Raoul au Festival de Cannes 2008

Raoul a cannes

Grâce à Pixiel, Giiks et Bouygues Telecom, FilmGeek est présent cette année au 61ième Festival de Cannes en la personne de Stephen aka Raoul, notre envoyé très spécial qui nous transmet jour après jour ses impressions en direct de la Croisette.

Suite à quelques retards dont je suis seul responsable, je n’ai pas pu mettre en ligne ces premiers rapports mais je vais tenter de me rattraper cette semaine !

Voici donc ses premiers échos cannois :

Jour 1 – Vendredi 16 Mai

  • 00h – Arrivée à Cannes après 9h de train (argh…), je pose mes affaires à l’appart et je file m’en jeter 1 ou 2 au Petit Maj (le bar off du festival).

Vendredi je démarre donc tranquille, le temps de récupérer mes accréditations et quelques affaires que j’ai oublié de prendre dans mes valises.

  • 11h – Soi Cowboy de Thomas Clay – Un Certain Regard

Deuxième film de Clay après son provocant The Great Ecstasy of Carmichael, cette fois-ci l’histoire se déroule en Thaïlande. On suit un Européen obèse accompagné d’une jeune thaï enceinte. Le film est tourné en noir et blanc avant de passer en couleurs au bout d’une heure vingt. Composé de longs plans séquences, le film est assez beau mais trop long à mon goût. Du coup l’intérêt du film se dilue à mesure que le film avance. Et je trouve la fin un peu facile justement.

  • 14h – Waltz with Bashir d’Ari Folman – Compétition Officielle

Retour sur la guerre du Liban et plus précisément sur le massacre de Sabra et Chatila. C’est un documentaire sous forme de film d’animation (une première !). Les entrevues du réalisateurs avec ses anciens camarades de l’armée israélienne ont donc été transposés en dessin. Le résultat est tout à fait réussi, tant au niveau de la qualité d’animation que du sujet traité. Un film fort, assez bouleversant.

  • 17h – Tokyo ! de Michel Gondry, Leos Carax et Bong Joon-Ho – Un Certain Regard

Un film composé de 3 courts donc, avec un esprit décalé et qui nous fait découvrir le Japon comme nous ne l’avons jamais vu. Une vrai bouffée d’air frais malgré des univers assez déstabilisant.

Après 3 séances, une petite pause s’impose… je me rends donc au cocktail Gaumont où et présent une partie de l’équipe du film JCVD. Le réalisateur est là accompagné de trois acteurs dont bien-sûr le seul et unique Jean-Claude Van Damme. J’enchaîne avec un apéro sur le bateau d’un autre distributeur Carlotta, avant d’aller voire le seul film qu’ils présentent à Cannes cette année.

  • 22h15 – Savage Eyes de Ben Maddow, Sidney Meyers et Joseph Strick – Cannes Classics

C’est un docu-fiction des années 50 qui se passe aux USA. Une femme arrive à L.A., elle vient tout juste de divorcer, une voix s’adresse alors à elle qui n’est autre que sa conscience. Tous les dialogues du film sont dit en voix-off. C’est une critique acerbe de la société de l’époque (apparence, religion…). Une rareté à découvrir.
Le film est suivi d’un programme de complément, Vétérans du massacre de My Lai. Cinq interviews avec des soldats qui ont participé à ce triste fait de guerre, où femmes, enfants et vieillards ont été abattus froidements… rien à envier aux nazis… Effarant.

La suite demain

A suivre…

Raoul from the Croisette