Festival International du Film de Gent – Episode 1

Salut à tous !

Je suis actuellement à Gent (aka Gand ou Ghent) pour le Festival International du Film. On en avait déjà parlé sur FilmGeek, le festival de Gent est un festival qui, en sus d’une classique compétition filmique, est également centré sur la musique de film avec une série de concerts et un entretien de plus de 3 heures avec Mr Umebayasi, compositeur, entre autres, d’In the Mood for Love. Cette année, le cinéma asiatique est mis à l’honneur.
Le festival a commencé le 6, mais il était impossible pour moi d’arriver avant hier soir. Après un voyage cumulant les retards (merci l’inefficacité indolente du personnel de KLM à Schipol), j’ai posé mes valises dans le centre de Gand.
Cette arrivée tardive va m’empêcher de voir la majorité des films en compétition, mais permettra néanmoins de découvrir de belles choses. Le festival est bien organisé et fonctionnel, gageons qu’il gagnera ses galons de festival européen plus connu des cinéphiles et mélomanes !

Aujourd’hui, donc, J1 pour ma présence à Gent. J’en profite pour remercier mes autres partenaires UniverCiné et Armand LeHess Autofunding Corp. (NDF : un peu plus est ça faisait ALACON) 😉

accred-800

Début tranquille avec un des films que je voulais vraiment voir : le nouveau documentaire d’Oliver Stone.
Intitulé South of the Boarder, le film du réalisateur américain veut mettre en lumière les profondes mutations socio-politiques qui ont réuni les principaux pays d’amérique du Sud dans une démarche démocratique, socialiste et dans une volonté de refus de l’hégémonie du Fond Monétaire International (FMI) et des Etats Unis.

Au cours de l’introduction de son exposé, Stone rappelle le matraquage médiatique anti-Chavez (principalement) sous l’administration Bush, dans des termes extrêmistes dont nous n’avons pas tellement eu vent en France.
L’heure trente qui suit est utilisée par Stone pour présenter ses entretiens avec Chavez le Vénézuélien, mais également les dirigeants du Brésil, de l’Argentine, de la Bolivie ou encore de Cuba. Stone a l’intelligence d’aller voir les « nouveaux » dirigeants qui veulent une Amérique du Sud unifiée et autonome, qui sont tous issus de minorités sociales ou ethniques.

Pour avoir passé quelque mois au Vénézuéla entre 2004 et 2007, j’ai apprécié la peinture plutôt juste donnée par le métrage de Stone. Au contraire d’un Moore qui provoque, Stone nous propose une vision qui semble être objective, même s’il abuse parfois d’effets de style ou d’artefacts musicaux telles que l’utilisation du thème de Medal of Honor (oui la BO du jeu vidéo composée par Giacchino) pour donner un ton patriotique à une scène du film. Tout n’est bien évidemment pas aussi rose que le ton optimiste du film pourrait nous le faire croire, mais Stone est clair dans son approche: il ne discute pas des conditions de vie du peuple, mais uniquement des changement d’approche politique et pourquoi ces pays sont déclarés comme des dictatures par les Etats Unis.
J’essaierai de faire un écrit plus complet quand j’aurai digéré les propos et réuni des arguments solides pour soutenir et/ou réfuter les propos de Stone.
Je vous conseille néanmoins ardemment la vision de ce documentaire car l’Amérique du Sud unifiée et stable sera un interlocuteur des plus importants dans les années à venir et pas uniquement de par les ressources naturelles (enjeu d’un contrôle Américain of course) phénoménales dont ces pays disposent.
Le Brésil, grâce à son pétrole et à titre d’exemple, a effacé sa dette au FMI et dispose de suffisamment d’argent pour racheter les dettes de l’Etat Français (tout comme la Norvège d’ailleurs)…

Après ce moment plutôt intellectuel, j’ai visité l’exposition « Anime ! Hi Art-Pop Culture » (cliquer pour lire le dossier de presse).

Totoro-800

Cette exposition, qui ne s’est pas beaucoup montrée, retrace les grandes évolutions de l’histoire de l’animation japonaise, les grands hommes et grand studios tout en présentant rapidement les grands genres d’animes. Cette exposition est issue d’une collection personnelle d’une grande richesse avec moults croquis de maîtres. On regrettera que la présentation ne sorte pas du cadre des supports disponibles pour être exhaustif: si l’on y parle de Studio Ghibli (avec Takahata et Myiazaki), on ne parle pas de Studio IG. Akira est montré, mais nulle trace de Ghost in the Shell qui me semble pourtant un incontournable. Je ne suis ni un grand fan ni un grand connaisseur d’anime ou des très nombreuses séries issues des studios japonais, mais j’ai néanmoins apprécié la visite de cette exposition qui rentre dans le cadre thématique du festival et qui se visite gratuitement.

Demain s’annonce plus chargée avec 5 films dans la journée, dont une bonne partie est déjà passée en avant première en France. Ca ne m’empêchera pas d’en parler.
Allez, zou ! Une douche et les trappistes m’attendent !

Film Festival de Ghent, J-15

FilmFestivalGent2009

Le Festival International du Film de Ghent (ou Gand en Français) n’est pas le plus célèbre des festivals du monde, mais il a deux particularités. La première, c’est de se dérouler chez nos amis belges, la seconde c’est d’être l’un des seuls, voire le seul festival à être très centré sur les musiques de films (BO et/ou scores).

Cette année, FilmGeek couvrira quelques jours de l’événement. Je tenterai de faire un compte rendu journalier du festival. Ca se déroule du 06 au 17 octobre (dans un peu plus de deux semaines donc) et, si le programme des films ne comporte pas de gros film, une partie du gratin de la composition musicale mondiale sera présente. Lors du Salon du Cinéma de Paris 2008 (on y sera encore en janvier prochain), une partie des membres de FilmGeek/Pixiel avaient pu participer à un chouette moment en compagnie de Gabriel Yared (37,2 le Matin, Chambre 1408 entre autres). A Gent, c’est le Français Desplat qu’il sera possible de rencontrer, en sus d’autres artistes de renom. De nombreux concerts sont organisés et je suis impatient de voir Kevin Costner et son groupe folk-rock.

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site du fetival http://www.filmfestival.be/.

Cette année, le thème du festival est l’Asie et l’on retrouvera donc beaucoup d’animations directement issues de la prolixe production orientale. Les fans d’Anime iront visiter l’exposition Exhibition Anime! High Art – Pop Culture, qui sera visible les 09 et 10 octobre. J’irai y faire un tour le 10, arrivant à Gand le 09 (difficile de prendre plus de 12 jours de vacances et budget serré oblige). A noter que cette expo. a été montée seulement à Frankfort et Los Angeles. Un moment à ne pas rater, donc. Des classiques des studios Ghibli seront diffusés (l’occasion pour moi je voir Ponyo).