Blogs Cinéma : le Best Of de la semaine S05E04

best of blog cinema

Quoi ! Aucun article dans le B-O sur Intouchables le WE d’avant sa sortie !?! Ne vous inquiétez pas, vous en entendrez parler partout ailleurs ! 😉

 

Blogs Cinéma : le Best Of de la semaine S05E03

best of blog cinema

Pour ce troisième numéro, The Artist est à l’honneur (même si le film ne nous a pas convaincu) ainsi qu’Emma Stone, Brian Azzarello et Tintin qui lui nous a un peu plus emballé :

Filmosphere : Les Aventures de Tintin, un pont entre le cinéma d’hier et celui de demain

Cineblogywood : The Artist – débat en couleurs sur Cineblogywood

Cinefeed : Jean Dujardin, un box-office irréprochable

Hollywood&Co: Emma Stone – La Nouvelle Drogue d’Hollywood

Filmgeek : Interview de Brian Azzarello

De la 3D réaliste, mais pas trop !

La semaine dernière, la nouvelle bande annonce des aventures de Tintin réalisées par Steven Spielberg et produites par Peter Jackson a frappé le net.
Nous avions eu l’occasion de voir quelques images, mais pour la première fois, nous avons pu avoir une idée de ce à quoi le film allait ressembler. Et ce que l’on peut remarquer immédiatement, c’est un style graphique étonnant qui ressemble à de la 3D réaliste, mais pas trop.
En effet, à l’instar d’un Rango sorti en salles voici quelques mois, les deux réalisateurs de génies, que sont Spielberg et Jackson ont pris le parti de mettre en images les aventures du jeune reporter dans un style au rendu réaliste, sur des personnages qui eux, de par leurs visages, ou expressions, le sont beaucoup moins.
Et cela, croyez-moi, n’est pas une mince affaire !

Lorsque l’on voit un Toy Story, un Monster Inc, ou un Kung Fu Panda, nous sommes dans des univers graphiques très marqués, au style et au design bien définis, établis après un long travail de concepts, de recherches, et d’études de couleurs.
On est loin d’une reproduction de la réalité, que ce soit dans les textures des objets, leurs formes, les décors, les animations de personnages, ou la lumière environnante.
Dans Tintin, ou dans Rango, si l’on enlève les personnages, on pourrait parfois se croire dans un film réel tant la lumière qui baigne la scène, les ombres, les couleurs, les réflexions et les details sont réalistes. Pourtant, il reste ce petit truc en plus qui nous fait savoir que l’on est face à un film d’animation.

L’année dernière, j’ai eu la chance de travailler sur le film Rango, je me suis occupé d’un plan d’extérieur, une vue d’ensemble du désert, sous un coucher de soleil, ou l’on voyait les personnages courir sur leurs drôles d’autruches. La consigne pour créer ce plan etait de faire quelque chose de réaliste, mais pas trop, d’un peu stylisé, mais qui utilisait surtout des photos…
C’est la première fois que je recevais ce genre de brief, et pour cause, cela va à l’encontre de ce que l’on fait d’habitude. C’est assez déroutant.
Lorsque l’on fabrique un décor de toute pièce, comme dans Toy Story, on n’utilise aucune photographie, tout est peint à la main, en utilisant des couleurs bien définies, sur des géométries au style plus ou moins cartoon. On souhaite enlever tous les petits details futiles, les erreurs, les accidents, pour présenter une version édulcorée, magnifiée, ou infantilisée du lieu.
Dans un film en revanche, c’est l’inverse, on essaye de peindre un minimum de choses pour au contraire utiliser des photos qui nous permettrons, par la présence de toutes ces petites imperfections, de renforcer le coté naturel et vrai de l’environnement. On est en recherche de ce petit detail qui fera oublier le trucage et permettra au spectateur de complètement oublier qu’il est en face d’un décor créé de toute pièce.
C’est donc un vrai challenge que de produire des images dans ce nouveau type de film d’animation. Il faut toujours peser ce qui fait vrai, enlever ce qui le fait trop, magnifier sans dénaturer, et c’est un vrai casse tête.

Il en est de même pour les personnages eux mêmes, en particulier leur animation. Lorsque l’on voit le visage de Haddock, on voit bien qu’il ne s’agit pas d’un vrai acteur. Ses proportions, son nez, ou ses yeux ne sont pas réalistes. Pourtant, son animation, les expressions de son visage, elles, le sont. On utilise des technique de motion capture pour reproduire des mouvements réalistes, tirés de vrais acteurs jouant la scène, et on les calque sur des personnages qui eux ne sont pas réalistes. On se retrouve dans le même paradoxe que pour les décors. Il faut que cela fasse vrai, mais pas trop.
L’Uncanny Valley est une hypothèse dont on se sert dans la robotique, et dans l’animation. On s’est en effet rendu compte que lorsqu’on reproduisait presque parfaitement un humain, mais qu’il n’était pas réaliste a 100%, il faisait peur et provoquait dégoût et répulsion.

Voila quelques années, des films comme Polar Express, Final Fantasy ou Beowulf tentaient de s’approcher au maximum de la réalité. Et c’est à cause du dégoût que certain ont eu à l’encontre de ces personnages qui semblaient plus morts que vivants, que le secteur de l’animation a choisi de revenir à un style plus cartoon dans ses personnages, quitte à leurs laisser des mouvements réalistes, mais en redonnant un coté stylisé à leur visage.
Dans Rango, aucun soucis, les héros sont des animaux, mais dans Tintin, on voit bien qu’on n’a pas cherché à faire de véritables humains.

Ludovic

Bande-annonce Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne

La voici, la voilà, la première vraie bande-annonce des Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne, produit par Steven Spielberg et Peter Jackson et avec un casting de fou : Jamie Bell, Simon Pegg, Nick Frost, Andy Serkis, Daniel Craig et j’en oublie !

Tintin, notre intrépide reporter, son fidèle compagnon Milou et son inséparable ami le Capitaine Haddock partent à la recherche d’un trésor enfoui avec l’épave d’un bateau “la Licorne”, commandé autrefois par un ancêtre du Capitaine Haddock.

Comic Con Paris 2011 : Master Class de Steven Moffat

 

Deuxième article sur le Comic Con et celui là concerne THE invité du festival, Monsieur Steven Moffat, scénariste et producteur anglais… Ecossais pardon.

Cette Master Class se concentre exclusivement sur son métier de scénariste et non sur Doctor Who. La conférence qu’il a donné sur Doctor Who aura son compte rendu plus tard sur FilmGeek.

Photo prise par Ceridwen

Il a commencé à travailler pour la télévision en 1989 pour la série Press Gang. Il a ensuite créé la sitcom Coupling, Jekill et Sherlock l’année passée. Il est depuis une saison et demi le showrunner de Doctor Who.

Ce qu’il faut savoir sur ce bourreau de travail c’est qu’avant Sherlock il écrivait tous les épisodes des séries qu’il a créé.

Steven Moffat travaille chez lui où un espace est aménagé à l’étage. Il commence ses journées lorsque la nourrice s’occupe de ses enfants. Il nous dit qu’il n’a pas réellement de journée type puisqu’il occupe plusieurs postes, à la fois producteur et scénariste. Certains jours sont pleinement consacrés à l’écriture, d’autres à son rôle de producteur où il doit assister à diverses réunions.

Ce compte rendu se fera en plusieurs parties, chaque partie sera consacrée à une série sur laquelle il travaille ou a travaillé.

Press Gang


Steven Moffat nous explique que la série se concentre sur des adolescents écrivant pour un journal appelé «Junior Gazette». Comme dit plus haut Il en a écrit entièrement les 43 épisodes de la série. Il s’est dit désolé que la série ne soit pas du tout connue en France mais qu’il n’est jamais trop tard pour la découvrir.

Coupling

Il nous déclare ensuite que la série Coupling est basée sur sa vie, sur sa rencontre avec sa femme Sue. De ce fait il pense que personne n’aurait pu écrire des épisodes à part lui parce que c’est une série à propos de sa vie. Coupling est une très bonne série parce que c’est lui qui écrit la série sur sa propre vie. Alain Carrazé et Romain Nigita lui parle ensuite du lien évident entre sont couple (Steven et Sue et les personnages Steve et Susanne et il répond alors que la presse à l’époque, avec toute sa perspicacité, ne s’était rendu compte de rien.

Même si certaines fois il est dans l’obligation d’écrire des épisodes dans le désordre par rapport à la diffusion, à cause d’emploi du temps des acteurs par exemple, il préfère écrire dans le bon ordre, suivre la trame de l’histoire.

«On commence avec un plan mais il peut changer en cours de route de ce fait on finit toujours avec un plan mais pas le même»

A l’instar de The Office, Coupling a eu droit à un remake américain. Mais contrairement à The Office Coupling US n’a pas du tout fonctionné et a été annulée après seulement 3 épisodes. La raison qu’a évoqué Steven Moffat, en blaguant à moitié, sur le succès de The Office et le non-succès de Coupling US est tout simplement parce que la première est très bonne et le seconde pas si bonne. Plus sérieusement il nous dit ensuite qu’il avait vu un montage des épisodes avant que ce soit diffusé et c’était très drôle. Cependant le network a décidé de remonter les épisodes et les diffuser avec ce nouveau montage et ce fut beaucoup moins drôle.

Alain Carrazé a ensuite fait remarquer que la série a eu droit à une adaptation Grecque dont Steven Moffat ne se souvient plus exactement si il a vu des épisodes, mais il se souvient très bien avoir voyagé gratuitement là bas et pris quelques jours de vacances. D’ailleurs il accepterait n’importe qu’elle adaptation d’un pays si il a droit à un voyage gratuit de quelques jours dans ce pays. Il a totalement raison, pourquoi ne pas mêler travail et plaisir surtout si c’est dans un beau pays !

Si il y a une chose dont il est fan c’est de jouer avec le temps. On le voit bien dans Doctor Who mais également dans Coupling. Un rapide exemple avec des épisodes ou deux personnages racontent ce qu’il s’est passé quelques heures plus tôt avec chacun leur point de vue. Pour lui quand vous vivez des choses, ça ne se passe jamais vraiment dans l’ordre, quand vous racontez les choses à vos amis par exemple vous ne les racontez jamais vraiment dans l’ordre, vous essayez de vous souvenir de tout mais certaines fois revenez sur des faits antérieurs à des faits juste raconté l’instant d’avant.

Jekyll

Il a décidé d’écrire Jekyll dans une réalité où le monde connaît la nouvelle L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde.

A l’instar de Sherlock le but est de moderniser une icône britannique, mais c’est une  pure coïncidence que Sherlock et Jekyll, qui sont des personnages Victoriens, arrivent tout deux en si peu de temps. Il blague ensuite sur le fait que sa prochaine adaptation sera la Reine Victoria sous le titre de Queen Victoria Investigations !

De ces 3 séries il est créateur, producteur et scénariste. Pour lui ce n’est pas si différent d’écrire pour sa propre création ou pour une autre série puisqu’il faut écrire, pour ces dernières, comme si l’histoire, les personnages lui appartenaient. Il faut vraiment s’approprier le personnage et l’histoire. C’est pourquoi il dit aux scénaristes qui écrivent sur Doctor Who par exemple qu’ils sont responsables de leur propre épisode.

D’ailleurs il dit que Doctor Who tire bénéfice de l’écriture de plusieurs scénaristes puisque chacun apporte son propre style et ses propres idées. Certaines fois Steven Moffat leur impose ses idées, d’autres fois ceux sont eux qui lui proposent leurs idées.

Il affirme qu’être scénariste n’est pas une chose facile, quand tu écris un scénario que tu crois excellent il ne l’est pas forcément, il faut persévérer jusqu’à trouver l’histoire parfaite. Ecrire un personnage est tout autant difficile car il faut faire en sorte que le public s’attache au personnage, crée un lien avec, que le personnage soit crédible.

Sherlock

Mark Gatis et lui aimaient beaucoup Sherlock Holmes et avaient l’idée d’une adaptation. Mais quand ils ont vu le film de Guy Richie sortir au cinéma ils étaient agacés par le fait que quelqu’un leur ai piqué l’idée. C’était sans compter sa femme qui lui a dit de le faire quand même.

Concernant les 90 min par épisodes c’est le meilleur choix pour eux car ça leur laisse beaucoup de temps pour développer leur histoire et surtout la relation entre Sherlock et Watson. Ils ne voulaient pas la compresser. Ce format de 3x 90 min (Et non 6 épisode comme l’a annoncé Alain Carrazé qui s’est gentiment fait huer par la foule ^^) lui semble le format parfait pour cette série.

Une question venant du public demandait comment ont été choisi les acteurs. Pour Sherlock Holmes, Benedict Cumberbatch était un choix évident pour Steven Moffat et sa femme après l’avoir vu dans un film. Il a accepté dès la lecture du scénario. En ce qui concerne Watson un casting a été fait mais la relation entre Benedict Cumberbatch et Martin Freeman était déjà là, l’alchimie était présente. Petite anecdote, Matt Smith (Le docteur actuel de Doctor Who) avait été pressenti.

Sur les infos sur la saison 2 Steven Moffat a répondu un bon et gros «NO» qui a résonné dans la salle !

Mais dans un élan de gentillesse nous a tout de même donné les 3 titres de cette saison 2 :

– A Scandale in Belgravia

– The Hound of the Baskervilles

– The Reichenbach Fall

Tintin


Enfant il pensait que c’était une bande dessinée britannique, c’était tellement bien écrit et excitant.

Ce fut donc fantastique de travailler dessus surtout avec des grands hommes tels que Steven Spielberg et Peter Jackson. Mais il n’a pas eu beaucoup de contact direct avec eux, il a surtout parlé via web cam, tout le travail qu’il a fait c’était chez lui

Pour écrire l’histoire du film ils ont relus tous les albums pour savoir quels éléments ils allaient utiliser dans le scénario. Des scénaristes européens ont été choisi pour la touche d’humour européenne et la sensibilité qui la caractérise. Evidemment c’est un blockbuster  d’Hollywood mais avec le charme européen conservé.

Cependant avec son travail sur Sherlock et Doctor Who il a du quitter le projet et s’est fait remplacé par Edgar Wright et Joe Cornish. Il a toujours quelques contacts par mail avec l’équipe, Spielberg et Jackson.

Nous n’avons pas eu d’information en plus sur le film, d’autant plus que lui même ne sait pas si ce qu’il a écrit sera présent dans le film.

Projet Adam & Eve

C’est un projet qu’il a proposé et qui a eu le feu vert pour entrer en production mais Sherlock est arrivé et son travail sur cette dernière et Doctor Who était assez gros pour pouvoir s’occuper d’Adam & Eve, de ce fait le projet est resté un peu dans les carton mais il veut qu’un jour la série se fasse.

Il nous a quand même donné l’histoire de la série : 2 personnes qui n’arrivent jamais à se rencontrer au bon moment, ils tombent amoureux d’autres personnes, leur relation n’arrive jamais. Garanti sans happy ending.

Voilà pour cette masterclass qui fut réellement très intéressante devant un public conquis et heureux d’être là, en face de Steven Moffat. Un bon tier de la salle était d’ailleurs déguisé en Docteur, le scénariste a même fait une blague sur deux personnes au premier  rang, l’une habillé en Matt Smith et l’autre en David Tennant, disant que ceci n’arrive que dans les rêves du docteur !

Conférence animée par Alain Carrazé et Romain Nigita.

(la vidéo arrivera plus tard).

Romain

[Evénement] Steven Moffat, invité d’honneur au Comic Con Paris

 

La photo a été prise le 24 Juillet 2008 au Comic Con de San Diego, Etats Unis, par Ewen Roberts.

 

Vous avez bien lu, ce n’est pas une blague, annoncé ce matin sur Allociné en exclusivité le génial scénariste et producteur anglais sera le « Guest of Honor » du Comic Con Paris qui se déroulera du 30 Juin au 3 Juillet 2011.

En Angleterre S. Moffat est considéré comme un demi-dieu , sans exagérer. En France il n’est pas vraiment connu excepté pour les fans de la série Doctor Who dont il a repris les rennes depuis la 5ème saison de la série (de 2005). Il a déjà officié sur la série en scénarisant quelques des meilleurs épisodes de Doctor Who, notamment Blink (saison 3 épisode 10) mais aussi le double épisode Silence in the Library et Forest of the Dead (Saison 4 épisodes 8 et 9).

Il est également scénariste de la série Sherlock, qui, comme son nom l’indique suit les enquêtes à notre époque de Sherlock Holmes et son acolyte Watson. De même il avait créé et scénarisé entièrement ses précédentes séries, Coupling et Jekyll pour les plus connues.

En 2007, année où Jekyll est créée, Moffat se fait engager par Steven Spielberg pour écrire le scénario des deux premiers films de Tintin en préparation, mais il se retire du projet suite à sa prise de fonction en tant que showrunner de Doctor Who à la place de Russel T Davies. De ce fait, ne pouvant  pas assurer ces deux fonctions il choisit le rêve de toute une vie, diriger le Docteur.

Spielberg va alors faire appel à deux autres scénaristes pour une ré-écriture des films, Edgar Wright et Joe Cornish. Pas des manchots, donc.

Les aventures de Tintin : Le secret de la licorne, qui sortira le 26 Octobre en France, adapte 3 ablums du jeune reporter blond à la houppette, Le secret de la Licorne, Le trésor de Rackham le Rouge et Le Crabe aux pinces d’or.

 

Nous donnerons le programme complet du Comic Con Paris le 31 Mai.

Un grand merci à Alain Carrazé et 8 Art City.

 

Romain

Jamie Bell, Daniel Craig et Gad Elmaleh dans Tintin

tintin

Un communiqué conjoint de Paramount Pictures et de Sony Pictures annonce le début du tournage de « The Adventures of Tintin : Secret of the Unicorn », ce lundi 26 janvier 2009 . Steven Spielberg produit le film, en compagnie de Peter Jackson et de Kathleen Kennedy.

Spielberg réalise donc en motion capture et en 3D (comme Beowulf par exemple) l’adaptation du Secret de la Licorne. Peter Jackson se chargera du Trésor de Rackham le Rouge, le deuxième film tandis qu’un troisième est encore à l‘étude.

Le scénario a été écrit par Steven Moffatt, Edgar Wright et Joe Cornish.

Les grosses surprises viennent du casting, un temps évoqué pour le rôle de principal, Thomas Sangster laisse sa place à l’excellent Jamie Bell pour le rôle de Tintin, Daniel Craig incarnera Rackham le Rouge et enfin Gad Elmaleh sera aussi de la partie (pour interpréter Nestor ?). Ils rejoignent ainsi Andy Serkis (Capitaine Haddock), Simon Pegg et Nick Frost (les Dupondt), Toby Jones (Professeur Tournesol ?) et Mackenzie Crook.

Le site officiel de Tintin annonce aussi discrètement un autre nom, Cary Elwes mais sans préciser son rôle ou même ses sources.

Tintin, Ice Age 3 et Transformers 2 en 3D

Ice_Age_3D

C’est ce qui apparaît dans la brochure éditée par Dolby.
Après avoir vu la bande annonce de Voyage au Centre de la Terre 3D au Festival Jules Verne, je suis tout à fait séduit par cette initiative. L’immersion dans un film tel que Transformers ou Ice Age n’aurait que rendu le spectacle encore plus extrême (et sûrement des nausées avec le montage de Michael Bay :x), par contre j’ai un ‘doute’ quand à l’apport que cela peut avoir pour Tintin par exemple.

Il est certain que les films seront aussi distribués dans des salles ne disposant pas de matériels pour projeter de la 3D (projecteur numérique ou double projecteurs classiques, filtres, etc…) comme tout autres films.

Voici la liste pour 2008 et 2009 :

  • 2008
  • Bolt
  • The Dark Country
  • Horrorween
  • Igor
  • Journey to the Center of the Earth 3D
  • The Smurfs
  • 2009
  • Avatar
  • A Christmas Carol
  • Coraline
  • Frankenweenie
  • Ice Age 3
  • Monsters vs. Aliens
  • Tintin
  • Transformers 2

Il n’y a donc plus qu’à attendre pour voir Megatron nous mettre ses gros points dans le pif et Megan Fox presque en chair et en os :).

(Via)

Blogs Cinéma : le Best Of de la semaine #10

Aujourd’hui dimanche, Filmgeek, dans le cadre d’une alliance avec 2 autres cinéblogueurs de renom (CinéFeed et Cinéblogywood), vous propose une sélection de leurs meilleurs articles de la semaine afin de vous faire découvrir la crème des blogs ciné.

Au menu de ce Best-of dominical, le chef vous propose une chute, une recette et un poisson :

Hmmm… Vivement la semaine prochaine ! (ou vivement dimanche prochain comme dirait Michel)

Steven Spielberg réalisera Tintin au Tibet

Patatin au Tibet

Après avoir refusé son rôle de conseiller artistique pour les cérémonies d’ouverture et de clôture des prochains Jeux Olympiques de Pékin 2008 cet été, Steven Spielberg monte une nouvelle fois au créneau contre la politique du gouvernement chinois.

Ainsi, Steven Spielberg a donc choisi l’album de Tintin qu’il adaptera sur grand écran et c’est donc sur Tintin au Tibet que son choix s’est arrêté. Rappelons qu’Andy Serkis et Thomas Sangster ont déjà été engagés dans les rôles respectifs du Capitaine Haddock et de Tintin, ou plutôt de leur alter-ego numérique, puisque le film sera réalisé en motion capture, ce qui évitera les incidents de tournages sur place, au Tibet et en Chine.

Source de l’image : l’Actu en Patates de Vidberg
Source de la news