Preview de Fist of the North Star – Ken’s Rage

Grâce à Edolone, j’ai pu assister au Fanday de Fist of the North Star – Ken’s Rage, présenté par le producteur du jeu en personne : Hisashi Koinuma. Après cette présentation, j’ai aussi pu tester la prochaine déclinaison du système Dynasty Warriors qui rencontre cette fois la licence Ken Le Survivant.

Le bonhomme a de l’expérience, plus de 17 ans chez Koei et il a bossé sur les Samuraï Warriors, Dynasty Warriors et Gundam (la dernière à laquelle j’avais jouée d’ailleurs, sur PS2) !

Il nous explique que l’origine du jeu remonte à sa rencontre avec Tetsuo Hara et la forte demande des fans pour un nouveau jeu sur Ken. Et quand on voit la cohérence du résultat, on se demande même pourquoi ils n’y ont pas pensé avant ! oO

Malgré le design rajeuni assez éloigné de l’anime, on retrouve immédiatement les repères de la série : de la baston massive ultra-violente dans un univers post-apo.

Ken est donc relooké, avec un design plus proche des derniers animes, les ennemis aussi, l’accent ayant été porté sur la modélisation des muscles, exigée par Hara qui a d’ailleurs prété ses bouquins de modèles de bodybuilders aux dev ^^

Le jeu en lui-même contient plusieurs modes : Story, retraçant la première ère du manga jusqu’au combat contre Raoh. Cette histoire peut être jouée avec 4 personnages qui offrent 4 points de vue différents.

Vient ensuite le mode Dream ou Fiction, qui aborde une histoire alternative de Kenshiro, validée par Hara et jouable cette fois avec 8 persos !

Sortant avec 8 mois de « retard » par rapport au Japon, le jeu a été pas mal modifié : il est entièrement sous-titré en français (les voix Jap ont été conservées), il est maintenant plus violent (plus sanglant surtout), l’IA a été modifiée, a priori d’après Damonx (qui portait un super tshirt) les modifs concernent surtout les QTE contre les boss qui ont été simplifiés en arrivant chez nous. Un peu logique, car l’IA n’est pas vraiment un élément crucial qui caractérise ce genre de jeu où les ennemis sont surtout là pour s’empaler à la chaîne sous votre poing et/ou pied rageur.

Enfin, on notera l’ajout d’un Chapitre Zéro, se plaçant donc avant la trame principale du jeu et permettant surtout de prendre en main le perso et le gameplay.

Pour ce qui est du gameplay justement. J’ai pu tâté de cette version EU sur PS3 pendant 20 bonnes minutes, le temps de faire le niveau 3. La prise en main est immédiate, les commandes simples et classiques (coups faibles/forts/spéciaux) sont efficaces même si le jeu est un poil rigide. Etant au début du jeu ma palette de coups n’était pas encore très étendue, mais on sentait déjà bien la puissance et le potentiel de son perso. Comme attendu, on se retrouve vite à friter des douzaines de punks en même temps dans le décors dévasté. Le gameplay varie un peu avec des phases d’escalade, de pièges, c’est pas fantastique mais change un peu les idées entre deux explosions de vilains !

L’ambiance est là donc et c’est bien le principal. Pour la première fois on a l’impression d’incarner l’héritier du Hokuto Shinken et ça c’est la classe !!!

Vivement le novembre donc pour la sortie du jeu en rayon, que je recommande pour tous les fans du mangas et du style de jeu (répétitif et addictif) !

Preview d’Alan Wake sur Xbox 360

titre

L’évènement date d’il y a presque une semaine, mais il m’a paru bon de le relayer, avec un certain recul.
C’est cette fois ci grâce à l’agence Edelman que nous avons pu nous rendre mercredi dernier dans les très agréables locaux de Microsoft France pour assister à une conférence de presse avec deux des développeurs du studio Remedy, puis à un essai manettes en main de leur prochain jeu en exclusivité sur Xbox 360, Alan Wake, un des prochains hit en puissance.

8

Le pitch
En manque d’inspiration pour ses romans, Alan Wake et sa femme décident de s’installer quelques temps dans la jolie ville de Bright Falls. Très rapidement, la situation va dégénérer et plonger dans l’horreur et le surnaturel, plus précisément dans l’imaginaire surnaturel de l’auteur, que l’on pourra suivre en vivant l’aventure et en récoltant des pages de manuscrit à travers le jeu. « A story coming true », comme ils disent chez Remedy. Joli prétexte pour mettre en place un « semi-survival horror ». Continuer la lecture de « Preview d’Alan Wake sur Xbox 360 »