Raoul au Festival de Cannes 2012 – Day 7

Raoul est une nouvelle fois notre super envoyé spécial pour le Festival de Cannes, vous pouvez suivre ses aventures en direct ici : http://www.twitter.com/Filmgeek_fr et ses comptes-rendus sur Filmgeek.

Moins de films qui m’emballent ces derniers jours, mais je me rattrape dur les soirées, avec de bons concerts à la villa Inrocks. J’ai d’ailleurs découvert un duo de jeunes californiens, The Bots, vraiment excellent. Ensuite j’ai été siroter des mojitos à la fête cubaine. Plus que deux jours, je tiens bien le rythme.


Sur la route – Sélection officielle (compétition)
Nouveau film de Walter Salles qui revient encore avec un road movie après « Carnets de voyage ». Ici, il adapte le roman culte de Jack Kerouac, « Sur la route ». C’est beau mais ça manque d’âme et c’est beaucoup trop lisse par rapport au bouquin.
NDLR : A priori, Kristen Stewart nous cachait des « choses ici et  » ! 😉
NDLR : A noter la sortie de l’excellent hors-série T3OIS Couleurs consacré à l’oeuvre et son adaptation.


Holy motors – Sélection officielle (compétition)
Retour de Leos Carax après une absence de treize ans. Une journée de M. Oscar, conduit dans une énorme limousine blanche à travers Paris, qui prend la personnalité et l’apparence de plusieurs personnes
. Le film est très ambitieux, parfois trop. Denis Lavant est formidable et porte le film et l’histoire. D’une originalité folle, c’est assurément l’OFNI du festival .


Ernest et Célestine – Quinzaine des réalisateurs
Film d’animation des réalisateurs de Panique au village avec Lambert Wilson pour la voix d’Ernest. C’est une adaptation de livres pour enfants qui ont un grand succès, dont le scénario et les dialogues sont signés Daniel Pennac. C’est beau et intelligent, ça sort en fin d’année, parfait pour les fêtes !


Io e te – Sélection officielle (hors-compétition)
Nouveau film de Bernardo Bertolucci. Lorenzo, un jeune homme solitaire de 14 ans, fait croire à ses parents qu’il est parti au ski avec se classe alors qu ‘il se planque dans la cave de l’immeuble. L’arrivée de sa demi-sœur va chambouler son plan. Un joli film  mais pas très passionnant non plus.

Raoul au Festival de Cannes 2008 – Jour 2

Raoul a cannes

Samedi 17 Mai 2008 – Jour 2 pour Raoul notre envoyé très très spécial au Festival de Cannes 2008 :

  • 8h30 – Linha de Passe de Walter Salles et Daniela Thomas – Compétition officielle

Film brésilien où l’on suit une femme qui élève seule ses quatre fils, sans doute tous de pères différents. Un constat sur la société brésilienne assez sombre servi par de bons jeunes acteurs. La mise en scène et le scénario reste assez classique mais le film est tout de même touchant.

  • 11h30 – Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen – Hors compétition

Le Woody Allen annuel… rien de bien nouveau. Il change juste de lieu, après Londres, il se pose à Barcelone. D’assez bons dialogues comme d’hab’ servi par une belle distribution, mais ça fait un peu trop carte postale. Bien mais sans plus.

  • 15h – Lake Tahoe de Fernando Eimbcke – Semaine de la critique

Après Temporada de Patos, le réalisateur mexicain traite une nouvelle fois d’adolescents qui passent un cap vers l’âge adulte. La mise en scène mêle des plans avec économie de dialogues et de nombreux « cut au noir », où l’image laisse donc place à un écran noir, seul subsiste le son. Un très beau film tout en subtilité.

  • 17h30 – Better Things de Duane Hopkins – Semaine de la critique

Premier film anglais dans la lignée de The Great Ecstasy of Robert Carmichael sans le côté trash. Le film se déroule dans la campagne où les jeunes se droguent, et les vieux voient le temps passer. Une magnifique photo lumineuse contraste avec cet univers ultra-noir. Du cinéma âpre et sans concessions.

Après quatre films, il est temps de se restaurer et de continuer vers la Quinzaine des réalisateurs où est remis le Carosse d’Or à Jim Jarmush. Il est décerné par la SRF (Société des Réalisateurs Français) non pas comme un hommage mais plutôt une distinction comme l’a préciser Cédric Klapish lors de la cérémonie. Jim Jarmush, dans un discours engagé, a aussi rappelé que la Quinzaine fut créée il y a quarante ans pour dénoncer le conformisme de la sélection officielle.
J’essaye de récupérer quelques photos pour vous donner un aperçu.

  • 22h – Tony Manero de Pablo Larrain – Quinzaine des réalisateurs

Raul est fan de Tony Manero, le personnage de John Travolta dans La Fièvre du Samedi Soir. Le film se déroule sous la dictature de Pinochet. Raul est prêt à tout pour assouvir sa passion. Un sujet original sur fond de politique, une vraie curiosité.

  • 0h15 – The Chaser de Na Hong-Jin – Hors compétition

Polar coréen dans la lignée de Memories of Murder. Un mac, ancien flic, part à la recherche de ses filles qui disparaissent. Un film nerveux avec beaucoup d’humour et un bon zest de violence. Un film de genre réussi comme on le souhaite.

Raoul completly stoned

Partenaires : Pixiel, Giiks et Bouygues Telecom.