénaristes à Hollywood

Comme prévu, les premiers touchés sont les talk-shows écrits en flux tendu, au fil de l’actu, ainsi Jay Leno et compagnie rediffusent maintenant des best-of en attendant le retour de leurs nègres auteurs.

Côté séries, 24 est la première à morfler, malgré les 7 ou 8 épisodes d’avance avec lesquels ils avaient d’ailleurs monté la première bande-annonce de la saison 7, la Fox a choisi de décaler la diffusion de cette saison en 2009 afin de ne pas l’interrompre en cour de route.

Le médiocre chapitre 2 d’Heroes quant à lui sera certainement écourté, la grève étant ici une bonne excuse pour interrompre la saison à l’épisode 11 et reprendre au chapitre 3 sur de meilleures bases après les plates excuses de Tim Kring à propos de cette reprise catastrophique.

DH aussi va s’arrêter après 9 épisodes, PB fera sa pause après le 8ième et tout ça c’est pas plus mal.

Et encore une bonne nouvelle avec le maintient de la meilleure série actuelle : Lost, ABC diffusera ainsi les 8 premiers épisodes déjà tournés et reprendra la diffusion après la grève et certainement après un petit cliff dont ils ont le secret.

A peine une semaine de grève et c’est déjà la cata, je n’imagine pas ce que ça va être la semaine prochaine avec les cheminots !

Bonus : 24 – S00E00 – Jack is back in 90’s

Californication Saison 2

Californication

Je viens enfin de finir la première et très courte saison de Californication. Cette nouvelle série, lancée cet été sur la chaîne payante Showtime, signe le retour de David Duchovny dans le petit écran dans la peau d’Hank Moody, un écrivain en pleine crise : vie amoureuse, vie sentimentale, vie familiale, crise de tout quoi.

A priori, c’est casse-gueule : réunir Fox Mulder d’X-Files et Harry Goldenblatt de Sex and the City dans un nouveau show sur un loser en série dépressif mais le petit miracle a lieu.

Le scénario, les situations, les dialogues, les acteurs, la musique, tout est excellent avec un petit bémol pour la réalisation pas très inventive, mais en fait on s’en fout un peu car a tout le reste et que ça fonctionne parfaitement.

Oublié Mulder, à la trappe Harry*, ici nous avons à faire à d’autres hommes, un écrivain et son agent avec leurs états d’âme et en prise avec leurs femmes dans tous leurs états.

Les 12 épisodes de 30 minutes sont réglés comme du papier à musique : l’histoire avance régulièrement, les personnages et leur psychologie évoluent avec l’intrigue qui arrive presque à ne pas frustrer malgré la courte durée de la saison 1.

Et je ne parle pas des personnages secondaires très colorés, de l’alcool, du festival de nichons, de la Porsche d’Hank, du point de vue désabusé sur LA et Hollywood, de l’alcool, des femmes Karen, Becca, Mia, de la drogue, du rythme soutenu, de l’alcool, des parties à trois, des LOL, etc.

Heureusement, la série a cartonné (pour les audiences de la chaîne, faut relativiser) et sera renouvelée pour aôut 2008.

Vivement donc la rentrée des séries US 2008 et la saison 2 de Californication.

*Pour celles et ceux qui les aiment encore un peu, on les retrouvera au ciné pour X-Files 2 et l’adaptation de Sex and the City, mais bon, même si je suis fan, je pense que des fois, il faut savoir tourner la page et Californication le fait bien.

Nerds or Geeks ?

Photos d'un Nerd

L’arrivée de deux nouvelles séries US, Chuck et The Big Bang Theory , marquent-elles une sorte de reconnaissance/révolution pour nous qui sommes Geeks ou Nerds ?

L’article du New York Times du 24 septembre, aborde ce sujet en s’appuyant sur ces deux nouvelles séries et en regardant l’évolution du traitement du nerd, en les comparant aux « losers » tant au cinéma qu’en littérature.

Voici un petit extrait qui m’a fait beaucoup rire :

Television used to relegate the nerd to the role of sidekick or worst best friend, but now – on « Chuck » and « Big Bang » (and also on the CBS crime drama « Numb3rs « ) – the nerd is the hero, and he even gets the girl.

Homo sapiens hasn’t evolved all that much since prehistoric times; the female of the species still seeks the best provider, even if he’s the one with an asthma inhaler and a pocket protector who plays Xbox Live and collects « Star Trek » memorabilia. Today’s tool-using man is a tool.

The Big Bang Theory raconte l’histoire de Leonard et Sheldon qui voient leurs vies de nerds changées quand ils découvrent leur nouvelle voisine : une belle jeune femme blonde. Voici le type de répliques purement geek …

« -I’m gonna invite her over. Have a nice meal and… chat.

– Chat?! We don’t chat. At least not off-line ! »

Tandis que Chuck est un vendeur d’informatique dans un magasin américain style « Darty ». Du jour au lendemain, tous les secrets de la NSA et de la CIA se retrouvent dans son cerveau. Personnellement en regardant le pilote, j’avais l’impression de me retrouver dans un film de la bande à Ben Stiller et Will Ferrell :).

Bon visionnage !