[Analyse] Licences Américaines Billionnaires.

Salut,

Ca faisait un bail.


Le cinéma, c’est de l’art et du business. Enfin dans l’autre sens. Ou pas.

Pour comprendre le succès d’un film, notamment aux USA, on pense à comparer son budget et ses recettes. Quand on n’est pas dans le biz, c’est difficile d’apprécier ce succès quand on ne connaît pas la somme mise en jeu dans le marketing.
C’est encore plus difficile quand certains comparent un film sortant en 2012 et un film sorti 15 ans avant. Pour vraiment comprendre une carrière de film sur le territoire US, il faut prendre en compte l’inflation. In fine, on se retrouve donc à comparer les choses vraiment comparable, à l’instar des sommes du nombre d’entrées sur le territoire français.

Dans cette « analyse », j’aimerais remettre en perspective les séries ou licences qui ont dépassé le billion (ou milliard) de dollars en recettes cumulées sur le territoire américain. Cela permet de comprendre parfois pourquoi les producteurs s’attachent ou s’acharnent à faire (re-)vivre certaines licences malgré des chiffres à priori décevants pour les derniers opus.

Les chiffres qui suivent sont issus de boxofficemojo (dont la mise à jour est un bonheur pour tout fan de dollars), en regardant les recettes cumulées, le nombre de films de la franchise (sans y ajouter les ressorties).
Ces chiffres sont virtuels, ils reflètent le nombre de places vendues pour chaque film, multiplié par le prix d’une place en 2011. Les sommes engrangées ne sont donc pas réelles mais le ratio budget/recettes est sans doute pertinent. Les plus curieux iront voir sur le site pré-cité; il comporte moultes comparaisons et autres informations budgétaires.
Si l’ensemble paraît évident, il y a tout de même quelques surprises, en tout cas je l’espère.

Continuer la lecture de « [Analyse] Licences Américaines Billionnaires. »

Séance de rattrapage: Hell Driver (Nick Cage)

Le cas de Nicolas Cage est intéressant. Après avoir passé ses jeunes années dans le cinéma indépendant et les pelloches de genres peu recommandables, il devint une superstar grâce à un deal de 5 films avec Jerry Bruckheimer au milieu des années 90. Le flair alors infaillible du producteur ambitieux réunit avec succès Michael Bay et Nick dans un des meilleurs films d’action post-Die Hard/l’Arme Fatale: The Rock. Le succès se poursuivit avec Les Ailes de l’Enfer et 60 Secondes Chrono. Parallèlement, il participera à la bonne entrée de John Woo dans le cinéma américain grâce à sa prestation exceptionnelle dans Volte/Face. Jusqu’au début des années 2000, Cage est donc bankable et un action-man inespéré. Il n’en oublie pas le cinéma de genre avec 8mm ou l’excellent Snake Eyes et joue même pour Scorcese. C’est à ce moment là que les choses se gâtent avec les plantages de Capitaine Corelli ou Windtalkers (auto-parodie involontaire de John Woo qui sera tout aussi ridicule que financièrement désastreuse). Cette crise de rentabilité est en partie contrebalancée par de belles performances dans un cinéma plus indépendant (chez Jonze ou Scott), où son jeu s’exprime à merveille.

C’est encore de Bruckheimer que viendra le salut avec Benjamin Gates, rôle d’aventurier qui lui va à merveille et qui marque son retour à la grosse rentabilité. Depuis 2004, Cage alterne les succès et les fours (le lamentable Next et le sous-estimé Bangkok Dangerous), tourne au moins 2 films par an et a une coupe de cheveux toujours discutable. Son goût pour le cinéma bis et la diminution de son cachet l’orientent cependant vers un côté qu’il avait peu développé: la série B sans prétention, parfois excellente (Kick Ass), parfois tenant plus du plaisir coupable.

Depuis le début d’année, Nico a été à l’affice de deux films à moyen budget, très moyen même: Le Dernier des Templiers et Hell Driver (on y arrive enfin). Pour le premier, 40 millions de dollars dans les caisses (dont 7 et quelques dans sa poche), une ambition au-delà des moyens, mais un réalisme dans la mise en scène, qui permet d’optimiser la thune en quelque sorte. Pas déplaisant, le film fantastique doit beaucoup à la présence impeccable du Sieur Cage, bien appuyé par un Ron Perlman toujours adéquat dans ce genre de cinéma. Après, avec 40 millions on ne fait pas de miracles et les VFX finaux sont ridicules.

Hell Driver (Drive Angry en VO) et pour sa part une sorte de vigilante mélangeant allègrement du Ghost Rider et du Death Proof. Réalisée Patrick Lussier (l’auteur du mauvais Meurtres à la Saint Valentin 3D et d’une tripotée de DTV minables), le film est assumé comme un série B tirant vers le Z, gore et pleine d’humour simplet. Lussier a la même approche qu’Aja dans son Piranha 3D: des effets visuels pour la plupart ratés contrebalancés par un scénario simplifié à l’extrême (beuf) et une série de scènes cultes. Point d’ambition artistique, point de prétention d’aucune sorte, Hell Driver se veut l’anti Ghost Rider par excellence: on s’y amuse. Avec une telle approche, le spectateur est donc disposé à tolérer une 3D qui devait déjà être dégueu en salles, mais qui se révèle vraiment affreuse en bluray 2D, à tolérer aussi tous les stéréotypes de mise en scène que l’on avait déjà subi dans le précédent métrage de Lussier ou dans Destination Finale 4 (objets variés en CGI foirés fonçant vers le spectateur). On ne peut qu’applaudir des acteurs un peu en roule libre mais dont le cabotinage sert le film à merveille. Cage et Fichtner sont parfaits, Amber Heard délivrant quand à elle une partition mémorable.

Echappé de l’enfer en bagnole, Cage veut récupérer sa petite-fille, tombée aux mains d’un taré sataniste. Amber l’aide contre sa volonté (du moins au début) alors que Fichtner le poursuit pour le ramener chez Satan (l’habite). Les bagnoles, si possible américaines cultes, sont partie prenante du film. Lussier n’est cependant pas Tarantino, son film n’a jamais l’essence de Death Proof. Néanmoins, certaines poursuites bien troussées et quelques plans couillus sauvent plutôt bien la mise. Autre acteur moins évident, l’Amérique profonde. Avec une galerie de personnages secondaires tout aussi abrutis que jouissifs, Hell Driver fait mouche avec presque autant d’efficacité que dans les films de Rob Zombie. Leur destin varié mais généralement funeste est un plaisir à découvrir.

 

Hell Driver est un film pour cinéphiles. Qu’on ne s’y trompe pas, le cinéphile concerné fait partie de cette minorité qui rit grassement devant The Devil’s Rejects, Halloween 2 (2009), Piranha 3D ou encore la duologie Hostel.
Toi, lecteur de Filmgeek qui aime les films assumés, qui aime le rock (la bande son est plutôt bien vue), les rednecks, les vieilles Charger SS, les coups de pioche dans la caboche, les scènes cultes (Nick s’activant au lit avec son cuir, ses lunettes de soleil, son cigare et sa bouteille de Jack), les référence au cinéma bis, tu devrais t’amuser.

Hell Driver n’est pas un grand film, ce n’est même pas un vrai bon film; mais il a pour lui un manque de sérieux, une pêche d’enfer et une interprétation de tout premier ordre.

Armand

Tuesday´s US Box Office Report S02E04

Eh oui, c’est les vacances, mais FilmGeek vous tient tout de même au courant de la vie du marché américain. Quelle conscience professionnelle !
Au menu de cette édition, l’entrée réussie d’Inception, le gros plantage de l’Apprenti Sorcier et les vies lucratives des 3: Toy Story 3 et Twilight 3.

box-office

Continuer la lecture de « Tuesday´s US Box Office Report S02E04 »

Tuesday’s US Box Office Report S02E03

Au menu du box office américain cette semaine: l’entrée canon de Toy Story 3, la belle performance du reboot de Karate Kid, la contre-performance de The A-Team et une floppée de plantages sévères.

box-office

Continuer la lecture de « Tuesday’s US Box Office Report S02E03 »

Tuesday’s US Box Office Report S02E02

Long time no see !
Avec un jour de retard (ou presque), voici mon petit compte rendu du box office américain, du week-end dernier et avec quelques observations sur les films actuellement à l’affiche.

Dans le Top 10, on retrouve une sortie d’il y a 10 jours, deux nouveautés et des films qui traînent depuis quelques semaines.

Numéro 1: Shrek 4. Moins performanf financièrement, le dernier volet des aventures de l’ogre vert ne déplace pas les foules dans les salles américaines. Si l’on corrige également du biais financier de la 3D, le constat s’alourdit. Rien de vraiment alarmant cependant, le film cumule déjà plus de 130 millions de dollars au pays de l’oncle Sam et devrait atteindre les 200 millions sans trop de problèmes, sans compter l’exploitation internationale qui devrait également rapporter plus de 200 millions. Le budget du film de 165 millions de dollars et une campagne marketting standard pour un blockbuster de 150 millions seront donc rentabilisés.

Continuer la lecture de « Tuesday’s US Box Office Report S02E02 »

La Grande Question FilmGeek: Sam Worthington

SamWorthingtonT4

Sans en avoir parlé au Rédac. chef (bouhou je suis vilain), je lance cette nouvelle rubrique sans tabour ni trompette. Il ne s’agit pas de musique (arf arf arf l’humour), mais plutôt de questions existentielles sur le cinéma. Ou pas.

C’est surtout l’occasion de micro-débattre avec vous chers lecteurs, sur un sujet/film/personne/ObiwanKenobi.

Pour ce premier billet qui, je l’espère déchaînera un flot de commentaires, concerne un homme, un vrai. Un Terminator. Il s’agit du petit Sam Worthington. Immanquable au cinéma cette année, le petit Sam n’est pas tout à fait un jeune premier: il a 33 ans et quelques films derrière-lui (dont le reptilien Rogue), mais pas de succès notable avant 2009.

La Grande Question FilmGeek est :

Sam Worthington deviendra-t-il une superstar ?

Continuer la lecture de « La Grande Question FilmGeek: Sam Worthington »