Blogs Cinéma : le Best Of de la semaine #9

Aujourd’hui dimanche, Filmgeek, dans le cadre d’une alliance avec 2 autres cinéblogueurs de renom (CinéFeed et Cinéblogywood), vous propose une sélection de leurs meilleurs articles de la semaine afin de vous faire découvrir la crème des blogs ciné.

Au menu de ce Best-of dominical, le chef vous propose une James Bond Girl Musulmane, le box-office et un top 10 :

Nouvelles News et Rumeurs en Vrac #10

Wolfman

  • Ci-dessus la première photo poilue du lycanthrope Benicio Del Toro dans Wolfman.
  • La chaîne Sci Fi vient de donner son feu vert pour la production de Caprica, le spin off prequel de Battlestar Galactica.
  • La Paramount courtise Sam Raimi pour relancer sa franchise Jack Ryan dès 2010 et on parle toujours de Ryan Gosling pour reprendre le personnage de Tom Clancy après Alec Baldwin, Harrison Ford et Ben Affleck.
  • Le 22ième James Bond, Quantum of Solace sortira le 31 octobre prochain en Grande-Bretagne au lieu du 7 novembre 2008.
  • Et enfin, après le décès récent de Gary Gygax, la Nation Geek est une nouvelle fois en deuil, c’est au tour d’Arthur C. Clarke de nous quitter. Il rejoint donc Stanley Kubrick au ciel, où il pourront refaire l’Evolution, Monde, l’Univers et tout le reste !

Mais bon, à ce rythme, je vais finir aussi par lancer un spin-off de FilmGeek intitulé NécroGeek :-/

L’intégralité du discours de Mathieu Amalric aux César 2008

César 2008

Récompensé lors de la 33ième Cérémonie des César, Mathieu Amalric n’a pas pu venir chercher sa compression du meilleur acteur 2008 pour cause de tournage de James Bond.

Il a donc confié à Antoine de Caunes la lourde tache de lire son discours de remerciement.

Ce que l’animateur de la soirée a fait avec talent, mais aussi avec censure a priori puisque d’après un mail de Mathieu Amalric envoyé aux Cahiers du Cinéma, la dernière partie de sa lettre a été oubliée.

Voici donc le discours dans son intégralité :

Message électronique de Mathieu Amalric :

De Panama je t’envoie le texte que j’avais envoyé au dernier moment aux Césars au cas où. Et comme le cas où est arrivé, il a été lu, paraît-il très bien, par De Caunes mais…. pas jusqu’au bout.

Je n’en reviens pas. Je ne savais pas que c’était si simple que ça, la censure.

Antoine, tu le lis avec hésitation et bafouillements

Oui bon ben… euh… alors là on frôle le n’importe quoi :

Lindon ; trois fois nommé, zéro compression
Darroussin ; deux fois… nada
Michel ; quatre fois comme acteur… résultat blanc

Et le pompon, Jean Pierre Marielle. Sept fois nommé !!! Et jamais la fève, même pas pour les Galettes.

Chapeau ! … De Panama, d’où je vous fait un vrai faux-Bon…D.

L’autre vilain de Lonsdale aussi il paraît.

Enfin, mouais, mais… non ce qui fait plaisir, c’est que le Scaphandre, c’est bien la preuve qu’un acteur n’existe qu’à travers, qu’en regard de ses partenaires. Parce que qui voit-on à l’image, qui fait prendre vie au Jean-Do de fiction ?

C’est Chesnais, c’est Ecoffey, Arestrup, Watkins. Ce sont Marie-José, Olatz, Consigny penchées vers lui, vers moi, vers vous, tendres, drôles et attentives. C’est Marina en Vierge Marie, c’est Emmanuelle Seigner qui joue pas la Sainte et qui du coup donne corps, chair et souffrance à Bauby. Ta fille aussi, Emma qui carrément provoque le miracle. Et c’était Jean-Pierre Cassel, doublement.

Le Papillon c’est la preuve que, quand il y a un réalisateur, les techniciens sont des roseaux pensants. Que tout se mélange, que sur un plateau tout est dans tout, qu’on peut être, (ce joli mot), une équipe PAS technique… parce que franchement qui c’est l’Acteur quand c’est Berto, le caméraman qui fait, qui EST le regard. C’est LUI qui, par les mouvements de sa caméra crée les mouvements de la pensée de Jean-Do.

Oui, quand il y a un réalisateur… Julian.

Je pense fort à une autre équipe. Celle, médicale, de l’Hôpital Maritime de Berck-sur-Mer où on a tourné et où Bauby a passé un an et demi. Le vrai et le faux, la réalité et la fiction… on ne savait plus. D’ailleurs c’est drôle, je me souviens. Le décor de la chambre, pour avoir plus d’espace, était reconstituée dans une grande salle au rez de chaussée de l’Hôpital, la salle des fêtes. Avec au dessus de la porte, une enseigne en grosses lettres rouges : CINEMA.

Ça ne s’invente pas.

ET LÀ DE CAUNES S’ARRÊTE

Mais la salle de cinéma. Oui, la SALLE de cinéma, elle, doit pouvoir continuer à s’inventer.

« A lire à la lumière. Et à diriger sur notre nuit » Notre musique.

Insupportable « trompe l’œil » des multiplexes. Les chiffres comme seule ligne d’horizon. Aveuglement, brouillage, gavage, lavage. Et quelle solitude. Vous avez déjà parlé à quelqu’un dans un multiplexe ? Pas moi. D’ailleurs c’est impossible, ce qui compte c’est le flux. « Circulez s’il vous plaît, y’a rien à voir » . Au suivant ! bande de Brel.

Alors que le travail souterrain, patient, divers, dédié au public, aux écoles, aux rencontres que font et on envie de faire tellement d’exploitants de salle se voit de plus en plus nié aujourd’hui.

La Question humaine n’aurait par exemple jamais fait autant d’entrées sans le travail de curiosité des exploitants de province et de l’ACRIF.

Ce tissu de salles, que le monde entier nous envie, est notre cœur, nos poumons.

Sinon…

Sinon on va tous finir devant nos « home cinéma » à se tripoter la nouille…

Bons baisers de Panama…

Mathieu

Nouvelles News en Vrac #1

wolverine origins

  • Ci-dessus, la première (vraie) image de X-men Origins : Wolverine
  • Star Trek XI a été repoussé par la Paramount au 8 mai 2009 au lieu du 25 décembre 2008 initialement prévu.
  • La Fox poursuit la Warner Bros. pour le film Watchmen. Via
  • D’après Shia LaBeouf, les pre-vizes de Transformers 2 sont « just massive » Via
  • Last but not least, la dernière rumeur qui tue : Al Pacino, à la tête du SPECTRE dans James Bond : Quantum of Solace

Le premier teaser poster de James Bond : Quantum of Solace

Il vient de tomber, voici le premier teaser poster du prochain James Bond : Quantum Of Solace et dont on attend toujours la traduction française du titre avec appréhension.

James Bond : Quantum of solace poster

Sans l’ombre d’un doute, le commander Bond a troqué son Walter PPK contre un truc un peu plus costaud.

PS : En parlant de titres de film, il ne reste plus que deux titres disponibles dans la bibliographie de Ian Fleming pour les deux prochains films de 007 : Risico et The Hildebrand Rarity, qui sont des titres de nouvelles tirées du même recueil que Quantum of Solace.

James Bond 22 : Quantum of Solace

quantum of solace

Le prochain James Bond vient enfin de trouver son titre : Quantum of Solace.

Ce titre provient d’une des nouvelles de Ian Fleming en 1960, extraite du recueil intitulé For your eyes only.

Après l’excellent Casino Royale et l’annonce de son casting 4 étoiles, ce 22ième Bond me fait très très envie :

  • Daniel Craig toujours en commander
  • Olga Kurylenko – Camille
  • Mathieu Amalric – Maurice Green
  • Gemma Arterton – Agent Fields
  • Judi Dench – M
  • Jeffrey Wright – Felix Leiter
  • Giancarlo Giannini – René Mathis
  • Jesper Christensen – Mr. White
  • Mark Forster à la réalisation
  • et enfin Paul Haggis, Neal Purvis et Robert Wade au scénario

Tout ça risque encore frapper fort mais reste à voir le titre en français qui risque d’être catastrophique car Quantum de Soulagement, ce n’est pas l’idéal.

Harry Potter écrase James Bond et Darth Vader

harry-potter-james-bond-darth-vader

Il y a 15 jours, Warner Bros a révélé ses recettes cumulées pour la saga Harry Potter qui atteignent les 3,22 milliards d’euros (série en cours !) battant de ce fait le précédent détenteur du record : James Bond.

Avec 22 films à son actif, James a rapporté quant à lui 3,20 milliards d’euros, tandis que Darth Vader est aussi arrivé à dépasser la barre des 3 milliards mais reste à la troisième position avec 3,02 milliards d’euros de recettes en 6 épisodes.

Ces chiffres ne tiennent pas compte ni du merchandising, ni des ventes de DVD ou autres, seulement des entrées en salles.

Si on pousse un peu plus loin, on remarquera que c’est le premier opus des aventures du sorcier qui a le plus rapporté avec 703 millions d’euros pour Harry Potter et l’école des sorciers, mais qu’il reste loin derrière les 1,33 milliards d’euros du plus gros succès de tous les temps : Titanic.

Par contre, on peut s’attendre à ce que les 2 prochains numéros de la série cartonnent aussi au Box-Office. Avec en moyenne 640 millions d’euros par films, Harry peut prétendre rapporter un total de 4,48 milliards en fin de course après la sortie du septième et dernier film : Harry Potter et les reliques de la mort.

Il faudrait donc encore quelques films au Commander et à l’Empereur pour reprendre la première place, mais combien exactement ? Bien-sûr on ne peut plus trop se fier à la moyenne par film car les temps ont changé depuis Goldfinger en 1964 ou même Star Wars Episode 4 : Un Nouvel Espoir qui était sorti sur 43 écrans en 1977 contre 4300 écrans pour le dernier Harry en date ! Prenons donc la moyenne des 3 derniers épisodes de chaque saga : 305,6 millions de $ pour Q et M contre 807,9 million de $ pour Yoda. Soit selon la bourse du jour (1$ pour 0.707€), respectivement 216 et 571,2 millions d’euros.

Il faudrait donc encore 6 James Bond et 2,5 Jedis pour égaler le total du sorcier : la baguette l’emporte donc largement sur le Walter PPK et le sabre laser. CQFD