Palmarès du Festival de Cannes 2008

 

Palme d'Or 2008

Vous avez suivi le 61e Festival de Cannes jour après jour avec Filmgeek et Raoul, il est maintenant temps de vous donner le palmarès tant attendu.

  • Palme d’or : Entre les murs, du Français Laurent Cantet
  • Grand Prix à Gomorra, de l’Italien Matteo Garrone
  • Prix de la mise en scène au Turc Nuri Bilge Ceylan pour Les trois singes
  • Prix du Jury à Il Divo, de l’Italien Paolo Sorrentino
  • Prix d’interprétation masculine à l’acteur américain Benicio del Toro, dans Che de Steven Soderbergh
  • Prix d’interprétation féminine à l’actrice brésilienne Sandra Corveloni dans Linha de passe
  • Prix spécial du 61e Festival : Catherine Deneuve et Clint Eastwood
  • Prix du scénario à Jean-Pierre et Luc Dardenne pour Le silence de Lorna
  • Caméra d’or : Hunger, de l’Anglais Steve McQueen; mention spéciale pour Ils mourront tous sauf moi, de la Russe Valeria Gaïa Germanica
  • Palme d’Or du court-métrage : Megatron de Marian Crisan (Roumanie); mention spéciale pour Jerrycan de Julius Avery (Australie)

C’est donc une excellente année 2008 pour le cinéma français entre les succès et les récompenses de La Môme, le raz de marée de Bienvenue chez les Ch’tis, cette première Palme d’Or française depuis 21 ans est la cerise sur le gâteau. Décernée par le jury unanime, elle répond à la volonté controversée de Sean Penn : « Il faudra que le réalisateur ou la réalisatrice de la Palme d’or se soit révélé très conscient du monde qui l’entoure. ».

Reste à espérer que le film ne soit pas trop ancré dans son époque et arrive à traverser le temps qui reste le seul vrai juge.

Raoul au Festival de Cannes 2008 – Jour 7

Raoul a cannes

Jeudi 22 Mai 2008 – Septième jour pour Raoul qui rampe sur les marches du 2008 :

  • 13h15 – Che : The Argentine et Che : Guerrilla de Steven Soderbergh – Compétition officielle

Composé de deux parties, le film présenté à Cannes a une durée totale de 4h28. Par contre, lors de sa sortie en salles, les deux parties devraient sortir à quelques semaines d’intervalle. The Argentine s’attache à la révolution cubaine quand le Che rejoint Castro pour renverser Batista. Quelques scènes entrecoupent ce récit, on voit notamment son séjour aux Etats-Unis et sa présence à l’ONU. Et Guerrilla suit uniquement sa campagne bolivienne.
Un diptyque irréprochable techniquement (photo, cadre, montage, son…) et un Che interprêté justement par Benicio Del Toro. Une oeuvre forte et sans concessions commerciales.

  • 19h15 – Monsieur Morimoto de Nicola Sornaga – Quinzaine des réalisateurs

Les tribulations d’un peintre Japonais qui vit à Paris, notamment des rencontres avec des personnages assez originaux. J’ai trouvé la démarche un peu trop arty-intello et loupée. A éviter, même si pour l’instant il n’ y a pas de sortie prévue étant donné qu’il est sans distributeur.

  • 22h – Surveillance de Jennifer Lynch – Hors compétition

Deux agents du FBI arrivent dans un bled pour enquêter sur des meurtres en séries. Un thriller qui ne tient pas trop la route. La fille n’a définitivement pas le génie de son père.

Pour ma dernière soirée à Cannes, je rejoins la fête des exploitants puis je termine sur le bateau de Carlotta. Demain je vais voir trois films avant de prendre le train pour rentrer chez moi.

Raoul en fin de course

Partenaires : Pixiel, Giiks et Bouygues Telecom.