Comic Con Paris 2011 : Conférence de Gale Anne Hurd, Productrice de The Walking Dead

«I’m a geek»

Gale Anne Hurd est une productrice ayant travaillé pour des films comme Terminator, Aliens, Abyss, Armageddon et bien sûr The Walking Dead pour la télévision. Elle était une des grandes invitées du Comic Con Paris 2011.

Voici un compte rendu de cette conférence qui a eu lieu le 1er Juillet.

La productrice semblait contente d’être là et s’est rapidement prise au jeu des questions/Réponses d’Alain Carrazé et Romain Nigita ainsi que celles du public.

Avant The Walking Dead

Tout d’abord elle déclare être geek, bien avant que le terme ne devienne à la mode. Depuis petite elle lit des comic books d’abord grâce à son demi frère dont elle lisait sa littérature SF et Fantastique. Elle regardait également des séries TV telles que Dark Shadows, The Twilight Zone ou encore Lost In Space. Elle a découvert The Walking Dead dans un magasin de Comic Books Golden Apple Comics à Hollywood. Son fournisseur de Comics lui a recommandé et elle a de suite adoré ce qu’elle lisait.

Elle nous dit ensuite qu’elle a réellement découvert il y a deux ans que les histoires les plus intéressantes ne se trouvent pas au cinéma mais à la télévision et notamment sur le câble américain. Etant fan de films/séries de genre elle voulait produire une série de genre et elle s’est rappelée le comic book qu’elle avait adoré, The Walking Dead, dont elle apprendra, en cherchant un auteur, que Franck Darabont détient les droits.

Ce qui ressortait beaucoup dans ce qu’elle disait c’est qu’elle est plus intéressée par comment des gens ordinaires se retrouvent dans des situations incroyable notamment dans des mondes post-apocalyptiques. Comment la psychologie de ces personnes ressort et évolue en fonction d’un événement tel qu’une apocalypse.

Frank Darabont a commencé dans le domaine artistique et était triste de ne pas avoir travaillé pour Terminator. Il a un grand respect pour le cinéma de genre et est très en connexion avec des matériau tels que les livres de Stephen King. Il sait raconter des histoires et possèdent des personnages à la psychologie solide.

Elle nous dit ensuite que Robert Kirkman et Frank Darabont avaient proposé un projet à NBC mais la chaîne ne trouvait pas les zombies assez sexy, comme peuvent l’être les vampires.

The Walking Dead

La productrice déclare que Robert Kirkman, dès le départ, voulait être véritablement impliqué dans le projet, à l’élaboration et au développement de la série.

Etant productrice exécutive elle travaille en collaboration avec Franck Darabont et Robert Kirkman et les autres scénaristes pour parler de ce qui va se raconter chaque saison.

Une journée type de travail pour elle en ce début de production de la saison 2 : Levée à 5h – arrivée à 7h sur le plateau de tournage puis réunion avec l’équipe de tournage – une partie de la journée est consacrée au casting de nouveaux personnages – scéance d’habillage – lecture des nouveaux scripts.

Gale Anne Hurd fait ensuite une petite pause nous apprenant que Jon Bernthal, qui joue Shane dans la série, est devenu papa depuis peu et fait une photo de l’audience pour son bébé. Petite séquence  sympathique montrant la bonne humeur qui se dégage de cette conférence.

Par la suite, une fois les questions reprises elle nous apprend qu’AMC possède en octobre une case horaire «Fear Fest» où ils diffusent des films d’horreur, de science fiction et voulaient lancer une série inédite, c’est alors que Franck Darabont leur propose le pilote de The Walking Dead et la chaîne a été directement emballée. Il faut dire que voir un officier de police tuer une petite fille (zombifiée certes) fait son petit effet !

Elle a par ailleurs comparé les différences de libertés au cinéma et à la télévision, disant qu’il y avait moins de liberté au cinéma, plus vraiment de prise de risque. C’est à la télévision que les risques se prennent maintenant et depuis quelques années. Les réalisateurs arrivent d’ailleurs à la télé depuis quelques temps avec Spielberg, Scorsese, ou Darabont donc. Cette liberté permet de faire évoluer les personnages tout au long d’une saison et comprendre la quête qui anime chacun d’entre eux. Puisque The Walking Dead avant d’être une série sur des zombies, c’est une série parlant d’humains essayant de survivre dans un monde dévasté.

Il faut dire qu’une série, sur le câble tout du moins, peut développer les personnages sur 13h par saison, alors qu’un film n’en possède que 2h30. Ce n’est pas la seule grosse différence puisque 13 épisodes de The Walking Dead, par exemple, coûtent beaucoup moins cher que 50 M$ alors qu’un blockbuster de 2h – 2h30 coûte dans les 200M$.

Elle nous apprend ensuite que si la série devait continuer encore quelques temps elle ne risquait pas de manquer de matériel puisque Kirkman a des idées pour 200 numéros de The Walking Dead, sachant qu’il en y a pour le moment 80 numéros.

The Walking Dead Saison 2

Gale Anne Hurd nous a fait quelques révélations sur la saison 2 de The Walking Dead suite à la question d’Alain Carrazé.

Il y aura donc beaucoup plus de scénaristes puisque la saison fera 13 épisodes. On peut compter parmis les nouveaux Evan Reilly (Rescue Me),  Scott Gimple (Flashforward), Angela Kang (Terriers) et quelques autres. Concernant Stephen King qui désire écrire un épisode, elle nous apprend que ça ne se fera pas lors de cette seconde saison.

Coté casting de nouveaux personnages feront leur apparition puisque lors de cette saison 2 il y aura la ferme d’Hershell, Scott Wilson interprétera ce dernier tandis que Lauren Cohan (Chuck, The Vampire Diaries) tiendra le rôle de Maggie Greene.

Ensuite concernant Michael Rooker (Merle) Il y a toujours des discussions quant à son retour, sachant que seuls les 5 derniers épisodes de la seconde saison n’ont pas encore été écrits mais ce qui est sûr c’est qu’il ne sera pas de retour en tant que gouverneur malgré certaines rumeurs.

Pour finir une exclusivité pour la saison à venir, Greg Nicoreto, qui s’occupe du magnifique maquillage des zombies, va réaliser un épisode !

Mais la vraie exclue c’est que Gale Anne Hurd est une grande fan de Football et avait un maillot du Paris Saint Germain lors de cette conférence ! Ah bon ce n’est pas important ? Bon…

Voilà pour le compte rendu de cette conférence intéressante et instructive. Conférence animée par : Alain Carrazé et Romain Nigita.

Voici pour finir quelques minutes de la conférence en vidéo


Conférence de Gale Anne Hurd, productrice de The… par FilmGeek-TV

Romain

Test du Blu-ray de la série The Walking Dead

Adaptée du comic book de Robert Kirkman, par Frank Darabont (La Ligne Verte, The Mist, Les Evadés) The Walking Dead est l’un des grands succès de cette année 2010-2011. Diffusée sur la chaîne câblée AMC la série a tout de suite rencontré un véritable succès et sa courte saison 1 (6 épisodes) ne sera pas l’unique de la série puisque une saison 2, de 13 épisodes, a vite été commandée .

The Walking Dead est un petit événement pour le petit écran puisque, mise à part la mini-série anglaise Dead Set, une série consacrée aux zombies n’avait jamais été faite. Epoque où les vampires et loup garous ont la côte, The Walking Dead sonne comme un vent frais et nouveau bienvenu.

The Walking Dead ça raconte quoi ?

Victime d’un coup de feu le policier Rick Grimes se réveille après un long coma dans un hôpital dévasté. Il va vite se rendre compte que le reste du monde l’est tout autant. Il va alors tout tenter pour retrouver sa famille et essayer de survire dans ce monde ravagé par une épidémie inconnue qui transforme les gens en zombies.

Si le premier épisode, réalisé par Frank Darabont, se veut un quasi «copier-coller» du comic book, la série va peu à peu prendre ses distances pour s’en affranchir à la fin de la saison, même si les lecteurs de la BD retrouveront des éléments déjà traités dans celle-ci (notamment le camp où sont les survivants et certains événements).

Même si la série est une série de zombies, ils sont, comme dans le comic book, secondaires et elle se concentre avant tout sur nos personnages essayant de survivre par tous les moyens, la psychologie de ces derniers est alors mise en avant.

Ce genre de récit fonctionne parfaitement dans le comic book mais rencontre quelques problèmes dans la série où une narration trop lente peut être un souci pour certains téléspectateurs, le scénario doit jongler entre ça et les scènes d’actions. C’est pour cela qu’on peut voir certains comportements incohérents de la part de quelques personnages durant ces 6 épisodes.

Test Bluray

Image

La série a été filmée avec une caméra 16 mm de ce fait l’image de ce bluray n’est pas parfaite mais est tout de même très bonne et notamment les détails du maquillage des Zombies. Si ils rendent bien à l’image sur le DVD, avec le Bluray c’est encore mieux. L’image apparaît granuleuse mais cette texture apporte un plus à l’ambiance générale de la série, une sorte d’atmosphère sale collant parfaitement avec l’univers de la série.

 

Son

On a le choix entre la version française ou la version anglaise en 5.1 que l’on peut sous titrer ou non (seulement en français). Rien à dire sur l’audio tant on se croirait en plein dedans avec des sons efficaces et semblant réels et je pense notamment aux grognements des zombies.

 

Bonus

Le Bluray est assez fourni et n’a pas de bonus exclusif à ce format. On y retrouve un making-off de 30 minutes assez basique où sont expliqués chaque étapes de production de la série, avec des interventions de Frank Darabont, Robert Kirkman, Gale Anne Hurd ainsi que les acteurs.

Un document d’une trentaine de minutes qui se focalise sur chaque épisode (5 minutes par épisodes). Il y a également des petits bonus de quelques minutes où de différents membres de la production comme l’acteur Andrew Lincoln, Steven Yeun, Robert Kirkman, les producteurs répondant à des questions lors du Comic Con 2010, etc.

 

Bilan

La série est, dans l’ensemble, réussie malgré quelques détails imparfaits et un final décevant. Le Blu-ray, si il n’est pas surprenant, est assez abouti. Il propose une belle image, un son efficace et des bonus classiques mais plutôt nombreux. Si vous possédez un lecteur blu-ray et voulez (re)-découvrir la série je vous recommande chaudement cette édition.

 

Romain

 

Frank Darabont sur l’adaptation de The Walking Dead

The Walking Dead est une graphic novel signée Robert Kirkman et raconte l’histoire d’un groupes de survivants, menée par un policier. Ha oui, les survivants sont menacés par des zombies.

thewalkingdead

Dit comme ça, ça a l’air plutôt bien classique et peu intéressant. Mais voilà, c’est Darabont derrière la caméra, le réal. de La Ligne Verte ou récemment du tout aussi excellent The Mist.

The Walking Dead est une GN mensuelle en noir et blanc, lancée en 2003 par Image Comics, à qui l’on doit Spawn, Witchblade ou encore Les Tortues Ninja (TMNT). L’un des moments forts de la série semble l’attaque d’une prison où sont réfugiés quelques survivants. Au lieu de centrer l’histoire sur le gore et les attaques de morts-vivants, l’histoire semble d’avantage portée sur les relations humaines (sans doute ce qui a séduit Darabont).

Une petite planche pour illustrer tout ça ?

thewalkingdead2

Sortie when it’s done, mais probablement pas avant 2011.

Source : Comingsoon.net

Script d’Indiana Jones and the City of the Gods par Frank Darabont

indy4

Cela fait quelques jours que j’hésite à publier ce scénario d’Indiana Jones 4 écrit par Frank Darabont et intitulé Indiana Jones and the City of the Gods. Mais après la sortie du film et les réactions des fans désappointés et surtout déçus pour la plupart, je pense qu’il est nécessaire d’avoir plus d’informations sur la genèse de ce triste plantage.

Le projet d’un Indy 4 était dans les cartons depuis des années et le chemin fut long avant d’arriver à la version finale. Le script présenté ici en est une des étapes, il avait enthousiasmé Steven Spielberg mais ce ne fut pas le cas pour George Lucas qui lui préféra la version de David Koepp et la vraie suite d’X-Files la suite nous la connaissons tous : Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal.

Ce script de 120 pages est certainement authentique, son titre circula un temps sur le net et surtout plusieurs éléments se retrouve dans la version que nous avons découvert avec effroi en salle. Il n’est pas particulièrement meilleur que celui de Koepp mais diffère par quatre grands points :

  • Pas de Mutt Williams.
  • Pas de Mac.
  • Plus de Marion (plus forte, plus drôle).
  • Une fin et un climax différent qu’Indy ne se contente pas de regarder comme un spectateur.

Personnellement, je préfère cette version, maintenant, à vous de vous faire une idée : Continuer la lecture de « Script d’Indiana Jones and the City of the Gods par Frank Darabont »