Golden Globes 2012 : Bilan de la soirée

Cette nuit (heure française) avait lieu la 69ème cérémonie des Golden Globes, durant laquelle la Hollywood Foreign Press Association remets des prix au cinéma et aux séries TV. Le comédien Ricky Gervais était encore de la partie ! Après son excellente préstation l’année dernière qui avait fait couler «beaucoup» d’encre, l’humoriste anglais en a remis une couche cette nuit, en étant tout de même moins tranchant et détonnant que lors de la précédente cérémonie. En effet, il a été plus prudent dans ses attaques en choisissant des cibles telles que Kim Kardashian, Justin Bieber ou même NBC, chaîne qui diffusait le tout. On peut lire ses meilleurs moments ici : http://insidetv.ew.com/2012/01/15/ricky-gervais-golden-globes-jokes-2/

Cette année la France était à l’honneur dans les catégories cinéma avec The Artist et ses 6 nominations. Si ce n’est pas un carton plein le film repart avec tout de même 3 récompenses dont meilleur acteur dans une comédie ou comédie musicale pour Jean Dujardin et meilleure comédie ou comédie musicale. A voir la tête de certains présents dans la salle lors des annonces ce n’était pas du goût de tous les invités. Mais passons, nous, en tant que Français sommes fier de cette victoire. Le chemin vers les Oscars semble lumineux mais attention à ne pas réitérer le parcours de The Social Network de l’année dernière.

L’autre grand gagnant de la soirée fut The Descendants avec 2 récompenses. Minuit à Paris et Woody Allen ne s’en sortent également pas trop mal avec le prix du meilleur scénario. Michelle Williams a fait du chemin depuis Dawson et si elle a raté le Golden Globes l’année dernière pour Blue Valentine, cette année elle repart avec le trophée de la meilleure actrice dans une comédie pour My Week With Marilyn.

La catégorie du meilleur film d’animation est apparue en 2007 et depuis 2007 c’est une domination totale de Pixar avec 5 trophées en autant d’années. Cette année c’était Cars 2 – peut être l’un de leur moins bon film – qui était nommé, et il s’est incliné face au Tintin, Le Secret de la Licorne de Steven Spielberg. Si la victoire n’est pas volée, on peut se demander si le film était présenté dans la bonne catégorie.

Pour finir, Morgan Freeman s’est vu remettre le prix Cecil B. DeMille pour l’ensemble de sa carrière.

Du coté des séries je dois avant tout dire que je me suis délecté de la douche froide que s’est prise Glee. Après 2 ans de victoire dans la catégorie comédie (Really ?) ou comédie musicale elle ne pas validera l’adage Jamais 2 sans 3 puisque c’est Modern Family – gagnante des derniers Emmy Awards – qui rafle la mise cette année. On va se contenter de ce choix, pas parce que la série est mauvaise, au contraire, mais parce qu’il y a eu dès le départ de mauvais choix fait lors des nominations. Community, Louie ou Parks and Recreation auraient du être présentes. Mais je ne reviendrai pas dessus ça fait malheureusement des années qu’il y a un certain manque de courage et de trop grosses facilités. Laura Dern remporte le golden globes de la meilleur actrice dans une comédie, pour une dramédie (Enlightened)… Quant aux meilleurs acteurs c’est Matt LeBlanc pour Episodes qui succède à Jim Parsons, étrangement absent de la liste au profit de son partenaire Johnny Galecki. 

Sans surprise la meilleure nouveauté de l’année, Homeland, a été la grande gagnante de la soirée. Si Damian Lewis n’a pas remporté son prix, Claire Danes l’a logiquement décroché dans la catégorie meilleure actrice dans une série dramatique. La série crée par Alex Gansa et adaptée de la version israélienne a été élue meilleure série dramatique devant la gagnante de l’année dernière Boardwalk Empire. C’est Kelsey Grammer de la très réussite et sombre Boss qui a remporté le trophée du meilleur acteur dans une série dramatique.

Les anglais étaient également à la fête avec la victoire, sans surprise, de Downton Abbey dans la catégorie meilleur(e) mini-série ou téléfilm, et celle du très charismatique Idris Elba dans meilleur acteur dans une mini-série ou téléfilm pour Luther. Après son Emmy Award du meilleur second rôle dans une série dramatique Peter Dinklage remporte le golden globes pour Game of Thrones dans une catégorie un peu bâtarde regroupant les seconds rôles de comédies, drames et mini-séries. Jessica Lange remporte quant à elle celui de du meilleure second rôle féminin pour American Horror Story.

 

Liste complète des vainqueurs

Meilleur film dramatique

  • Gagnant : The Descendants
  • Le Stratège
  • La Couleur des Sentiments
  • Hugo Cabret
  • Les Marches du Pouvoir
  • Cheval de Guerre 

 

Meilleure comédie ou comédie musicale 

  • Gagnant : The Artist
  • 50/50
  • Mes Meilleures Amies
  • Minuit à Paris
  • My Week With Marilyn

 

 Meilleur acteur dans un film dramatique

  • Gagnant : George Clooney pour The Descendants
  • Brad Pitt dans Le Stratège
  • Michael Fassbender dans Shame
  • Ryan Gosling dans Les Marches du Pouvoir
  • Leonardo DiCaprio dans J. Edgar

 

Meilleure actrice dans un film dramatique

  • Gagnante : Meryl Streep pour The Iron Lady
  • Glenn Close dans Albert Nobbs
  • Rooney Mara dans Millenium
  • Viola Davis dans La couleur des sentiments
  • Tilda Swinton dans We Need to Talk About Kevin


Meilleur acteur dans une comédie ou comédie musicale
  • Gagnant : Jean Dujardin pour The Artist
  • Joseph Gordon-Levitt dans 50/50
  • Ryan Gosling dans Crazy Stupid Love
  • Owen Wilson dans Minuit à Paris
  • Brendan Gleeson dans L’Irlandais

Meilleure actrice dans une comédie ou comédie musicale
  • Gagnante : Michelle Williams pour My Week with Marilyn
  • Jodie Foster dans Carnage
  • Kristen Wiig dans Mes Meilleures Amies
  • Charlize Theron dans Young Adults
  • Kate Winslet dans Carnage

Meilleur acteur dans un second rôle
  • Gagnant : Christopher Plummer pour Beginners
  • Kenneth Branagh dans My Week with Marilyn
  • Jonah Hill dans Le Stratège
  • Albert Brooks dans Les Marches du Pouvoir
  • Viggo Mortensen dans A Dangerous Method

Meilleure actrice dans un second rôle
  • Gagnante : Octavia Spencer pour La Couleur des Sentiments
  • Bérénice Bejo dans The Artist
  • Janet McTeer dans Albert Nobbs
  • Jessica Chastain dans La Couleur des Sentiments
  • Shailene Woodley dans The Descendants
Meilleur réalisateur
  • Gagnant : Martin Scorsese pour Hugo Cabret
  • Michel Hazanavicius pour The Artist
  • Woody Allen pour Minuit à Paris
  • George Clooney pour Les Marches du Pouvoir
  • Alexander Payne pour The Descendants

Meilleur scénario
  • Gagnant : Minuit à Paris
  • The Artist
  • Hugo Cabret
  • Les Marches du Pouvoir
  • The Descendants
  • Le Stratège

Meilleur film d’animation
  • Gagnant : Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne 
  • Cars 2
  • Rango
  • Le Chat Potté
  • Mission Noël : Les Aventures de la famille Noël

Meilleur film étranger
  • Gagnant : Une Séparation de  Asghar Farhadi
  • Le Gamin au vélo
  • Au Pays du sang et du miel
  • La Piel que Habito
  • The Flowers of War

Meilleure chanson originale
  • Gagnante : WE avec Masterpiece de Madonna
  • Albert Nobbs
  • La Couleur des Sentiments
  • Gnomeo et Juliette
  • Machine Gun Preacher

Meilleure Bande Originale
  • Gagnant : The Artist – Ludovic Bource
  • Cheval de Guerre – John Williams
  • Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes – Trent Reznor et Atticus Ross
  • WE – Abel Korzeniowski
  • Hugo Carbet – Howard Shore

Séries
Meilleure série dramatique
  • Gagnante : Homeland
  • Boardwalk Empire
  • Boss
  • Game Of Thrones
  • American Horror Story

Meilleure comédie ou comédie musicale
  • Gagnante : Modern Family
  • Enlightened
  • Glee
  • Episodes
  • New Girl

Meilleur acteur dans une série dramatique
  • Gagnant : Kesley Grammer – Boss
  • Steve Buscemi – Boardwalk Empire
  • Bryan Cranston – Breaking Bad
  • Jeremy Irons – The Borgias
  • Damian Lewis – Homeland

Meilleure actrice dans une série dramatique
  • Gagnante : Claire Danes Homeland
  • Mireille Enos – The Killing
  • Julianna Margulies – The Good Wife
  • Madeleine Stowe – Revenge
  • Callie Thorne – Necessary Roughness

Meilleur acteur dans une comédie ou comédie musicale
  • Gagnant : Matt LeBlanc – Episodes
  • Alec Baldwin – 30 Rock
  • Johnny Galecki – The Big Bang Theory
  • David Duchovny – Californication
  • Thomas Jane – Hung

Meilleure actrice dans une comédie ou comédie musicale
  • Gagnante : Laura Dern – Enlightened
  • Tina Fey – 30 Rock
  • Zooey Deschanel – New Girl
  • Amy Poehler – Parks & Recreation
  • Laura Linney – The Big C

Meilleur(e) mini-série ou téléfilm
  • Gagnante : Dowton Abbey
  • Cinema Verite
  • The Hour
  • Mildred Pierce
  • Too Big to Fall

Meilleur acteur dans une mini-série ou un téléfilm
  • Gagnant : Idris Elba – Luther
  • Hugh Bonneville – Downton Abbey
  • Bill Nighy – Page Eight
  • William Hurt – Too Big to Fall
  • Dominic West – The Hour

Meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm
  • Gagnante : Kate Winslet – Mildred Pierce
  • Romola Garai – The Hour
  • Diane Lane – Cinema Verite
  • Elizabeth McGovern – Downton Abbey
  • Emily Watson – Appropriate Adult

Meilleur second rôle masculin dans une série, mini-série ou téléfilm
  • Gagnant : Peter Dinklage – Game Of Thrones
  • Eric Stonestreet – Modern Family
  • Paul Giamatti – Too Big to Fall
  • Guy Pearce – Mildred Pierce
  • Tim Robbins – Cinema Verite

Meilleur second rôle féminin dans une série, mini-série ou téléfilm
  • Gagnante : Jessica Lange – American Horror Story
  • Kelly MacDonald – Boardwalk Empire
  • Maggie Smith – Downton Abbey
  • Sofia Vergara – Modern Family
  • Evan Rachel Wood – Mildred Pierce
Romain

[Analyse] Licences Américaines Billionnaires.

Salut,

Ca faisait un bail.


Le cinéma, c’est de l’art et du business. Enfin dans l’autre sens. Ou pas.

Pour comprendre le succès d’un film, notamment aux USA, on pense à comparer son budget et ses recettes. Quand on n’est pas dans le biz, c’est difficile d’apprécier ce succès quand on ne connaît pas la somme mise en jeu dans le marketing.
C’est encore plus difficile quand certains comparent un film sortant en 2012 et un film sorti 15 ans avant. Pour vraiment comprendre une carrière de film sur le territoire US, il faut prendre en compte l’inflation. In fine, on se retrouve donc à comparer les choses vraiment comparable, à l’instar des sommes du nombre d’entrées sur le territoire français.

Dans cette « analyse », j’aimerais remettre en perspective les séries ou licences qui ont dépassé le billion (ou milliard) de dollars en recettes cumulées sur le territoire américain. Cela permet de comprendre parfois pourquoi les producteurs s’attachent ou s’acharnent à faire (re-)vivre certaines licences malgré des chiffres à priori décevants pour les derniers opus.

Les chiffres qui suivent sont issus de boxofficemojo (dont la mise à jour est un bonheur pour tout fan de dollars), en regardant les recettes cumulées, le nombre de films de la franchise (sans y ajouter les ressorties).
Ces chiffres sont virtuels, ils reflètent le nombre de places vendues pour chaque film, multiplié par le prix d’une place en 2011. Les sommes engrangées ne sont donc pas réelles mais le ratio budget/recettes est sans doute pertinent. Les plus curieux iront voir sur le site pré-cité; il comporte moultes comparaisons et autres informations budgétaires.
Si l’ensemble paraît évident, il y a tout de même quelques surprises, en tout cas je l’espère.

Continuer la lecture de « [Analyse] Licences Américaines Billionnaires. »

Blogs Cinéma : le Best Of de la semaine S05E06

best of blog cinema

Toute l’équipe de de Filmgeek vous souhaite ses meilleurs voeux cinématographiques pour 2012 ! Et pour commencer cette nouvelle année du bon pied, rien de tel qu’un bon Best-Of ! 😉

Avec un menu très équilibré : des bilans ciné et séries, une rétro Spielberg, le BO des vacances et ce que nous réserve le futur.

De la 3D réaliste, mais pas trop !

La semaine dernière, la nouvelle bande annonce des aventures de Tintin réalisées par Steven Spielberg et produites par Peter Jackson a frappé le net.
Nous avions eu l’occasion de voir quelques images, mais pour la première fois, nous avons pu avoir une idée de ce à quoi le film allait ressembler. Et ce que l’on peut remarquer immédiatement, c’est un style graphique étonnant qui ressemble à de la 3D réaliste, mais pas trop.
En effet, à l’instar d’un Rango sorti en salles voici quelques mois, les deux réalisateurs de génies, que sont Spielberg et Jackson ont pris le parti de mettre en images les aventures du jeune reporter dans un style au rendu réaliste, sur des personnages qui eux, de par leurs visages, ou expressions, le sont beaucoup moins.
Et cela, croyez-moi, n’est pas une mince affaire !

Lorsque l’on voit un Toy Story, un Monster Inc, ou un Kung Fu Panda, nous sommes dans des univers graphiques très marqués, au style et au design bien définis, établis après un long travail de concepts, de recherches, et d’études de couleurs.
On est loin d’une reproduction de la réalité, que ce soit dans les textures des objets, leurs formes, les décors, les animations de personnages, ou la lumière environnante.
Dans Tintin, ou dans Rango, si l’on enlève les personnages, on pourrait parfois se croire dans un film réel tant la lumière qui baigne la scène, les ombres, les couleurs, les réflexions et les details sont réalistes. Pourtant, il reste ce petit truc en plus qui nous fait savoir que l’on est face à un film d’animation.

L’année dernière, j’ai eu la chance de travailler sur le film Rango, je me suis occupé d’un plan d’extérieur, une vue d’ensemble du désert, sous un coucher de soleil, ou l’on voyait les personnages courir sur leurs drôles d’autruches. La consigne pour créer ce plan etait de faire quelque chose de réaliste, mais pas trop, d’un peu stylisé, mais qui utilisait surtout des photos…
C’est la première fois que je recevais ce genre de brief, et pour cause, cela va à l’encontre de ce que l’on fait d’habitude. C’est assez déroutant.
Lorsque l’on fabrique un décor de toute pièce, comme dans Toy Story, on n’utilise aucune photographie, tout est peint à la main, en utilisant des couleurs bien définies, sur des géométries au style plus ou moins cartoon. On souhaite enlever tous les petits details futiles, les erreurs, les accidents, pour présenter une version édulcorée, magnifiée, ou infantilisée du lieu.
Dans un film en revanche, c’est l’inverse, on essaye de peindre un minimum de choses pour au contraire utiliser des photos qui nous permettrons, par la présence de toutes ces petites imperfections, de renforcer le coté naturel et vrai de l’environnement. On est en recherche de ce petit detail qui fera oublier le trucage et permettra au spectateur de complètement oublier qu’il est en face d’un décor créé de toute pièce.
C’est donc un vrai challenge que de produire des images dans ce nouveau type de film d’animation. Il faut toujours peser ce qui fait vrai, enlever ce qui le fait trop, magnifier sans dénaturer, et c’est un vrai casse tête.

Il en est de même pour les personnages eux mêmes, en particulier leur animation. Lorsque l’on voit le visage de Haddock, on voit bien qu’il ne s’agit pas d’un vrai acteur. Ses proportions, son nez, ou ses yeux ne sont pas réalistes. Pourtant, son animation, les expressions de son visage, elles, le sont. On utilise des technique de motion capture pour reproduire des mouvements réalistes, tirés de vrais acteurs jouant la scène, et on les calque sur des personnages qui eux ne sont pas réalistes. On se retrouve dans le même paradoxe que pour les décors. Il faut que cela fasse vrai, mais pas trop.
L’Uncanny Valley est une hypothèse dont on se sert dans la robotique, et dans l’animation. On s’est en effet rendu compte que lorsqu’on reproduisait presque parfaitement un humain, mais qu’il n’était pas réaliste a 100%, il faisait peur et provoquait dégoût et répulsion.

Voila quelques années, des films comme Polar Express, Final Fantasy ou Beowulf tentaient de s’approcher au maximum de la réalité. Et c’est à cause du dégoût que certain ont eu à l’encontre de ces personnages qui semblaient plus morts que vivants, que le secteur de l’animation a choisi de revenir à un style plus cartoon dans ses personnages, quitte à leurs laisser des mouvements réalistes, mais en redonnant un coté stylisé à leur visage.
Dans Rango, aucun soucis, les héros sont des animaux, mais dans Tintin, on voit bien qu’on n’a pas cherché à faire de véritables humains.

Ludovic

Bande-annonce Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne

La voici, la voilà, la première vraie bande-annonce des Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne, produit par Steven Spielberg et Peter Jackson et avec un casting de fou : Jamie Bell, Simon Pegg, Nick Frost, Andy Serkis, Daniel Craig et j’en oublie !

Tintin, notre intrépide reporter, son fidèle compagnon Milou et son inséparable ami le Capitaine Haddock partent à la recherche d’un trésor enfoui avec l’épave d’un bateau “la Licorne”, commandé autrefois par un ancêtre du Capitaine Haddock.

Critique du film Super 8 de J.J. Abrams

Il y a des films comme ça où avant même leur sortie on sait que l’on va aimer, en rentrant dans la salle de cinéma on sait que le film va être bon, on en est persuadé et arrive la fin de la projection et on a aimé, beaucoup.

Super 8 fait partie de ces films. Dès le premier teaser sorti, qui voyait un train dérailler avec à son bord une mystérieuse créature essayant de fracasser le wagon dans lequel elle est enfermée, la machine était lancée. Ce teaser mystérieux n’était autre que l’oeuvre du surdoué de ces dernières années, J.J. Abrams.

J.J. Abrams est l’une des raisons qui m’a fait aimer le film avant même de l’avoir vu, l’autre raison est Kyle Chandler. Moins connu du grand public, Kyle Chandler a, pendant 5 ans, merveilleusement endossé le rôle du coach Eric Taylor dans la série américaine Friday Night Lights.

Son nom apparu au casting, j’étais alors déjà conquis et il n’a pas déçu, s’il est moins présent que la bande d’enfants héros du film, il reste d’une grande justesse dans son interprétation dans le rôle du shérif adjoint, plus ou moins proche de celui du coach Taylor.

Super 8 se déroule en 1979 dans une petite ville de l’Ohio où une bande de jeunes adolescents tournent un film en super 8 dans une petite gare abandonnée. En pleine prise d’une scène ils sont alors témoins d’un accident spectaculaire d’un train passant à ce moment là. Ils découvriront assez vite que cet accident n’en était pas vraiment un et seront témoins d’événements mystérieux.

Cinéastes amateurs ils vont devenir acteurs d’un scénario qu’ils n’avaient alors pas imaginé. Si le lien avec les Goonies (1985) est évident il est tout autant légitime, une bande de gamins partant seuls à l’aventure c’est du déjà vu certes mais Super 8 se trouve dans une optique année 80 purement assumée. L’association J.J. Abrams et Steven Spielberg rendant hommage aux classiques de ces années là ne pouvait que fonctionner. Si le film n’est alors pas forcément original, il puisse ses forces dans la méticuleuse mise en scène de J.J. Abrams rappelant cette période par certains cadrages ou dans sa direction des acteurs, il joue aussi de son habilité à mélanger action, humour et mystère. On est en plein dedans. Le film se veut un hommage à ces films que furent E.T., les Goonies par exemple et non pas une parodie sans âme.

Le film est servi par un casting excellent avec Joel Courtney, héros du film, interprétant son premier rôle au cinéma, Elle Fanning qui confirme son talent grandissant, ainsi que leurs jeunes amis. Le casting adulte n’est pas en reste avec Noah Emmerich en chef de l’armée prêt à tout pour arriver à ses fins, et bien sûr Kyle Chandler.

J.J. Abrams nous pond un film qui, s’il ne révolutionne pas le cinéma, arrive à nous fixer à notre siège pendant 2h avec une aventure, aux senteurs 80’s, passionnante sans véritable temps mort. Véritable hommage, le film tire ses références de classiques du genre sans jamais en faire trop pour notre plus grand bonheur.

Romain

[Evénement] Steven Moffat, invité d’honneur au Comic Con Paris

 

La photo a été prise le 24 Juillet 2008 au Comic Con de San Diego, Etats Unis, par Ewen Roberts.

 

Vous avez bien lu, ce n’est pas une blague, annoncé ce matin sur Allociné en exclusivité le génial scénariste et producteur anglais sera le « Guest of Honor » du Comic Con Paris qui se déroulera du 30 Juin au 3 Juillet 2011.

En Angleterre S. Moffat est considéré comme un demi-dieu , sans exagérer. En France il n’est pas vraiment connu excepté pour les fans de la série Doctor Who dont il a repris les rennes depuis la 5ème saison de la série (de 2005). Il a déjà officié sur la série en scénarisant quelques des meilleurs épisodes de Doctor Who, notamment Blink (saison 3 épisode 10) mais aussi le double épisode Silence in the Library et Forest of the Dead (Saison 4 épisodes 8 et 9).

Il est également scénariste de la série Sherlock, qui, comme son nom l’indique suit les enquêtes à notre époque de Sherlock Holmes et son acolyte Watson. De même il avait créé et scénarisé entièrement ses précédentes séries, Coupling et Jekyll pour les plus connues.

En 2007, année où Jekyll est créée, Moffat se fait engager par Steven Spielberg pour écrire le scénario des deux premiers films de Tintin en préparation, mais il se retire du projet suite à sa prise de fonction en tant que showrunner de Doctor Who à la place de Russel T Davies. De ce fait, ne pouvant  pas assurer ces deux fonctions il choisit le rêve de toute une vie, diriger le Docteur.

Spielberg va alors faire appel à deux autres scénaristes pour une ré-écriture des films, Edgar Wright et Joe Cornish. Pas des manchots, donc.

Les aventures de Tintin : Le secret de la licorne, qui sortira le 26 Octobre en France, adapte 3 ablums du jeune reporter blond à la houppette, Le secret de la Licorne, Le trésor de Rackham le Rouge et Le Crabe aux pinces d’or.

 

Nous donnerons le programme complet du Comic Con Paris le 31 Mai.

Un grand merci à Alain Carrazé et 8 Art City.

 

Romain

[Séries TV] Pilotes de la rentrée 2011-2012 : Premiers échos


Aujourd’hui un article un peu différent de d’habitude.

Comme vous l’avez vu je suis nouveau rédacteur sur Filmgeek et grand amateur de série, c’est pourquoi je voulais faire un article pour vous présenter quelques séries susceptibles d’être (ou pas) sur la grille des programmes de la rentrée prochaine sur les différents networks.

Entre mauvaises audiences et déceptions cette saison fut une année plutôt morose pour les nouveautés. Et je pense par exemple aux différentes sitcoms sans originalité qui ont fleuri (Better with you, Perfect Couples notamment). Il y a également quelques séries qui étaient assez prometteuses mais qui, pour différentes raisons, n’ont pas fonctionné, si Lone Star était une des meilleures nouveautés 2010 ses audiences médiocres ont eu raison d’elle, dommage,  The Event considérée, elle, comme une héritière de Lost s’est perdue dans des intrigues trop complexes.

Nous sommes donc à quelques semaines des Upfronts de 2011, c’est à dire une semaine où les différents networks (CBS, FOX, ABC, NBC et CW) divulguent leur grille de programmes pour la saison prochaine. On saura alors à ce moment là les séries qui seront annulées ou renouvelées, même si pour certaines le sort est déjà jeté.

C’est pourquoi le site Deadline.com dévoile les premiers échos sur les pilotes (pas tous malheureusement) de l’année prochaine, chaîne par chaîne.

 

A commencer par CBS, qui domine soir après soir les audiences avec surtout ses séries policières. De ce fait la chaîne n’a pas vraiment de trou à combler pour la saison prochaine.

Niveau drama 3 pilotes sortent du lot, le projet de Susannah Grant (série médicale), Rookies (Ensemble show policier) et Hail Mary (Série sur des détectives privés).

Coté comédie, la série (sans titre pour le moment) de Rob Schneider sur une famille mutli-ethnique a de bons retours, tandis que Home Game serait très bonne.

De plus le projet – sans titre – de Peter Knight (Le Loup-Garou du Campus, Krod Mandoon) aurait quelques problèmes.

Touch : Un père découvre que son fils autiste et muet peut prédire l’avenir.

Untitled Susannah Grant Project : Un chirurgien reconnu voit son univers basculer lorsque son ex-femme meurt et lui donne des leçons de vie, de là-haut.

Rookies : racontera les enquêtes de 6 jeunes policiers dans les zones les plus sombres de la criminalité.

Hail Mary : Une mère célibataire fait équipe avec le meilleur ami de son fils décédé pour résoudre différentes enquêtes.

Home Game : Relatera les tribulations d’un joueur de football à la retraite retrouvant sa famille.

Untitled Rob Schneider Project : Après un célibat de longue date un homme se retrouve marié et doit faire face à une belle famille nombreuse d’origine mexicaine.

Untitled Peter Knight Project : comédie se déroulant dans une société, suivant de jeunes cadres jonglant entre amitié, amour et travail.

 

 

Pour la FOX l’année a été plus mitigée avec des performances plutôt décevantes malgré le renouvellement de Raising Hope et la comédie animée Bob’s Burger.

The Touch de Tim Kring (Heroes) avec Kiefer Sutherland (24) ne pourrait voir le jour qu’à la mi-saison puisque le pilote ne sera tourné qu’en juin.

Pour les comédies, The New Girl avec la pétillante Zooey Deschanel a de grandes chances d’être retenue par la chaine suite au très bon buzz qu’elle crée.

Les deux comédies Family Album et I Hate My Teenage Daughter pourraient aussi être retenues grâce surtout à leur casting plutôt qu’à leurs qualités. Est-ce une bonne chose ? Je ne sais pas il faut voir ce que donnent ces séries mais prendre des séries juste correctes c’est moyen…

Toujours concernant les comédies, Council Of Dads qui paraissait comme un projet prometteur devra faire quelques réajustements pour espérer être retenue pour la chaine. Quant à Outnumbered la série n’est plus d’actualité.

Coté Drama la très attendue Alcatraz, nouveau bébé de J.J Abrams (Lost, Alias, Felicity, …) a reçu des critiques plutôt solides. Bonne nouvelle donc.

La série basée sur un roman graphique Locke and Key partait comme favorite mais les premiers échos sont assez mitigés, le pilote étant jugé trop lent.

The New Girl : Après une rupture difficile une jeune fille emménage en collocation avec 3 graçons.

Family Album : Un père de famille voulant resserrer les liens entre les membres de sa famille décide de les emmener en vacances d’été.

I Hate My Teenage Daughter : Deux femmes d’âge mûr sont maintenant mamans de deux adolescentes qui correspondent exactement qu’elles détestaient au lycée.

Council Of Dads : Un homme atteint d’un cancer va demander à cinq de ses amis les plus chers d’assister sa femme pour élever leurs deux enfants après sa mort.

Alcatraz : Des prisonniers et des gardiens de la célèbre prison d’Alcatraz réapparaissent trente ans après leur disparition dans des circonstances étranges. Des agents du FBI, chargés de les retrouver, vont être confrontés aux nombreux mystères de la prison…

Locke & Key : Nina Locke et ses trois fils, Tyler, Kinsey et Bode, qui ont survécu à un événement tragique, tentent de reconstruire leur vie à Keyhouse, leur maison familiale à Lovecraft dans le Massachusetts. Cette vieille bâtisse possède une particularité : ses murs renferment des clés secrétes et fantastiques qu’une créature est prête à tout pour récupérer…

 

 

ABC est une des chaînes qui a le plus de pilotes à commander sachant qu’elle devra combler sa grille  de programmes avec beaucoup de nouvelles séries puisque seulement une ou deux  nouveautés 2010 reviendront.

Tout d’abord Shonda Rhimes revient – après son echec Off The Map – avec Damage  Control. Le pilote a de très bons retours et avec Shonda Rhimes derrière la série a de  grandes chances de voir le jour.

Le remake de la série de 1976 Charlie’s Angels (avec la délicieuse Minka Kelly) semble plutôt solide et pourrait être un des hits de la saison qui arrive.

Le pilote Pan Am a aussi reçu de vives réactions positives et malgré des rumeurs sur la mauvaise performance de certains acteurs la série a été applaudie et décrite comme magnifique.

Revenge, Good Christian Bitches et Poe ont reçu de bonnes critiques. Tout comme Identity même si pour cette dernière des doutes peuvent planer quant à sa réussite sur la chaîne puisque la série est un procédural (entendre un épisode équivaut à une intrigue) et dans le même style Detroit 1-8-7 n’a pas du tout fonctionné.

The River est une série réalisée dans un style proche de REC ou Paranormal Activity et possède de très bons retours grâce à sa réalisation donc. Néanmoins pour avoir une réelle opinion la série doit d’abord passer par une longue post-production.

Après Desperate Housewives Marc Cherry s’est lancé dans un nouveau projet Hallelujah. Seulement après les premières estimations la série semble bizarre et plutôt mauvaise, mais a de grandes chances d’être là à la rentrée. Quant à Partners c’est tout simplement nul.

Coté comédies  Don’t Trust The Bitch in Apt. 23 (ouais ouais c’est le vrai nom) semble vraiment très très bonne et c’est tant mieux puisque la série compte dans son casting James Van Der Beek. La comédie Suburgatory semble également solide.

Après la très sympathique Accidentally On Purpose Jenna Elfman revient dans la sitcom Bad Mom qui a de très bons échos.

Le pilote de la comédie de Tim Allen et Lost and Found ont des retours moyens.

Damage Control : La vie professionnelle et personnelle d’une experte en relations publiques, particulièrement réputée pour sa gestion des crises, et de son staff.

Charlie’s Angels : Y’a t-il vraiment besoin de présenter cette série ? Ce sont les aventures de 3 belles femmes recrutées par l’agence Townsend pour remplir des missions plus ou moins dangereuses.

Pan Am : Embarquement immédiat dans les vols de la compagnie aérienne la plus glamour des années 60 : la Pan American World Airways. A bord : un espion sous couverture, un petit français… Destination : New York, Paris, et bien d’autres villes du Monde…

Revenge : Une jeune femme retourne dans les Hamptons où elle a grandi dans le but de détruire ceux qui ont fait du mal à sa famille

Good Christien Bitches : Une femme récemment divorcée et mère de deux enfants, décide de retourner dans son Dallas natal dans un quartier huppé, entourée de ses anciennes ennemies botoxées bien décidées à détruire sa réputation. Elle sera confontrée à des rumeurs salaces ainsi qu’à des fraudes financières.

Poe : Les enquêtes d’Edgar Allan Poe, le tout premier détective du monde, qui utilise des méthodes peu conventionnelles pour dénouer les sombres mystères du Boston des années 1840.

Identity : Une unité du FBI est chargée de combattre les crimes de vols d’identité. Adapté de la série anglais éponyme.

The River : Un aventurier célèbre, star de la télévision, est porté disparu lors d’un voyage au fin fond de l’Amazonie. Son équipe et ses amis partent alors à sa recherche à bord d’un bateau qui remonte l’Amazone et qui va bientôt faire des rencontres pour le moins effrayantes.

Hallelujah : Dans la petite ville d’Hallelujah dans le Tennessee, le combat entre le bien et le mal fait rage jusqu’à l’arrivée d’un étranger, bien décidé à apporter justice et paix à ses habitants. Les épisodes se termineront sous des chants gospels.

Don’t Trust The Bitch In Apt. 23 : June, une jeune fille honnête et optimiste venant de la campagne doit, contre son gré, emménager avec Chloé, qui se trouve son parfait opposé: une fêtarde invétérée, sans morale et diablement sexy.

Suburgatory : Une adolescente rebelle déménage, à son grand malheur, avec sa famille d’une grande ville à une banlieue paumée qui représente tout ce qu’elle déteste.

Bad Mom : Julia, une mère célibataire avec deux enfants, se voit dans l’obligation de les élever le jour où sa mère, Marian, qui s’en occupait jusqu’ici, décide de reprendre sa vie en main.

 

 

Passons maintenant au gros morceau à savoir NBC. La chaîne a vécu une année  catastrophique et comme le dit deadline «Boy, Where do we begin.» Parce que oui ça va  être un véritable chantier, si elle a déjà renouvelé quelques comédies (30 Rock, The Office  et Community) au niveau des dramas c’est une tout autre histoire.

Ca semble plutôt bien commencer avec Smash, décrite comme incroyable, qui pourrait être  un gros hit pour l’année qui arrive. La série a pour producteur exécutif Steven Spielberg,  rien que ça !

A Mann’s World semble solide, ainsi que Playboy. Prime Suspect est le favori de la chaîne pour la saison prochaine avec une production et un casting solides.

Pour les comédies Are You There Vodka? It’s Me, Chelsea (toujours le vrai titre, si si je jure), la série sans titre de Whitney Cummings, Brave New World, Bent et la série sans titre de Dan Goor ont de bons échos.

Ce qui n’est pas le cas des comédies multi-caméras Lovelives avec des réactions mitigées et I Hate That I Love You qui semble simplement mauvaise.

Smash : Des personnes d’horizon divers s’unissent pour créer un spectacle musical à Broadway basé sur la vie de Marilyn Monroe.

A Mann’s World : Un coiffeur de Beverly Hills d’une cinquantaine d’années est obligé de lutter dans ce milieu où seule l’apparence compte.

Playboy : Série très stylisée sur un groupe de femmes travaillant dans les années 60 pour le club « Playboy » à Chicago.

Prime Suspect : Dans l’univers majoritairement masculin de la police, l’inspecteur Jane Timoney sait se faire respecter. Ultra déterminée, sans concession et peu encline à l’expansivité, elle traque le crime et ne lâche jamais sa proie.

Are You There Vodka ? It’s Me, Chelsea : Inspirée de la jeunesse de la comédienne Chelsea Handler, cette comédie est centrée sur une barmaid dans la vingtaine qui n’a pas pour habitude de mâcher ses mots, surtout quand elle a un coup dans le nez, ce qui arrive presque tous les jours.

Brave New World : Le personnel étrange d’un parc à thème recréé des situations de la Nouvelle-Angleterre de 1637.

Untitled Dan Goor Project : Un jeune médecin passe autant de temps à s’occuper de ses parents qu’à soigner ses patients.

Bent : Une mère récemment divorcée engage un entrepreneur sexy pour refaire sa cuisine mais se promet de ne pas succomber à ses charmes.

 

 

Et pour finir la CW, qui cible un public plus jeune que les autres networks, devra commander quelques séries avec la fin de Smallville, celle possible de One Tree Hill et des nouveautés (Nikita et Hellcats) décevantes, même si Nikita a de grandes chances de revenir pour une saison 2.

Les retours sont bons pour la plupart des pilotes, à savoir Heavenly, Cooper and Stone, Awakening et The Secret Circle. Cette dernière a d’ailleurs les faveurs de la chaine puisque son showrunner n’est autre que Kevin Williamson (The Vampire Diaries, Scream).

Problème concernant Hart Of Dixie, un drama médical avec pour actrice principale Rachel Bilson (The O.C) qui pourtant semble vraiment bonne (la série), mais Rachel Bilson ne semble pas crédible en médecin.

Heavenly : Une avocate et un ange devenu humain travaillent main dans le main pour sauver la vie de leurs clients.

Cooper & Stone :  Deux détectives débutantes spécialisées dans la culture pop résolvent des crimes à Chicago.

Awakening : Deux soeurs ennemies, zombies, qui peuvent parler, boire, manger et aimer comme n’importe quel autre être-humain, s’affrontent alors que leurs congénères refont surface, bien décidés à ne faire qu’une bouchée de la race humaine.D

 

The Secret Circle : Adaptée d’une série de romans de L.J Smith (Journal d’un Vampire), La série tourne autour d’une jeune femme appelé Cassie qui découvre que, non seulement, elle est une sorcière faisant partie d’un clan secret de sorciers, mais aussi qu’elle est la clé d’une bataille vieille d’un siècle entre le bien et le mal.

 

Sources : www.deadline.com et www.allociné.fr pour les résumés.

Romain

Les Losers d’Hollywood: mea culpa (merci Disney)

Je me suis planté. Et bien planté. Rien ne pouvait vraiment me préparer à cela, mais Disney m’a trahi. Enfin c’est surtout Bob…
Bob ?
Oui, Bob Zemeckis !
En effet, alors que je pensais tenir pour acquise la victoire de Nick Cage et son Hell Driver, voilà que l’ex-studio de Robert Zemeckis, et financé par Disney, vient lui voler la vedette.

Continuer la lecture de « Les Losers d’Hollywood: mea culpa (merci Disney) »

Blogs Cinéma : le Best Of de la semaine S04E21

best of blog cinema

Petite semaine chez FG, mais pas mal de news chez nos collègues du best-of, donc ça compense :