Concours Passion de Brian De Palma

 

On fait rarement de concours sur FilmGeek, mais quand c’est pour le retour au cinéma d’un de mes réalisateurs préférés, je ne pouvais pas manquer une occasion de témoigner une fois de plus toute mon admiration pour son oeuvre dont le dernier film en est presque la synthèse.

Passion reprend une grand partie de ses thèmes de prédilection comme vous pouvez le lire partout, mais plus encore, il prouve que ces thèmes sont intemporels et que je ne me lasserai jamais de voir le réalisateur les disséquer.

Je ne veux pas vous en dire plus sur le film car je fais un véritable blocage critique (trop de choses à dire et pas assez de talent et de temps) mais je vous propose de gagner des places pour Passion afin de faire votre propre idée au cinéma :

  • Pour gagner 5×2 places pour Passion, envoyez “Je veux gagner 2 places pour Passion  à concoursfilmgeek [chez] gmail [point] com avec vos coordonnées postales.
  • Doublez vos chances en tweetant : “Gagnez 2 places pour Passion de Brian De Palma sur #Filmgeek ! http://bit.ly/ConcoursPassion
  • Triplez vos chances en likant notre page FB : http://www.facebook.com/filmgeek.fr
  • N’oubliez pas de mettre dans le mail le lien vers votre tweet et votre nom si vous likez afin que l’on puisse bien prendre en compte votre participation !
  • Les gagnants seront choisis le 13 février 2013 jour de la sortie du film.

[Concours] Sherlock Holmes : Gagnez un lecteur Blu-Ray, des DVD et des T-Shirts

Packshot DVD SHERLOCK HOLMES HD

A l’occasion de la sortie du film Sherlock Holmes en DVD et Blu-ray le 3 juin 2010, Filmgeek en partenariat avec Warner Bros. France vous propose une enquête digne du grand détective avec à la clef : 1 lecteur Blu-ray, 30 t-shirts et 20 DVD de Sherlock Holmes version Guy Ritchie et Robert Downey Jr. !

Le jeu est simple : trouver le mot-clef grâce à un jeu de piste parmi 7 blogs où ont été semés 7 indices. Une fois l’énigme résolue, il suffit de se rendre sur cette page et de rentrer le mot magique : http://whvwidget.com/competitions/sherlockholmes/fr/

Et avant de vous donnez mon indice et la liste des blogs partenaires, voici un petit bonus vidéo présent dans le DVD/Blu-ray et qui, je l’espère vous donnera l’eau à la bouche ! 🙂

Voilà l’indice Filmgeek :
Continuer la lecture de « [Concours] Sherlock Holmes : Gagnez un lecteur Blu-Ray, des DVD et des T-Shirts »

Critique de Sherlock Holmes de Guy Ritchie

affiche sherlock holmes poster

Sherlock Holmes, un film de Guy Ritchie, le 3 février au cinéma.

Exit Bella et Edward, Jack Sully et Neytiri, le plus beau couple de ces derniers mois au cinéma, c’est Holmes et Watson. Ça tombe bien, puisque qu’entre I love you, man (sorti récemment en dvd) et I love you Philip Morris (bientôt au cinéma), les couples masculins ont la vedette. Un peu plus qu’une bromance, un peu moins qu’un amour fou, le film de Guy Ritchie met tout de même le ton : Watson doit « quitter » Holmes pour se marier avec sa fiancée Mary. Le détective ne l’entend pas de cette oreille et tente par tous les moyens de le retenir auprès de lui, dans leur petite routine au 221b Baker Street. Pour cela, quoi de mieux que de se plonger dans une nouvelle enquête, comme celle de la possible « résurrection » du Lord Blackwood, pourtant officiellement constaté mort par Watson lui-même.

En y regardant bien, tout le rythme du film se crée, non pas autour de l’enquête elle-même, mais autour de la relation fusionnelle qui unie Holmes et Watson. Et ça fonctionne plutôt bien, en tout cas dans la première heure, où l’on s’amuse vraiment de ce drôle de couple, des réparties plutôt cinglantes qu’ils s’envoient constamment, et de leurs regards et gestes qui révèlent une profonde affection/dépendance l’un à l’autre. C’est plutôt touchant et joli à voir, à l’image des deux acteurs, Robert Downey Jr et Jude Law exquis et irrésistibles (et sexy) dans les rôles et qui parviennent à inscrire une sincère complicité à l’écran.

Ce qui pêche finalement, c’est qu’en dehors d’eux, plus rien n’a réellement de relief, mis à part le second rôle de l’Inspecteur Lestrade (joué par l’excellent Eddie Marsan), la musique de Hans Zimmer, parfaite et la mise en scène de Guy Ritchie, efficace, qui dépoussière le mythe tout en préservant son état d’esprit original (et certaines séquences sont de véritables leçons de cinéma, retenez notamment la scène de boxe et celle de l’explosion).

Les personnages féminins (Mary Morstan, interprétée par Kelly Reilly et Irene Adler par Rachel Mc Adams) manquent de contrepoids, et Lord Blackwood (Mark Strong) aurait mérité de bénéficier d’avantage de nuances et ne convient pas tellement comme méchant ici. Il n’est pas à la hauteur de Sherlock, il semble être là uniquement comme un entrainement, en attendant le vrai affrontement avec le professeur Moriarty, futur ennemi juré de Holmes. Et ce qui fait le plus défaut, finalement, c’est l’enquête elle-même, trop classique, un peu vaine, qui n’accroche pas véritablement le spectateur. D’où un sentiment d’ennui qui peut quasiment apparaître dans la deuxième partie du récit, sans parler du climax mal ficelé et décevant, tant les enjeux dramatiques peuvent manquer de ressort. Heureusement que l’annonce d’une suite un peu plus excitante dans les dernières minutes, et le générique, très beau, permettent de sortir du film sur une note malgré tout positive.

Sherlock Holmes par Guy Richie est finalement une bonne mise en place des personnages et des lieux (belle reconstitution du Londres victorien, entre misère et révolution industrielle, apportant une ambiance assez noire à l’ensemble), mais voilà, un peu comme Batman Begins annonçait The Dark Knight, on attend à présent d’entrer dans le vif de l’action, avec un vrai méchant et une enquête à la hauteur des capacités de Holmes.

En attendant, ne vous fiez pas à la bande-annonce, plutôt déstabilisante, qui ne vend pas le film tel qu’il est vraiment : Sherlock Holmes est bel et bien un hommage plutôt fidèle au héro de Conan Doyle (je vais d’ailleurs me replonger dans les nouvelles), un divertissement qui manque parfois de souffle certes, mais avec suffisamment de finesse et d’intelligence pour le placer dans la catégorie supérieure des blockbusters.

Caro

Zoom (rapide, en traveling arrière) sur Joel Silver

commando
Qui connaît le producteur Joël Silver ? Si je vous dit L’Arme Fatale, Piège de Cristal, Prédator, Matrix ou V pour Vendetta, ça vous rafraîchit la mémoire ? Ou alors l’ultimate, version codifiée du jeu au frisbee ? Ouais, il a co-inventé dans les années 70 !

joelsilver

Sur FilmGeek ce soir, on va parler un peu business et production, puisque les prochaines productions de Joël Silver font parler d’elles : tout d’abord Ninja Assassin, mais également Sherlock Holmes et Le Livre d’Eli.

Joël Silver a aujourd’hui 57 ans. Avant de lancer Silver Pictures en 1985, il a produit pour Fox et Paramount, notamment des films de Walter Hill et en particulier deux de ses films majeurs : Les Guerriers de la Nuit (dont Tony Scott veut faire un remake) et 48hrs.

Continuer la lecture de « Zoom (rapide, en traveling arrière) sur Joel Silver »