Cinéday Orange


Hier soir a eu lieu le lancement du nouveau « service » Orange, sobrement intitulé Cinéday.

Et pour Orange, le Cinéday c’est le mardi ainsi,  à partir du 4 mai, tous les mardis, un abonné Orange (internet ou mobile) aura le droit pour une place achetée à une place offerte pour le même film à la même séance.

Mais où est le piège me direz-vous ? En fait il n’y en a pas, car même les possesseurs de cartes illimitées pourront bénéficier de cette offre à la seule condition bien-sûr d’être abonné Orange. Pas d’obligation de plein tarifs donc. Il suffit de récupérer un code promo, gratuitement chaque semaine, sur le net, par l’appli Cinéday iPhone ou Android ou par SMS sans surcoût.

Un deal a été signé avec les principaux réseaux et des indépendants. L’objectif pour 2011 étant fixé à 500 000 places offertes. A titre de comparaison, Orange Wednesdays, une offre similaire lancée en Grande-Bretagne en 2004, distribue maintenant 4,5 millions de places par an, mais le mercredi donc. La France n’est en fait que le 10ième pays à lancer cette opé, étonnant quand on connaît la place particulière du ciné en France et l’implication d’Orange et surtout Studio37.

L’espoir du côté de la FNCF (Fédération Nationale de Cinéma Français) est de booster un peu la fréquentation de ce jour traditionnellement creux, pour Orange, c’est surtout une histoire d’image de marque et de fidélisation du client. Le coût de l’opé est bien-sûr secret, mais on se doute que le groupe a du mettre les moyens qu’il faut pour s’assurer une adhésion de la profession.

En tout cas, voilà un bon plan ciné pour les abonnés Orange, cinéphiles ou non, à partager.

RDV à partir du 4 mai sur http://cineday.orange.fr/ pour les petits détails techniques.

Les meilleures applications cinéma pour iPhone

appli ciné iphone

Vous êtes en plein Paris, vous avez envie d’aller au ciné pour profiter de la Rentrée du Cinéma (4€ la place du Dimanche 13 au mercredi 16 septembre) mais pas moyen de savoir quoi voir ni où aller, heureusement vous avez votre iPhone et nous avons choisi pour vous les meilleures appli cinéma pour votre iPhone !

  • Vous cherchez un ciné à côté de votre position mais vous ne connaissez pas la région ? L’appli iphone de Première vous proposera les trois cinés les plus proches de vous grâce au GPS, ainsi que leur programme et le chemin pour vous y rendre si un film vous intéresse : simple, efficace et gratuit.
  • Vous avez choisi le ciné, mais pas le film, l’appli de Rotten Tomatoes qui regroupe les critiques de films, pourra certainement vous aider à faire votre choix.
  • Si c’est le ciné est un UGC, UGC Résa vous permettra comme son nom l’indique de réserver votre place en route. Ce n’est pas une appli officielle mais elle permet de consulter les prochaines séances dans une salle UGC et de réserver sa place, idéal pour les abonnés plus pressés. Pendant ce temps, Gaumont propose officiellement un site mobile permettant d’accèder à leurs infos ciné et DVD.
  • Forcèment maintenant vous êtes en avance et attendez devant ou dans la salle, pourquoi ne pas patienter en regardant les dernière news ciné dispo sur l’excellente appli de nos amis de chez Cloneweb ? Leur appli est dispo gratuitement sur l’appstore et reprend les dernières infos de leur blog.
  • Le film commence, mais plongé dans les news vous avez oublié d’aller aux toillettes, heureusement RunPee est là.  C’est certainement l’appli la plus insolite du lot mais pas la moins pratique puisqu’elle vous indique le moment où vous pourrez soulager votre envie pressante pendant le film sans avoir à rater une scène cruciale.
  • Dans le même genre, une fois le film fini, Skip or Stay vous indiquera si cela vaut vraiment la peine de rester jusqu’à la fin du générique ou si vous pouvez manquer de respect à toute l’équipe du film en leur tournant le dos pour rejoindre le monde de dehors.
  • Enfin, ça vous a tellement plu que vous voulez tout savoir sur le film : Allociné propose une version iphone, Cinéfriends et IMDB aussi (ou une alternative non officielle mais pas mal non plus), ce ne sont pas vraiment des appli, mais c’est complètement incontournable.
  • Pour les plus organisés, iCiné met à jour tous les mercredis matin les sorties ciné et vos salles préférées qui, grâce à son mode offline, resteront consultables même sans connexion. Pas mal pour planifier une séance dans la semaine.
  • Et si rien ne vous plaît au ciné, jamais avare de bons films, la chaîne Arte propose avec son appli le programme des 6 prochains jours, idéal pour ne pas rater un classique.

Si vous avez d’autres suggestions, n’hésitez surtout pas à nous les soumettre dans les commentaires !

Raoul au Festival de Cannes 2008

Raoul a cannes

Grâce à Pixiel, Giiks et Bouygues Telecom, FilmGeek est présent cette année au 61ième Festival de Cannes en la personne de Stephen aka Raoul, notre envoyé très spécial qui nous transmet jour après jour ses impressions en direct de la Croisette.

Suite à quelques retards dont je suis seul responsable, je n’ai pas pu mettre en ligne ces premiers rapports mais je vais tenter de me rattraper cette semaine !

Voici donc ses premiers échos cannois :

Jour 1 – Vendredi 16 Mai

  • 00h – Arrivée à Cannes après 9h de train (argh…), je pose mes affaires à l’appart et je file m’en jeter 1 ou 2 au Petit Maj (le bar off du festival).

Vendredi je démarre donc tranquille, le temps de récupérer mes accréditations et quelques affaires que j’ai oublié de prendre dans mes valises.

  • 11h – Soi Cowboy de Thomas Clay – Un Certain Regard

Deuxième film de Clay après son provocant The Great Ecstasy of Carmichael, cette fois-ci l’histoire se déroule en Thaïlande. On suit un Européen obèse accompagné d’une jeune thaï enceinte. Le film est tourné en noir et blanc avant de passer en couleurs au bout d’une heure vingt. Composé de longs plans séquences, le film est assez beau mais trop long à mon goût. Du coup l’intérêt du film se dilue à mesure que le film avance. Et je trouve la fin un peu facile justement.

  • 14h – Waltz with Bashir d’Ari Folman – Compétition Officielle

Retour sur la guerre du Liban et plus précisément sur le massacre de Sabra et Chatila. C’est un documentaire sous forme de film d’animation (une première !). Les entrevues du réalisateurs avec ses anciens camarades de l’armée israélienne ont donc été transposés en dessin. Le résultat est tout à fait réussi, tant au niveau de la qualité d’animation que du sujet traité. Un film fort, assez bouleversant.

  • 17h – Tokyo ! de Michel Gondry, Leos Carax et Bong Joon-Ho – Un Certain Regard

Un film composé de 3 courts donc, avec un esprit décalé et qui nous fait découvrir le Japon comme nous ne l’avons jamais vu. Une vrai bouffée d’air frais malgré des univers assez déstabilisant.

Après 3 séances, une petite pause s’impose… je me rends donc au cocktail Gaumont où et présent une partie de l’équipe du film JCVD. Le réalisateur est là accompagné de trois acteurs dont bien-sûr le seul et unique Jean-Claude Van Damme. J’enchaîne avec un apéro sur le bateau d’un autre distributeur Carlotta, avant d’aller voire le seul film qu’ils présentent à Cannes cette année.

  • 22h15 – Savage Eyes de Ben Maddow, Sidney Meyers et Joseph Strick – Cannes Classics

C’est un docu-fiction des années 50 qui se passe aux USA. Une femme arrive à L.A., elle vient tout juste de divorcer, une voix s’adresse alors à elle qui n’est autre que sa conscience. Tous les dialogues du film sont dit en voix-off. C’est une critique acerbe de la société de l’époque (apparence, religion…). Une rareté à découvrir.
Le film est suivi d’un programme de complément, Vétérans du massacre de My Lai. Cinq interviews avec des soldats qui ont participé à ce triste fait de guerre, où femmes, enfants et vieillards ont été abattus froidements… rien à envier aux nazis… Effarant.

La suite demain

A suivre…

Raoul from the Croisette

UGC / MK2 contre l’extension du Meliès : la suite

Once Upon a Time in the West

Dans le numéro de novembre de son mensuel TROISCOULEURS, MK2 s’explique sur les raisons de son recours et publie un communiqué du réseau de salles ISF : Indépendants Solidaires et Fédérés.

Depuis le 13 juillet et le recours d’MK2 contre le projet d’extension du Méliès, cinéma municipal de Montreuil, la tension monte entre les différents acteurs du marché et nous, spectateurs, nous interrogeons sur les intérêts de chacun dans cette affaire : Qui sont les vraies victimes ? Les grands méchants ? Qui en profitera et surtout qui paiera la facture à la fin ?

Afin de répondre aux différentes attaques et erreurs publiées à leur encontre, MK2 détaille son action en choisissant donc de s’adresser directement à ses spectateurs.

Mais la demie-surprise vient bien de la lettre qui accompagne cet article : ce n’est pas une missive du nouvel allié UGC, mais bien de l’ISF qui donne son point du vue sur cette situation délicate.

Voilà, en attendant les décisions officielles, je vais vous donner les liens vers ces deux textes ainsi que vers les autres protagonistes afin que vous vous fassiez votre propre opinion car pour ma part j’avoue être un peu perdu dans ce qui ressemble de plus en plus à un mauvais western (contrairement à l’affiche illustrant ce billet ^^).

Voulez-vous en savoir plus ?
L’article d’MK2
Le communiqué de l’ISF
Le amis du Méliès
Je n’ai pas trouvé de communiqué d’UGC, qui devrait aussi jouer la transparence d’ailleurs.
Précédent article : Après UGC MK2 attaque le projet d’extension du cinéma Le Méliès de Montreuil

Après UGC MK2 attaque le projet d’extension du cinéma Le Méliès de Montreuil

Je ne vais pas reformuler cette news car l’original résume bien la situation, par contre je tenterai de donner mon point de vue dans la suite.

PARIS, 8 oct 2007 (AFP) – 08/10/2007 15h17 – Le groupe de cinéma MK2 (production, distribution de films, exploitation, édition) a lancé un recours juridique contre le projet d’extension du cinéma municipal Le Méliès à Montreuil (Seine-Saint-Denis), déjà contesté auprès du tribunal administratif par UGC, a-t-il annoncé lundi.

« Nous avons déposé un recours séparé de celui d’UGC, auprès du même tribunal, le 13 juillet », a affirmé à l’AFP Marin Karmitz, Pdg de MK2, qui n’a pas souhaité détailler les arguments juridiques déployés.

« En passant de trois à six salles et de 495 à 1.200 fauteuils, Le Méliès, une salle subventionnée par les contribuables, sans aucune contrainte de rentabilité, va se retrouver en concurrence directe avec le MK2 Nation et le Gambetta, des établissements privés aux frais de fonctionnement élevés, aux nombreux salariés », a-t-il expliqué.

En juin le groupe UGC avait déjà attaqué devant le tribunal administratif, l’avis délivré en mars par la Commission départementale d’équipement cinématographique (CDEC) en faveur du projet d’extension du Méliès.

Selon UGC, « l’utilisation de fonds publics pour pratiquer » dans cette salle agrandie, « des tarifs subventionnés » constitue « un abus de position dominante et une violation des règles de la concurrence », selon la requête adressée au tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise).

De son côté la municipalité de Montreuil s’est insurgée lundi dans un communiqué, contre ce nouveau recours juridique contre son projet.

« MK2 s’était déjà rallié à UGC cet été pour faire carte illimitée commune », dit-elle, ajoutant: « A eux deux, les mastodontes du cinéma trustent à présent 44% des écrans parisiens et plus de 55% des entrées ».

« Cela ne semble pas combler leur appétit de domination puisqu’ils se retournent à présent contre les cinémas municipaux et salles art et essai », conclut la municipalité, selon laquelle cette « alliance UGC-MK2 » a pour but de « faire pression sur le législateur pour qu’il libéralise entièrement le secteur de l’exploitation ».

Cet affrontement entre grands circuits et salles art et essai, a pimenté les débats du 62e congrès de la Fédération nationale des cinémas français la semaine dernière à Deauville (Calvados).

La directrice du Centre national de la cinématographie (CNC) Véronique Cayla a tenté d’apaiser les tensions en affirmant pendant le congrès que les « salles publiques ou para-publiques ont toute leur place et toute leur légitimité ».

Celle-ci repose sur la « différence que proposent les salles publiques par rapport à une exploitation purement commerciale » a-t-elle dit, minimisant le problème: « si près de 20% des exploitants relèvent du droit public, ils captent moins de 2% des recettes de l’ensemble de l’exploitation ».

Du côté de la FNCF, la prudence est de mise sur un sujet épineux qui divise les quelque 1.500 adhérents de l’organisation.

« Ce n’est pas parce qu’un établissement fait beaucoup d’entrées qu’il a une grosse rentabilité », dit à l’AFP Jean-Marc Ageorges, secrétaire général de la FNCF, soulignant que depuis leur apparition en 1993, les multiplexes ont réalisé de coûteux investissements pour améliorer le confort du spectateur et accroître la fréquentation des films français.

« Nous sommes dans un secteur où les marges d’entreprise sont extrêmement réduites et un recul de la fréquentation de 10% peut faire basculer l’exploitant dans le déficit », dit-il.

Source AFP

Continuer la lecture de « Après UGC MK2 attaque le projet d’extension du cinéma Le Méliès de Montreuil »

La Guerre des Cartes – Episode 3 : La bataille des prix

UGC-illimite-versus-le-pass

Après les derniers épisodes mouvementés (Épisodes 1 et 2 ), en particulier l’alliance UGC-MK2, la carte Le Pass d’Europalaces perdrai 5000 abonnés par semaine en région parisienne, ce qui forcément contrarie le leader français !

Face à ce constat, la contre-attaque de Gaumont-Pathé ne devrait donc certainement pas tarder. Ainsi, le prix de l’abonnement à la carte Le Pass devrait logiquement baisser d’ici Noël, mais aussi et surtout, contre toute attente, le prix des places à l’unité, ce qui jetterai un véritable pavé dans la mare et relancerai de plus belle la Guerre des Cartes.

Rappelons qu’avant le changement de camp de Marin Karmitz, la Carte UGC Illimité coûtait 18€/mois et la carte Le Pass 19,80€, cette différence de prix pouvant être justifiée par le fait que la carte d’Europalaces offrait un plus grand nombre d’écran. Maintenant que cette situation a changé en région parisienne, le prix de la carte d’UGC à logiquement augmenté, passant lui aussi à 19,80€/mois tandis que Le Pass reste lui au même prix avec des écrans en moins sur Paris.

Le calcul est donc vite fait pour les abonnés Parisiens et la baisse de prix de la carte Le Pass devrait réduire l’hémorragie.

Par contre, alors que la baisse des mensualités ne touchera pas directement les distributeurs et les producteurs, celle du prix des places à l’unité risque de soulever un énorme problème pour le reste de la filière cinématographique même si Europalaces à encore de la marge avec un prix moyen des places à 6,09€ contre 6,30€ pour UGC et 4,30€ pour les salles subventionnées.

Je sens que l’on n’a pas fini d’en reparler !

Via Le Figaro et Paint.

HS : Petit lien pour le Total Recall : 1981-06-19

La suite du débat sur les cartes UGC illimité et Le Pass.

Après l’article du Figaro , Alain de Cinétribulations nous révèlent les vrais chiffres liés à la carte UGC illimité ainsi que les enjeux de ses statistiques pour les petites salles parisiennes, Ecrans se penche lui sur la controverse en insistant sur les conséquences au niveau de la production des petits films.

Entre le discours rassurant tant du côté d’UGC, d’MK2 que d’Europalaces et la réalité chiffrée, il y a une marge ainsi que beaucoup de points obscurs : rétribution forfaitaire des cinémas affiliés (114 salles en 2007), augmentation du prix des cartes mais stagnation de la rémunération des ayants droit, influence réelle sur la fermeture de certains cinémas Art et Essai, statistiques de fréquentation par porteur, etc.

Malgré l’optimisme de Marin Karmitz et l’accord du CNC, ce dernier ne s’est engagé que sur 20 mois et procédera à une étude globale du marché car avec 200.000 cartes UGC illimité en circulation et 25% des entrées (pour les deux réseaux), les porteurs de cartes représentent maintenant un poids énorme sur l’économie cinématographique française.

Et vous, les cartes ont-elles modifiées votre comportement de cinéphile depuis leur lancement en 2000 ? Pensez-vous que la production des petits soient en danger ainsi que les petits cinémas ? Sont-ils condamnés à adhérer ? Bref, que de questions auxquelles vous pouvez répondre dans les commentaires ! 🙂

Carte UGC Illimité + MK2

Carte UGC illimité

C’est donc à partir d’aujourd’hui, 5 septembre 2007, que les heureux possesseurs de la Carte Illimité UGC pourront squatter les cinémas MK2, réputés pour leur programmation de qualité et leur confort.

Le prix à payer passe à 19,80€ par mois, ce qui reste honnête en sachant que l’on accède maintenant à plus de 540 salles en France et 700 en Europe pour plus de 600 films par an.

Et c’est sans parler de la carte UGC Illimité 2 (l’abonné plus un invité, à volonté pour 35€/mois), de l’ouverture de la carte illi à l’Europe (Belgique,Espagne et Italie pour 216 salles au total) et surtout des conséquences chez Gaumont et sa carte Le Pass qui, elle, se nationalise et permet d’invité un non-abonné pour 5,50€ jusqu’à fin 2007 en attendant une meilleure offre car maintenant, faut reconnaître, ça fait un peu léger.

Bref, ça va être l’orgie de ciné pendant la guerre des tranchées UGC-Gaumont, la concurrence profitant à tous, surtout aux spectateurs parisiens qui bénéficieront d’un réseau UGC-MK2 exceptionnellement dense.

C’est Marie Duval et Laura Devigne qui vont être contentes !