La découverte OST du jour : Shaken and Stirred (David Arnold)

Shaken and Stirred

David Arnold est un compositeur moins connu que John Williams, mais on lui doit quand même quelques partitions mémorables telles que celles des premiers gros films de Roland Emmerich (Stargate, Independence Day). Depuis 1997, il est en charge de mettre en musique les James Bond après un Goldeneye composé par Eric Serra. David Arnold aime l’électronique et, avec ses potes de Propellerheads, il avait remixé On Her Majesty’s Secret Service pour l’album Decksandrumandrockandroll. Sur l’OST de Tomorrow Never Dies, le track Backseat Driver donnait dans le même style breakbeat symphonique, mélange d’électro et d’orchestre.

Aujourd’hui, grâce à Jiwa et presque par hasard, je suis tombé sur Shaken and Stirred de David Arnold. L’album de 1997, comme son nom l’indique, reprend les grand thèmes des James Bond mais remixés de manière très sympathique. J’aime énormément All Time High. A découvrir de toute urgence.

Le player Jiwa qui va bien :


Armand

2012 nouveau trailer

Quand je serai grand je veux être Michael Bay. Ou Roland Emmerich. Juste pour tout faire sauter, bruler, noyer, broyer, ventiler, disperser…

Au début des années 90, Emmerich se contentait de faire exploser des petites choses dans Universal Soldiers ou Stargate.
Mais c’était pas vraiment marrant. La Fox lui donne ensuite un budget un peu plus gros (mais pas énorme) pour faire sauter New York sans grosse star mais avec plein de trucages et c’est le carton d’Independance Day. Du coup, il refait péter du building dans Godzilla. Mais bon, il veut être reconnu comme réalisateur alors il fait The Patriot. Mais le film ne marche pas trop en salles. Qu’à cela ne tienne, il retourne à la destruction massive en images de synthèse dans Le Jour d’Après. Re-carton. Puis il s’est dit que les CGI de destruction c’était cool, mais que l’animal c’est sympa aussi. Sans aller dans le film de boules, il reste dans les histoires de poils avec 10,000 BC l’année dernière. Rien à foutre du scénar, son but est d’aller aux Oscars du trucage. Bon, pendant que certaines boîtes font de la fourrure y en a bien d’autres qui peuvent faire du feu, de l’eau, de la fumée, non ? Hop, ça s’appelle 2012 ! Et ça sort cette année.

Nouvelle vidéo issue de chez Yahoo:

Remercions Roland Emmerich de nous proposer la destruction du monde par des phénomènes naturels ! C’est vrai que les robots, ça commençait à bien faire.

Ca sort en fin d’année, ça a probablement coûté plus de 125 millions de dollars, c’est probablement très con (Hoho le pitch et la recherche sur le web de 2012), mais on en prendra plein les yeux au ciné. Finalement c’est ptet la nouvelle stratégie anti-piratage des studios ! Voir ce genre de film en Div-X sur un 24 pouces, ça craint !