Critique du film Expendables 2 : unité spéciale

Après un premier épisode hyper-déceptif, car tout simplement pas à la hauteur de la promesse vendue, les Expendables reviennent, plus nombreux encore : welcome Jean-Claude Van Damme, Chuck Norris, Scott Adkins, Nan Yu et le petit nouveau Chris Hemsworth (exit Rourke et les décédés du précédent opus).
Stallone, lui, abandonne la réalisation pour laisser la place au tâcheron Simon West : c’est plutôt un bon choix, Sly se concentre ici à mettre en valeur ses coéquipiers entre 2 explosions.

Plus qu’une bromance explosive, Expendables 2 est un meta film, mise en abîme plus ou moins fine sur la carrière de ces action-heroes, prisonniers de leur image passée. Ainsi, chaque personnage à le droit à une ou deux scènes de gloire et de comédie, essentiellement basée sur une punchline culte tirée de leur filmo testostéronée et ne cache jamais le poids des années.

Ils en deviennent d’ailleurs presque touchants : Sly/Schwarzie/Bruce en tête se posent comme les parrains de l’action 80’s, passant le flambeau à Statham ou Hemsworth, dignes héritiers qui, eux aussi, ont moins de mal à massacrer des centaines de mercenaires et manipuler des tonnes de plutonium qu’à parler à une femme.

D’ailleurs, en parlant d’anciens et de méchants, mention d’honneur à JCVD qui assure dans le rôle de Vilain (oui, c’est son nom) : radical, froid, il incarne une menace à la hauteur de l’unité spéciale. Par contre pour ses acolytes, leur seul moyen de survivre un peu étant d’avoir une ligne de dialogue, ils ont une espérance de vie trop réduite pour pouvoir se faire un avis sur leurs performances.

Enfin, on regrettera l’abus d’effets numériques et de fusillades au détriment des bonnes vieilles cascades et des affrontements au corps à corps d’antan ici trop rares. C’est d’autant plus dommage car le propos du film est justement de prôner un certain esprit de l’action à l’ancienne.

Mais arrêtons de chipoter : on a enfin ici le Expendables attendu, drôle, WTF, bourrin, régressif, JOUISSIF et il serait dommage de bouder son plaisir coupable.

Le producteur évoque déjà l’idée d’un troisième opus avec Harrison Ford, Clint Eastwood, Nicolas Cage et Wesley Snipes (quand il sortira de prison)… Est-ce bien nécessaire maintenant, après un tel bouquet final ?
Non : ils ont montré qu’ils étaient tous encore vaillants et qu’ils méritaient de tourner la page et qu’on leur propose de nouvelles aventures.

PS : Je parie que vous n’avez même remarqué que nous n’avions pas mis de synopsis, pitch ou autres bribes de « scénario ».

The Expendables Body Count

expendables-ban

Est-ce que la somme des individualités d’un groupe est supérieure à sa valeur totale collective ?

Là se situe la véritable question de fond du nouveau film de Sylvester Stallone : The Expendables. Ce schéma tente d’y répondre en faisant le compte des cadavres laissés derrière chacune des individualités.

expendables body count

Via

Willis, Schwarzie et Sly ensemble à l’écran ?!

expendables-stallone-statham

Je viens de voir ça sur current.com et ça devrait faire plaisir à 100% de l’humanité. C’est un rêve d’ado que de voir John McLane, Terminator et Rambo ensemble à l’écran et c’est ce bon vieux Sly qui concocterait cette scène à caméos pour son très attendu The Expandables. Willis attend un coup de fil de Sly pour avoir des détails.

Le film, qui doit sortir en avril prochain aux States, réunit un casting d’action-stars et de gueules inculant Dolf Lundgren, Jet Li, Jason Statham ou encore Mickey Rourke. Un casting  fully packed with testosterone.

The Expandables est définitivement le film que j’attends le plus en 2010 (edit ;).

Un peu de footage :

La Sélec du mercredi – Semaine 39

la selec du mercredi

En ce mercredi 24 septembre 2008, anniversaire de Caro, sortent 10 films, soit toujours beaucoup et en attendant l’arrivée de Raoul à ce poste (dont on évalue en ce moment les émoluments à base de pintes) voici donc La de Filmgeek selon les règles afin de vous aider à faire votre choix.

Exceptionnellement, cette semaine, on ne vous recommandera qu’un film (même si Raoul donnera certainement sa sélec perso dans les commentaires) :

  • Entre les murs
    De Laurent Cantet et avec François Bégaudeau, Nassim Amrabt

Parce que c’est notre Palme d’Or, que le film a l’air d’être excellent, parce que le sujet nous concerne tous, parce qu’il est en prise avec la réalité et que quand on aborde le sujet de l’éducation, c’est rarement le cas et enfin parce qu’il nous représentera pour les Oscars et qu’il faut le porter jusqu’aux Césars ! 🙂


Sinon il y aussi :


  • Le film de Qualité Française :
    Faubourg 36
    De Christophe Barratier et avec Gérard Jugnot, Clovis Cornillac
  • Le scénario improbable de la semaine, prétexte à une grande distribution de coups de lattes :
    Le Royaume interdit
    De Rob Minkoff et avec Jet Li, Jackie Chan
  • Drugs don’t work :
    Wackness
    De Jonathan Levine et avec Ben Kingsley, Famke Janssen
  • Solitaire :
    L’Homme de Londres
    De Bela Tarr et avec Miroslav Krobot, Tilda Swinton
Et le reste :


  • Mariage chez les Bodin’s
    De Eric Le Roch et avec Jean-Christian Fraiscinet, Vincent Dubois
  • Des trous dans la tête
    De Guy Maddin et avec Isabella Rossellini, Gretchen Krich
  • Married Life
    De Ira Sachs et avec Pierce Brosnan, Chris Cooper
  • S.O.P.
    De Errol Morris et avec Joshua Feinman, Merry Grissom
  • La Mort n’était pas au rendez-vous
    De Curtis Bernhardt et avec Humphrey Bogart, Alexis Smith