Raoul au Festival de Cannes 2008 – Jour 8

Raoul a cannes

Vendredi 23 Mai 2008 – Le huitième et dernier jour pour Raoul au  2008 :

Après à peine 2h30 de sommeil, je prépare mes bagages et entamme une dernière demi-journée au festival

  • 8h30 – Synecdoche, New York de Charlie Kaufman – Compétition officielle

La vie d’un metteur en scène de théâtre accompagné tout au long de sa carrière par différentes femmes. Comme d’habitude dans ses scénarios, Kaufman développe son histoire entre rêve et réalité. Malgré une très bonne distribution (Philip Seymour Hoffman est excellent !) et une mise en scène audacieuse, l’histoire est un peu redondante à cause d’une mise en abîme perpétuelle du film. C’est même très exigeant et à la fin de la projection, le cachet d’aspirine est bienvenu.

  • 11h30 – Il Divo de Paolo Sorrentino – Compétition officielle

Un film inspiré de faits et de personnages réels dont Giulio Andreotti, leader charismatique du parti de la démocratie chrétienne, en est le sujet central. Le film propose une critique du monde de la politique italienne, avec le style et l’estéthique si particulière du réalisateur. J’ai quand même trouvé que ça manquait un peu d’intérêt pour pouvoir apprécier complètement le film.

  • 13h15 – Adoration de Atom Egoyan – Compétition officielle

Un adolescent déclare que son père était un terroriste, ce qui engendre pas mal de boulversements autour de lui. Rélexion sur le terrorisme couplé d’un drame familial, le film a du mal à trouver son rythme et manque un peu de clareté au niveau du discours. Pas super emballé, même si il ya des choses intérêssantes dans ce film.

Voilà, le Festival de Cannes, c’est fini pour cette année. Je prends mon train vers 16H30, pour n’arriver que vers 1h30. Et j’écris d’ailleurs ici mes dernières lignes à bord de celui-ci. Je ferais quand même un petit pronostic pour le palmarès d’ici dimanche soir.
J’espère que vous avez apprécié mes impressions et que l’on se retrouvera l’an prochain… et maintenant, une petite sieste bien méritée !

Raoul content de rentrer chez lui

Partenaires : Pixiel, Giiks et Bouygues Telecom.