Blogs Cinéma : le Best Of de la semaine S04E23

best of blog cinema

Ce WE post-César et pré-Oscar est donc riche en cinéma, du côté de nos cinéblogueurs la part belle est aussi faite à Rango, The Fighter et Sex Friends, avec Natalie Portman qui est partout en ce moment et certainement Oscarisée pour Black Swan sauf mauvaise surprise.

Nominations des Césars 2010

César 2008

Les nominations pour les Césars 2010 viennent de tomber et le moins que l’on puisse dire est qu’il n’y a strictement aucune surprise et c’est bien triste.

Il est bien-sûr rassurant de voir ici présents les favoris, mérités il faut bien le dire, dans les catégories Meilleur Film ou réal. D’ailleurs ouvrons ici une parenthèse ( WTF !? Pourquoi 7 films et seulement 5 réals ? Il y a-t-il deux réals qui ont fait un très bon film mais qui ne sont pas assez bon metteur en scène pour mériter d’être nominés ?).

Sinon les trucs qui ne vont pas : François Cluzet est bon, oui, mais quand-même, 2 fois présent dans la catégorie meilleur acteur faut pas déconner, il prend la place et la chance d’un autre même si Yvan Attal les bouffera tous.

Ensuite  pourquoi persister à donner des miettes ou un os à ronger à des films ayant cartonner en salle, pour faire plaisir à certain (Dany Boon ? le grand public ? mais dans ce cas faut arrêter d’avoir le cul entre deux chaises on y reviendra), en donnant des nominations de secondes zones, qui en plus d’être à la limite de l’insultant prennent encore des occasions de nommer des surprises.

Enfin, ce n’est pas parce qu’un film à un titre à rallonge (Je suis heureux que ma mère soit vivante, Qu’un seul tienne et les autres suivront, Non ma fille, tu n’iras pas danser…) et qu’il ressort visuellement de la liste qu’il faut voter pour : ce n’est pas une raison suffisante. Sinon, autant créer une catégorie « César du titre à ralonge ». Et je ne parle de la catégorie espoir qui est toujours un fourre-tout de rattrapage, genre Mélanie Thierry, avec ses 10 ans de carrière ça doit lui faire plaisir d’être encore un espoir !

En conclusion, on se réjouira surtout de la domination d’Un prophète et A l’origine, de la présence significative des Beaux Gosses, du futur sourire de Joey Starr sur scène et du désaveu de Je l’aimais qui était quand-même bien mauvais.

Allez ! Maintenant, en gras mes choix, en commentaires les vôtres ! 🙂

PS : Quand je vois Avatar dans la catégorie Meilleur film étranger j’ai envie de m’étrangler à ma souris.

César 2010 du Meilleur film

  • A l’origine – produit par Edouard Weil et Pierre-Ange Le Pogam, réalisé par Xavier Giannoli
  • Le Concert – produit par Alain Attal, réalisé par Radu Mihaileanu
  • Les Herbes folles – produit par Jean-Louis Livi, réalisé par Alain Resnais
  • La Journée de la jupe – produit par Bénédicte Lesage et Ariel Askenazi, réalisé par Jean-Paul Lilienfeld
  • Rapt – produit par Patrick Sobelman, Diana Elbaum et Sébastien Delloye, réalisé par Lucas Belvaux
  • Un prophète – produit par Pascal Caucheteux, Grégoire Sorlat et Marco Cherqui, réalisé par Jacques Audiard
  • Welcome – produit par Christophe Rossignon, réalisé par Philippe Lioret

César 2010 du Meilleur réalisateur

César 2010 du Meilleur acteur

César 2010 de la Meilleure actrice

César 2010 du Meilleur acteur dans un second rôle

César 2010 de la Meilleure actrice dans un second rôle

César 2010 du Meilleur jeune espoir masculin

César 2010 de la Meilleur jeune espoir féminin

Meilleur scénario original

César 2010 de la Meilleure adaptation

César 2010 de la Meilleure première oeuvre

César 2010 de la Meilleure musique écrite pour un film

César 2010 de la Meilleure photographie

César 2010 du Meilleurs décors

César 2010 du Meilleurs costumes

César 2010 du Meilleur son

César 2010 du Meilleur montage

César 2010 du Meilleur court métrage

  • C’est gratuit pour les filles réalisé par Claire Burger et Marie Amachoukeli
  • ¿ Dónde está Kim Basinger ? réalisé par Edouard Deluc
  • La Raison de L’Autre réalisé par Foued Mansour
  • Séance familiale réalisé par Cheng-Chui Kuo
  • Les Williams réalisé par Alban Mench

César 2010 du Meilleur film étranger

César 2010 du Meilleur film documentaire

L’intégralité du discours de Mathieu Amalric aux César 2008

César 2008

Récompensé lors de la 33ième Cérémonie des César, Mathieu Amalric n’a pas pu venir chercher sa compression du meilleur acteur 2008 pour cause de tournage de James Bond.

Il a donc confié à Antoine de Caunes la lourde tache de lire son discours de remerciement.

Ce que l’animateur de la soirée a fait avec talent, mais aussi avec censure a priori puisque d’après un mail de Mathieu Amalric envoyé aux Cahiers du Cinéma, la dernière partie de sa lettre a été oubliée.

Voici donc le discours dans son intégralité :

Message électronique de Mathieu Amalric :

De Panama je t’envoie le texte que j’avais envoyé au dernier moment aux Césars au cas où. Et comme le cas où est arrivé, il a été lu, paraît-il très bien, par De Caunes mais…. pas jusqu’au bout.

Je n’en reviens pas. Je ne savais pas que c’était si simple que ça, la censure.

Antoine, tu le lis avec hésitation et bafouillements

Oui bon ben… euh… alors là on frôle le n’importe quoi :

Lindon ; trois fois nommé, zéro compression
Darroussin ; deux fois… nada
Michel ; quatre fois comme acteur… résultat blanc

Et le pompon, Jean Pierre Marielle. Sept fois nommé !!! Et jamais la fève, même pas pour les Galettes.

Chapeau ! … De Panama, d’où je vous fait un vrai faux-Bon…D.

L’autre vilain de Lonsdale aussi il paraît.

Enfin, mouais, mais… non ce qui fait plaisir, c’est que le Scaphandre, c’est bien la preuve qu’un acteur n’existe qu’à travers, qu’en regard de ses partenaires. Parce que qui voit-on à l’image, qui fait prendre vie au Jean-Do de fiction ?

C’est Chesnais, c’est Ecoffey, Arestrup, Watkins. Ce sont Marie-José, Olatz, Consigny penchées vers lui, vers moi, vers vous, tendres, drôles et attentives. C’est Marina en Vierge Marie, c’est Emmanuelle Seigner qui joue pas la Sainte et qui du coup donne corps, chair et souffrance à Bauby. Ta fille aussi, Emma qui carrément provoque le miracle. Et c’était Jean-Pierre Cassel, doublement.

Le Papillon c’est la preuve que, quand il y a un réalisateur, les techniciens sont des roseaux pensants. Que tout se mélange, que sur un plateau tout est dans tout, qu’on peut être, (ce joli mot), une équipe PAS technique… parce que franchement qui c’est l’Acteur quand c’est Berto, le caméraman qui fait, qui EST le regard. C’est LUI qui, par les mouvements de sa caméra crée les mouvements de la pensée de Jean-Do.

Oui, quand il y a un réalisateur… Julian.

Je pense fort à une autre équipe. Celle, médicale, de l’Hôpital Maritime de Berck-sur-Mer où on a tourné et où Bauby a passé un an et demi. Le vrai et le faux, la réalité et la fiction… on ne savait plus. D’ailleurs c’est drôle, je me souviens. Le décor de la chambre, pour avoir plus d’espace, était reconstituée dans une grande salle au rez de chaussée de l’Hôpital, la salle des fêtes. Avec au dessus de la porte, une enseigne en grosses lettres rouges : CINEMA.

Ça ne s’invente pas.

ET LÀ DE CAUNES S’ARRÊTE

Mais la salle de cinéma. Oui, la SALLE de cinéma, elle, doit pouvoir continuer à s’inventer.

« A lire à la lumière. Et à diriger sur notre nuit » Notre musique.

Insupportable « trompe l’œil » des multiplexes. Les chiffres comme seule ligne d’horizon. Aveuglement, brouillage, gavage, lavage. Et quelle solitude. Vous avez déjà parlé à quelqu’un dans un multiplexe ? Pas moi. D’ailleurs c’est impossible, ce qui compte c’est le flux. « Circulez s’il vous plaît, y’a rien à voir » . Au suivant ! bande de Brel.

Alors que le travail souterrain, patient, divers, dédié au public, aux écoles, aux rencontres que font et on envie de faire tellement d’exploitants de salle se voit de plus en plus nié aujourd’hui.

La Question humaine n’aurait par exemple jamais fait autant d’entrées sans le travail de curiosité des exploitants de province et de l’ACRIF.

Ce tissu de salles, que le monde entier nous envie, est notre cœur, nos poumons.

Sinon…

Sinon on va tous finir devant nos « home cinéma » à se tripoter la nouille…

Bons baisers de Panama…

Mathieu

Palmarès et résultats (convenus) des Césars 2008

César 2008

Cette année a donc été sans aucune surprise avec une cérémonie tantôt lourde, tantôt morbide (heureusement qu’il y avait le poney) mais toujours convenable et convenue à l’image de son palmarès où les habitués ont été récompensés à juste titre :

  • Meilleur film : La graine et le mulet réalisé par Abdellatif Kechiche
  • Meilleure actrice : Marion Cotillard dans La Môme
  • Meilleur acteur : Mathieu Amalric dans Le Scaphandre et le Papillon
  • Meilleur réalisateur : Abdellatif Kechiche pour La graine et le mulet
  • Meilleur scénario original : Abdellatif Kechiche pour La graine et le mulet
  • Meilleur film documentaire : L’avocat de la terreur réalisé par Barbet Schroeder
  • Meilleure actrice dans un second rôle : Julie Depardieu dans Un secret
  • Meilleur acteur dans un second rôle : Sami Bouajila dans Les témoins
  • Meilleur espoir féminin : Hafsia Herzi dans La graine et le mulet
  • Meilleur espoir masculin : Laurent Stocker dans Ensemble, c’est tout
  • Meilleure adaptation : Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud pour Persepolis
  • Meilleur film étranger : La Vie des Autres réalisé par Florian Henckel von Donnersmarck
  • Meilleur montage : Le scaphandre et le papillon
  • Meilleure photo : La Môme
  • Meilleurs décors : La Môme
  • Meilleur son : La Môme
  • Meilleurs costumes : La Môme
  • Meilleure musique : Alex Beaupain pour Les chansons d’amour
  • Meilleur premier film : Persepolis réalisé par Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud
  • Meilleur court-métrage : Le Mozart des pickpockets réalisé par Philippe Pollet-Villard
  • Césars d’honneur à Jeanne Moreau et Roberto Benigni

Même si les performances (Marion et Mathieu) ont été à l’honneur cette année, les César ne cèdent pas encore totalement à l’Oscarisation de leur palmarès en gardant une place de choix à La Graine et le Mulet et c’est tant mieux !