Dossier Bioshock

bioshock

Aujourd’hui on va parler un peu d’un des futurs projets de Gore Verbinski. Monsieur « Pirate des Caraïbes » bosse sur deux projets en ce moment. Le premier est un long métrage d’animation intitulé Rango, avec la voix de Johnny Depp, le deuxième est l’adaptation du jeu vidéo Bioshock. Nous aurons l’occasion de revenir sur Rango plus tard car le film est en post-production et sa sortie annoncée pour 2011. Bioshock a récemment fait parler de lui car Universal, possesseur des droits, n’a pas encore l’argent pour produire le film. Estimé à 160 millions de dollars, celui-ci devrait être porté par Wentworth Miller, l’un des héros de Prison Break.
Comme chez FilmGeek, on joue aussi aux jeux vidéos, on connaît bien Bioshock ! Le jeu est sorti tout d’abord en 2007 sur PC et Xbox 360 avant de débarquer sur PS3 en 2008. Il s’agit d’un FPS (First Person Shooter) horrifique se déroulant dans la cité de Rapture. A l’origine, Rapture se voulait le pinacle de la science et de la culture. Bien sûr, les choses dégénèrent et les habitants de la cité, génétiquement modifiés, se sont pour partie transformés en monstres à la recherche de l’Adam. L’Adam, c’est cette substance qui permet d’améliorer les capacités de celui qui le prend. Dans le premier épisode de Bioshock (Bioshock 2 sort en fin d’année sur PC et consoles HD), on interprête Jack, seul survivant d’un crash aérien, qui se retrouve dans Rapture. Bien sûr, il devient la cible des Chrosomes, des ex-humains génétiquement modifiés. Des injections qui permettent d’utiliser des « sorts » de feu, glace etc…, les plasmids, apportent leur lot d’effets visuels et agrémentent un gameplay assez plaisant. Le joueur rencontrera différents types de personnages que l’on vous laissera découvrir tant le jeu de 2K (ex-Irrational Game) est une réussite. Plus qu’un jeu, Bioshock propose une aventure avec une histoire qui sort un peu des sentiers battus et qui se tient bien.

Une petite vidéo pour (re-)découvrir le jeu :


Source de la vidéo : Clubic

Le jeu est visuellement très joli et l’ambiance sonore a été particulièrement travaillée. Il faut un bon PC pour profiter de la quintessence graphique alors que la version Xbox 360 est un peu moins belle, mais fluide. La version PS3 a été adaptée par les gens de Digital Extremes, qui ont l’habitude de travailler sur le moteur graphique utilisé (Unreal Engine 3). Le résultat est un peu moins fin et un peu moins fluide. Néanmoins, le jeu reste agréable car il ne s’agit pas d’une orgie d’action.
Dans Bioshock 2, le jouer interprétera un Protecteur et le gameplay s’en trouvera donc modifié (on espère), avec de nouvelles armes mais toujours les plasmids. 2K a rajouté une partie multiplayer, qui semble des plus classiques.

Quelques images de Bioshock 2

Que feront Universal et Verbinski de Bioshock ? La question se pose car les deux jeux sont très violents. On a vu que Verbinski a sû apporter avec succès une dose de frisson avec Pirates des Caraïbes et le succès de la trilogie (plus de 2 milliards et demi de dollars au cinéma) devrait lui permettre de faire à peu près ce qu’il veut. On attend avec impatience des nouvelles du film, qui marquera peut-être, avec Prince of Persia, la réussite des adaptations cinématographiques de jeux vidéos. FilmGeek consacrera prochainement un petit dossier récapitulatif des adaptations de JV au cinéma ainsi que les projets en cours. Stay Tuned !