Raoul au Festival de Cannes 2012 – Day 8

Raoul est une nouvelle fois notre super envoyé spécial pour le Festival de Cannes, vous pouvez suivre ses aventures en direct ici : http://www.twitter.com/Filmgeek_fr et ses comptes-rendus sur Filmgeek.

Dur journée, à part la séance de 22h30, pas grand chose à se mettre sous la dent. Ensuite j’arrive à la fête mexicaine pour le Reygadas, au moment où débarque trois fourgons de CRS et d’autres voitures de la maison. Au programme vérification de la sécurité, contrôle des douanes…Une descente comme on dit. C’est la première fois que je vois ça, et autant dire qu’il n’y aura pas de fête. À priori, la même chose est arrivée à une teuf Canal+ dans la semaine. Du coup, repli stratégique au Petit Maj. Demain c’est le dernier jour, et j’avoue que je ne suis pas mécontent de rentrer.

Miss Lovely – Un certain regard
Film indien d’Ashim Ahluwalia. Deux frères font du cinéma d’exploitation à la fin des années 80 à Bombay. Très peu de dialogues, un montage assez complexe avec beaucoup d’elipse, du coup on décroche trop facilement. Un premier essai intéressant mais pas complètement convaincant. Comme pour le film de la semaine de la critique, on commence à entrevoir un nouveau cinéma indien entre auteur et Bollywood. À suivre…

The paperboy – Sélection officielle (compétition)
Nouveau film de Lee Daniels (Precious) adapté d’un bouquin de Pete Dexter. La mise en scène est trop appuyée et pas très inspiré, et finalement le scénario ne sert que de toile de fond aux personnages. C’est d’ailleurs le point fort du film avec les très bonnes prestations de Nicole Kidman, John Cusack et Macy Gray entre autres. Mais le spectateur est exclu à cause d’une réalisation trop démonstrative qui coupe toute empathie avec les personnages et l’histoire. C’est raté !

King of pigs – Quinzaine des réalisateurs
Film d’animation sud-coréen visuellement pas très beau. Dans un collège de garçon, les rapports de forces et les bizutages entre élèves. Les personnages sont caricaturaux et c’est très noir. Le film est répétitif, ça gueule et ça se bastonne toutes les deux minutes, c’est très fatigant.

Les touristes – Quinzaine des réalisateurs
Film de l’anglais Ben Wheatley. Un jeune couple part faire du tourisme en caravane pendant une semaine. L’attitude des gens qu’ils rencontrent vont les rendre fous et leurs réactions seront violentes. Une comédie noir qui fonctionne super bien, c’est tellement bon de rire de la méchanceté des gens !