[Soundtrack] Ain’t it Cool rencontre Michael Giacchino

C’est sorti chez les mecs d’Ain’t it Cool il y a un poil plus de 15 jours et je n’avais pas eu le temps de vous le faire tourner.

A l’occasion de la sortie du remake de Morse par Matt Reeves (Cloverfield), Quint a tapé la discut avec son compositeur. J’en profite pour souligner que Let Me In (en référence au titre original Lä den Rette Kömma In / Let The Right One In) s’est crouté au box office américain (20 millions de budget et même pas 15 de recettes en 3 semaines) et que j’en suis fort aise: certains films sont parfaits et un remake est forcément indécent.

Michael Giacchino c’est le compositeur des films de Brad Bird (Les Indestructibles, Ratatouille, Mission: Impossible 4) ou encore -entre autres- des produtions JJ Abrams (Alias, Lost, Fringe, Cloverfield, Mission: Impossible 3, Star Trek). Il a commencé à se faire connaître pour son boulot sur la série vidéoludique Medal Of Honor et en particulier pour son score sur Medal of Honor: Allied Assault, où il se place en digne héritier de John Williams. Je vous recommande particulièrement ce dernier ainsi que les excellents scores des Indestructibles et Ratatouille. Je suis plus mitigé sur MI3 et Speed Racer (Michael Giacchino – Speed Racer). Star Trek, malgré de bonnes idées, tourne toujours en rond (Michael Giacchino – Nice To Meld You).

C’est en anglais, mais ça se comprend bien:

http://www.aintitcool.com/node/46847

On y apprend que Giacchino bosse au plaisir, avec des gens qu’il apprécie et qui ont une personnalité artistique forte, que JJ Abrams et Matt Reeves sont ses potes, que le score qu’il a écrit pour Speed Racer et le plus gros qu’il ait jamais écrit. On y apprend aussi qu’il n’aime pas bosser comme un malade pour ses scores et qu’il essaie d’avoir une vie la plus normale possible pour s’occuper de sa famille, que composer pour l’animation est plus simple car une fois que l’histoire est écrite et les scènes construites, le film ne change pas (en raison du temps nécessaire pour générere les images de synthèse) alors qu’un réalisateur de film live peut donner une orientation différente lors de scènes et que le score peut changer.

Pour Cloverfield, Giacchino était excité par l’idée de faire un film de monstres, mais fut très déçu quand Abrams lui annonça qu’il n’y aurait pas de musique durant le film. Il lui proposa donc un morceau pour les crédits de fin ce qui donna l’excellent thème final Roar! (Yvetta Tannenbergerova – Cloverfield – Roar!) L’absence de score est une des forces de Cloverfield et le thème de Giacchino est magnifié pour rentrer dans mon top 3 de thème de monstres avec le Predator d’Alan Silvestri (Nic Raine – Predator) et le thème des Dents de la Mer, bien sûr (John Williams).

Je vous enjoints donc à lire cette discussion entre Quint et Michael Giacchino, qui parle de bande originale, d’approche et qui donne une image bien sympathique d’un des meilleurs compositeurs de musique de film en activité.

Armand