#DIRTYLAUNDRY

Avant la future claque TDKR, que l’on découvrira mercredi, on a décidé de s’échauffer un peu après plus d’un mois de vacances.

Depuis plusieurs mois, Caro et moi, nous nous intéressons aux productions du fandom (fanfiction, fanfilm, fanzine, etc.) particulièrement autour de Sherlock ou Twilight.

Ce qui suit vient tout juste de sortir, inspirer du Marvelverse, avec un joli casting. Il s’agit d’un court-métrage de 10 minutes, intitulé #DIRTYLAUNDRY et diffusé à l’occasion du Comic Con de San Diego.
On ne vous en dit pas plus, à part que c’est un poil violent et donc vivement déconseillé aux enfants.

« I wanted to make a fan film for a character I’ve always loved and believed in – a love letter to Frank Castle & his fans. It was an incredible experience with everyone on the project throwing in their time just for the fun of it. It’s been a blast to be a part of from start to finish — we hope the friends of Frank enjoy watching it as much as we did making it. »

Thomas Jane

Comic Con Paris 2011 : Interview de Brian Azzarello

On revient 3 mois en arrière, lors du Comic Con Paris 2011 et je vous propose l’interview de Brian Azzarello, réalisée lors de l’événement.

Pour la petite histoire, Brian Azzarello est un scénariste américain de comic-books. Il est surtout connu pour avoir créé la sombre et violente série 100 Bullets. Il a également travaillé sur Joker et Lex Luthor : Man of Steel.

Interview

Préférez-vous travailler sur un univers totalement inventé par vous même ou sur un univers déjà en place comme peuvent l’être ceux de Batman ou Superman par exemple ?

Je préfère travailler sur mes propres projets. Parce que je créé mes propres règles, voilà pourquoi. J’adore travailler sur des projets comme Batman, mais je préfère travailler sur mes propres histoires.

100 Bullets possède une histoire dure, très riche et complexe. Et elle me rappelle un peu la série TV The Wire. Et j’ai entendu que la série pourrait être adapté à la télévision sur Showtime par David S. Goyer. Est-ce toujours en discussion ?

Il y’a toujours des discussions, ce n’est pas encore fait. Mais quand je verrais des affiches de promotions placardés sur les bus, je saurais que la série arrive (rires).

Quelle sera votre place dans ce projet ?

A l’heure actuelle c’est à moi de décider de la place que j’occuperai. Peut être scénariserai-je quelques épisodes, je ne sais pas encore.

The Walking Dead a été un véritable succès lors de sa diffusion sur AMC, mais nous avons pu voir les limites de la transposition du comic book à l’écran. Ce succès vous conforte t-il dans l’idée de faire l’adaptation de 100 Bullets ou les limites vous inquiète ?

Ce qui m’inquiète le plus c’est à quel point la chaîne peut laisser aller la série dans le sombre, il y a beaucoup d’histoires très dures dans 100 Bullets. On espère qu’on pourra aller aussi loin que le comic-book, ne serait-ce qu’émotionnellement. Je ne sais pas encore si la chaîne va nous limiter, mais je ne l’espère pas.

Votre futur projet est Wonder Woman. Sera t-il un reboot de la franchise ?

Ce sera un léger reboot, il y aura toujours une part de l’histoire originale, mais quelques nouveaux détails seront apportés.

Quels sont vos futurs projets après Wonder Woman ?

Je vais retrouver Eduardo Risso avec lequel j’ai travaillé sur 100 Bullets pour un projet nommé Spaceman, qui sera édité par Vertigo (Editions DC Comics).

Pensiez vous qu’à la base 100 Bullets ferait 100 numéro en tout ?

Oui, j’avais confiance dans le fait qu’on y arriverait à ces 100 numéros. Quand j’ai signé mon contrat avec DC c’était seulement pour 12 épisodes, et que si ça ne marchait pas on devait terminer l’histoire à l’épisode 12.

Votre femme a travaillé sur Wonder Woman, allez vous travailler avec elle sur votre projet Wonder Woman ? Lui demander conseils, ou échanger des idées ?

Non. Vous savez comment rester marier ? Ne jamais travailler ensemble (rires).

Avec tous les films de Super Héros qui sortent ces dernières années au cinéma, avez vous pour ambition de rejoindre ce mouvement et travailler en tant que scénariste peut être ?

Oui, pourquoi pas.

Vos univers sont assez sombres, voir très sombres. Est-ce que ce sera la même chose pour Wonder Woman ?

L’histoire sera sombre oui.

Pour Batman et Superman vous avez travaillé sur Joker et Lex Luthor : Man of Steel, vous préférez travailler sur ce genre de personnages que sur les super héros ? Pourquoi ?

J’adore travailler sur les méchants, ils sont plus intéressants ! Je peux m’identifier à ces personnages, alors que je ne peux pas m’identifier aux héros (rires). J’aime travailler sur ces personnages parce qu’ils ne sont pas parfaits, ils font des erreurs, comme nous.

Pour Joker, y a t-il un lien avec le film The Dark Knight ?

Non, nous avons commencé à travailler sur le comic book avant que le film ne soit fait. On devait appeler le comic book Joker The Dark Knight mais le studio nous a poussé à changer de nom. Ils ne voulaient pas qu’on voit une quelconque connexion avec le film.

Si un studio vous propose un film consacré au Joker, seriez vous interessé de rejoindre le projet ?

(rires) Oui je serais intéressé.

 

Romain

Comic Con Paris 2011 : Master Class de Steven Moffat

 

Deuxième article sur le Comic Con et celui là concerne THE invité du festival, Monsieur Steven Moffat, scénariste et producteur anglais… Ecossais pardon.

Cette Master Class se concentre exclusivement sur son métier de scénariste et non sur Doctor Who. La conférence qu’il a donné sur Doctor Who aura son compte rendu plus tard sur FilmGeek.

Photo prise par Ceridwen

Il a commencé à travailler pour la télévision en 1989 pour la série Press Gang. Il a ensuite créé la sitcom Coupling, Jekill et Sherlock l’année passée. Il est depuis une saison et demi le showrunner de Doctor Who.

Ce qu’il faut savoir sur ce bourreau de travail c’est qu’avant Sherlock il écrivait tous les épisodes des séries qu’il a créé.

Steven Moffat travaille chez lui où un espace est aménagé à l’étage. Il commence ses journées lorsque la nourrice s’occupe de ses enfants. Il nous dit qu’il n’a pas réellement de journée type puisqu’il occupe plusieurs postes, à la fois producteur et scénariste. Certains jours sont pleinement consacrés à l’écriture, d’autres à son rôle de producteur où il doit assister à diverses réunions.

Ce compte rendu se fera en plusieurs parties, chaque partie sera consacrée à une série sur laquelle il travaille ou a travaillé.

Press Gang


Steven Moffat nous explique que la série se concentre sur des adolescents écrivant pour un journal appelé «Junior Gazette». Comme dit plus haut Il en a écrit entièrement les 43 épisodes de la série. Il s’est dit désolé que la série ne soit pas du tout connue en France mais qu’il n’est jamais trop tard pour la découvrir.

Coupling

Il nous déclare ensuite que la série Coupling est basée sur sa vie, sur sa rencontre avec sa femme Sue. De ce fait il pense que personne n’aurait pu écrire des épisodes à part lui parce que c’est une série à propos de sa vie. Coupling est une très bonne série parce que c’est lui qui écrit la série sur sa propre vie. Alain Carrazé et Romain Nigita lui parle ensuite du lien évident entre sont couple (Steven et Sue et les personnages Steve et Susanne et il répond alors que la presse à l’époque, avec toute sa perspicacité, ne s’était rendu compte de rien.

Même si certaines fois il est dans l’obligation d’écrire des épisodes dans le désordre par rapport à la diffusion, à cause d’emploi du temps des acteurs par exemple, il préfère écrire dans le bon ordre, suivre la trame de l’histoire.

«On commence avec un plan mais il peut changer en cours de route de ce fait on finit toujours avec un plan mais pas le même»

A l’instar de The Office, Coupling a eu droit à un remake américain. Mais contrairement à The Office Coupling US n’a pas du tout fonctionné et a été annulée après seulement 3 épisodes. La raison qu’a évoqué Steven Moffat, en blaguant à moitié, sur le succès de The Office et le non-succès de Coupling US est tout simplement parce que la première est très bonne et le seconde pas si bonne. Plus sérieusement il nous dit ensuite qu’il avait vu un montage des épisodes avant que ce soit diffusé et c’était très drôle. Cependant le network a décidé de remonter les épisodes et les diffuser avec ce nouveau montage et ce fut beaucoup moins drôle.

Alain Carrazé a ensuite fait remarquer que la série a eu droit à une adaptation Grecque dont Steven Moffat ne se souvient plus exactement si il a vu des épisodes, mais il se souvient très bien avoir voyagé gratuitement là bas et pris quelques jours de vacances. D’ailleurs il accepterait n’importe qu’elle adaptation d’un pays si il a droit à un voyage gratuit de quelques jours dans ce pays. Il a totalement raison, pourquoi ne pas mêler travail et plaisir surtout si c’est dans un beau pays !

Si il y a une chose dont il est fan c’est de jouer avec le temps. On le voit bien dans Doctor Who mais également dans Coupling. Un rapide exemple avec des épisodes ou deux personnages racontent ce qu’il s’est passé quelques heures plus tôt avec chacun leur point de vue. Pour lui quand vous vivez des choses, ça ne se passe jamais vraiment dans l’ordre, quand vous racontez les choses à vos amis par exemple vous ne les racontez jamais vraiment dans l’ordre, vous essayez de vous souvenir de tout mais certaines fois revenez sur des faits antérieurs à des faits juste raconté l’instant d’avant.

Jekyll

Il a décidé d’écrire Jekyll dans une réalité où le monde connaît la nouvelle L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde.

A l’instar de Sherlock le but est de moderniser une icône britannique, mais c’est une  pure coïncidence que Sherlock et Jekyll, qui sont des personnages Victoriens, arrivent tout deux en si peu de temps. Il blague ensuite sur le fait que sa prochaine adaptation sera la Reine Victoria sous le titre de Queen Victoria Investigations !

De ces 3 séries il est créateur, producteur et scénariste. Pour lui ce n’est pas si différent d’écrire pour sa propre création ou pour une autre série puisqu’il faut écrire, pour ces dernières, comme si l’histoire, les personnages lui appartenaient. Il faut vraiment s’approprier le personnage et l’histoire. C’est pourquoi il dit aux scénaristes qui écrivent sur Doctor Who par exemple qu’ils sont responsables de leur propre épisode.

D’ailleurs il dit que Doctor Who tire bénéfice de l’écriture de plusieurs scénaristes puisque chacun apporte son propre style et ses propres idées. Certaines fois Steven Moffat leur impose ses idées, d’autres fois ceux sont eux qui lui proposent leurs idées.

Il affirme qu’être scénariste n’est pas une chose facile, quand tu écris un scénario que tu crois excellent il ne l’est pas forcément, il faut persévérer jusqu’à trouver l’histoire parfaite. Ecrire un personnage est tout autant difficile car il faut faire en sorte que le public s’attache au personnage, crée un lien avec, que le personnage soit crédible.

Sherlock

Mark Gatis et lui aimaient beaucoup Sherlock Holmes et avaient l’idée d’une adaptation. Mais quand ils ont vu le film de Guy Richie sortir au cinéma ils étaient agacés par le fait que quelqu’un leur ai piqué l’idée. C’était sans compter sa femme qui lui a dit de le faire quand même.

Concernant les 90 min par épisodes c’est le meilleur choix pour eux car ça leur laisse beaucoup de temps pour développer leur histoire et surtout la relation entre Sherlock et Watson. Ils ne voulaient pas la compresser. Ce format de 3x 90 min (Et non 6 épisode comme l’a annoncé Alain Carrazé qui s’est gentiment fait huer par la foule ^^) lui semble le format parfait pour cette série.

Une question venant du public demandait comment ont été choisi les acteurs. Pour Sherlock Holmes, Benedict Cumberbatch était un choix évident pour Steven Moffat et sa femme après l’avoir vu dans un film. Il a accepté dès la lecture du scénario. En ce qui concerne Watson un casting a été fait mais la relation entre Benedict Cumberbatch et Martin Freeman était déjà là, l’alchimie était présente. Petite anecdote, Matt Smith (Le docteur actuel de Doctor Who) avait été pressenti.

Sur les infos sur la saison 2 Steven Moffat a répondu un bon et gros «NO» qui a résonné dans la salle !

Mais dans un élan de gentillesse nous a tout de même donné les 3 titres de cette saison 2 :

– A Scandale in Belgravia

– The Hound of the Baskervilles

– The Reichenbach Fall

Tintin


Enfant il pensait que c’était une bande dessinée britannique, c’était tellement bien écrit et excitant.

Ce fut donc fantastique de travailler dessus surtout avec des grands hommes tels que Steven Spielberg et Peter Jackson. Mais il n’a pas eu beaucoup de contact direct avec eux, il a surtout parlé via web cam, tout le travail qu’il a fait c’était chez lui

Pour écrire l’histoire du film ils ont relus tous les albums pour savoir quels éléments ils allaient utiliser dans le scénario. Des scénaristes européens ont été choisi pour la touche d’humour européenne et la sensibilité qui la caractérise. Evidemment c’est un blockbuster  d’Hollywood mais avec le charme européen conservé.

Cependant avec son travail sur Sherlock et Doctor Who il a du quitter le projet et s’est fait remplacé par Edgar Wright et Joe Cornish. Il a toujours quelques contacts par mail avec l’équipe, Spielberg et Jackson.

Nous n’avons pas eu d’information en plus sur le film, d’autant plus que lui même ne sait pas si ce qu’il a écrit sera présent dans le film.

Projet Adam & Eve

C’est un projet qu’il a proposé et qui a eu le feu vert pour entrer en production mais Sherlock est arrivé et son travail sur cette dernière et Doctor Who était assez gros pour pouvoir s’occuper d’Adam & Eve, de ce fait le projet est resté un peu dans les carton mais il veut qu’un jour la série se fasse.

Il nous a quand même donné l’histoire de la série : 2 personnes qui n’arrivent jamais à se rencontrer au bon moment, ils tombent amoureux d’autres personnes, leur relation n’arrive jamais. Garanti sans happy ending.

Voilà pour cette masterclass qui fut réellement très intéressante devant un public conquis et heureux d’être là, en face de Steven Moffat. Un bon tier de la salle était d’ailleurs déguisé en Docteur, le scénariste a même fait une blague sur deux personnes au premier  rang, l’une habillé en Matt Smith et l’autre en David Tennant, disant que ceci n’arrive que dans les rêves du docteur !

Conférence animée par Alain Carrazé et Romain Nigita.

(la vidéo arrivera plus tard).

Romain

[Evénement] Steven Moffat, invité d’honneur au Comic Con Paris

 

La photo a été prise le 24 Juillet 2008 au Comic Con de San Diego, Etats Unis, par Ewen Roberts.

 

Vous avez bien lu, ce n’est pas une blague, annoncé ce matin sur Allociné en exclusivité le génial scénariste et producteur anglais sera le « Guest of Honor » du Comic Con Paris qui se déroulera du 30 Juin au 3 Juillet 2011.

En Angleterre S. Moffat est considéré comme un demi-dieu , sans exagérer. En France il n’est pas vraiment connu excepté pour les fans de la série Doctor Who dont il a repris les rennes depuis la 5ème saison de la série (de 2005). Il a déjà officié sur la série en scénarisant quelques des meilleurs épisodes de Doctor Who, notamment Blink (saison 3 épisode 10) mais aussi le double épisode Silence in the Library et Forest of the Dead (Saison 4 épisodes 8 et 9).

Il est également scénariste de la série Sherlock, qui, comme son nom l’indique suit les enquêtes à notre époque de Sherlock Holmes et son acolyte Watson. De même il avait créé et scénarisé entièrement ses précédentes séries, Coupling et Jekyll pour les plus connues.

En 2007, année où Jekyll est créée, Moffat se fait engager par Steven Spielberg pour écrire le scénario des deux premiers films de Tintin en préparation, mais il se retire du projet suite à sa prise de fonction en tant que showrunner de Doctor Who à la place de Russel T Davies. De ce fait, ne pouvant  pas assurer ces deux fonctions il choisit le rêve de toute une vie, diriger le Docteur.

Spielberg va alors faire appel à deux autres scénaristes pour une ré-écriture des films, Edgar Wright et Joe Cornish. Pas des manchots, donc.

Les aventures de Tintin : Le secret de la licorne, qui sortira le 26 Octobre en France, adapte 3 ablums du jeune reporter blond à la houppette, Le secret de la Licorne, Le trésor de Rackham le Rouge et Le Crabe aux pinces d’or.

 

Nous donnerons le programme complet du Comic Con Paris le 31 Mai.

Un grand merci à Alain Carrazé et 8 Art City.

 

Romain

Tuesday’s US box office report S01E02

Le dernier report date d’il y a 3 semaines et, entre temps, Avatar est sorti. Box office mojo vient de valider ses chiffres, il est temps d’en parler, à l’occasion de ce deuxième et dernier Report de la saison 1 !

Dans le top 10 après ce week end de Nöel, un mega blockbuster et 3 entrées qui réussissent à exister: Avatar, Sherlock Holmes et Alvin et les Chipmunks 2.

SamWorthingtonAvatar

Continuer la lecture de « Tuesday’s US box office report S01E02 »

Zoom (rapide, en traveling arrière) sur Joel Silver

commando
Qui connaît le producteur Joël Silver ? Si je vous dit L’Arme Fatale, Piège de Cristal, Prédator, Matrix ou V pour Vendetta, ça vous rafraîchit la mémoire ? Ou alors l’ultimate, version codifiée du jeu au frisbee ? Ouais, il a co-inventé dans les années 70 !

joelsilver

Sur FilmGeek ce soir, on va parler un peu business et production, puisque les prochaines productions de Joël Silver font parler d’elles : tout d’abord Ninja Assassin, mais également Sherlock Holmes et Le Livre d’Eli.

Joël Silver a aujourd’hui 57 ans. Avant de lancer Silver Pictures en 1985, il a produit pour Fox et Paramount, notamment des films de Walter Hill et en particulier deux de ses films majeurs : Les Guerriers de la Nuit (dont Tony Scott veut faire un remake) et 48hrs.

Continuer la lecture de « Zoom (rapide, en traveling arrière) sur Joel Silver »

Zack Snyder : Watchmen-300 DVD/Bluray, 300 sequel et Sucker Punch

Comingsoon.net a publié aujourd’hui, une petite interview de Zack Snyder dans laquelle il évoque la « suite » de 300. Selon ses dires, Frank Miller est en plein dedans et va créer une histoire sous forme d’un comics qui sera ensuite adaptée. Le réalisateur évoque de nouvelles et célèbres villes grecques telles qu’Athènes. Snyder veut garder l’approche de 300, à savoir un budget « restreint » et conserver une parenté visuelle. Miller souhaite ouvrir l’horizon en développant les paysages et les terrains. Pour Snyder, cette suite sera faite « de la même manière [que 300 ndlr], mais déjantée et dopée aux stéroïdes ».

Watchmen director’s cut devrait quand à lui sortir fin Juillet, du moins aux USA. Présentée au Comic Con de San Diego, la version longue de Watchmen dure 3h10. La version ultime dure quand à elle 3h25 et intègre des éléments du Black Frightener, sorti en DVD au même moment que Watchmen en salle. Le director’s cut de Watchmen sera distribué de manière restreinte dans certaines salles américaines, et il semble peu probable que ce soit le cas ailleurs, vu le faible engouement des spectateurs pour le blockbuster de Warner. Le bluray de 300 était également de la partie, pour 2 heures de spectacle.

Interrogé par Collider, Snyder parle également de son prochain film en cours de production, Sucker Punch. En gros, il s’agira d’un actionner fantasy qui défouraille et dont la durée serait comprise entre 1h30 et 2 hrs. C’est un projet qu’il avait en tête avant le tournage de Watchmen et un vieux post d’ IGN parle d’un truc de taré avec des dragons, des B52 (les bombardiers américains) et des bordels. Il est tagliné sur imdb comme un « Alice au Pays des Merveilles avec des mitraillettes ». Au casting : Vanessa Hudgens (Thirteen, High School Musical), Emily Browning (Les Orphelins Baudelaire), Jena Malone (Into the Wild, The Ruins), Jamie Chung (DragonBall Evolution), Abbie Corinish (Une Bonne Année) et Scott Glenn.

Parce qu’on est cool, deux vidéos (anglais non sous-titré) de Snyder à la Comic Con 2009 :

Sortie en 2011 chez Warner Bros.